Bienvenue à toi Cher invité. Ce forum rpg actif nécessite des membres talentueux tel que toi pour évoluer! Dernière Volonté est un forum très prometteur ou les possibilité seront extrêmement vaste au niveau du rp et de la vie commune. Rejoins notre communauté qui est avant tout fan du manga Reborn! Incarne le gardien d'une grande famille, ou deviens le parrain de tes propres hommes !



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Footing matinal de l'extrême! [Ryohei & Kazuya]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Dernière volonté rpg

Ciaossu watashi wa,
Invité
Invité



Profil
MessageSujet: Footing matinal de l'extrême! [Ryohei & Kazuya]   Mar 1 Juin - 11:02

La vie reprenait plus ou moins son cours normal. Yamamoto avait retrouvé son père, son collège, ses amis, et surtout, le baseball. Ca lui avait tellement manqué de ne pas pouvoir en jouer avec les autres membres de son équipe. Il savait que ce ne serait qu’éphémère : faire parti d’une famille de mafieux impliquait tellement de choses… Il s’en était rendu compte quand il était parti dans le futur avec tous les autres. Il ne deviendrait jamais un joueur de baseball professionnel. Ca le rendait un peu triste, mais il savait qu’il avait fait le bon choix en suivant Tsuna. Les amis étaient bien plus importants que le sport. Pour le moment, il continuerait de faire les entrainements avec le reste de son équipe ainsi que les matchs, mais ça passerait au second plan. Aujourd’hui, il n’avait pas cours. Il pourrait s’entrainer pendant la matinée et l’après-midi, il irait rendre visite à Tsuna en espérant croiser tous les autres. Comme chaque jour, le réveil de Yamamoto retentit dans sa chambre de bonne heure. L’entrainement matinal, il n’y avait que ça de vrai !

Se levant aussitôt, un grand sourire sur les lèvres alors qu’il s’étirait, il descendit les escaliers sans faire de bruit histoire de ne pas réveiller son père. Ca lui avait fait bizarre de le retrouver… Surtout qu’il ne devait pas se montrer différent d’avant son séjour dans le futur. C’était plutôt difficile quand on savait le sort qui était réservé à son père dans le futur. Mais comme ils avaient réussi à vaincre Byakuran, un avenir plus serein se profilait à l’horizon. Yamamoto s’était juré de protéger ses amis et son père. Jamais il ne permettrait qu’on leur fasse du mal de nouveau. Il s’arrêta un instant dans la grande salle du restaurant de sushis de son père, pensif. Il fallait profiter de l’instant présent, et ne pas penser à l’avenir. Il ne fallait pas se laisser démotiver, ce n’était pas son genre après tout ! Se mettant deux bonnes claques pour chasser toutes ces pensées, il pénétra dans la cuisine du restaurant pour prendre son petit déjeuner. Il fut surpris de voir que son père était déjà debout et qu’il préparait le nécessaire pour l’ouverture du midi.

Le voir sourire ainsi donna un coup de fouet au bretteur qui prit son petit-déjeuner rapidement avant de monter se mettre en jogging et en t-shirt. Quand il sortit dehors, le soleil n’était pas encore totalement levé. Il faisait frais et les rues étaient désertes. C’était parfait pour courir ! Il ne souffrirait pas de la chaleur comme ça ! Il passa devant le collège, s’arrêtant un instant pour regarder le terrain de baseball qu’on pouvait apercevoir du grand portail d’entrée du bâtiment. Peut-être qu’il irait s’entrainer au tir en fin d’après-midi après tout. Il reprit sa course, croisant quelques clients du restaurant de son père qu’il salua. Il passa devant la maison de Tsuna, celle de Gokudera, et celle de Ryohei. Il jeta un coup d’œil à sa montre, histoire de voir depuis combien de temps il courait déjà, s’arrêtant sur le côté de la rue. Déjà 2h… Le temps passait vite quand on courrait en ne pensant à rien d’autre. Le soleil s’élevait de plus en plus dans le ciel, et Yamamoto se dit qu’il était temps de rentrer chez lui pour prendre une bonne douche avant d’aller aider son père pour le service du midi.

Il tourna les talons et repartit dans le sens inverse à celui qu’il avait emprunté pour venir. Expirant régulièrement, son front en sueur, il ferma un moment les yeux pour mieux profiter de l’air lui fouettant le visage pendant qu’il faisait son footing. Quand il rouvrit les yeux, il aperçut une silhouette familière au bout de la rue. Affichant un grand sourire, Yamamoto continua de courir en sa direction. Quand il fut assez près pour que l’autre l’entende, il lui fit un petit signe de la main.

« Yo Senpai ! »

Quand il arriva près de lui, il s’arrêta de courir, reprenant son souffle un instant, content de faire une si bonne rencontre dès le matin. Ils allaient pouvoir courir un peu ensemble, sauf si Ryohei préférait aller dans une autre direction.

« Ca va ? J’pensais pas trouver quelqu’un aussi tôt en train de courir aussi ! Mais ça m’étonne pas de toi Senpai ! Ca te dit qu’on coure vers la rivière ? A moins que t’aies prévu de rentrer maintenant ! »

Connaissant le boxeur, il se doutait qu’il ne refuserait pas de s’entrainer un peu plus ! Et puis, c’était toujours plus agréable de courir avec quelqu’un.



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Dernière volonté rpg

Ciaossu watashi wa,
Invité
Invité



Profil
MessageSujet: Re: Footing matinal de l'extrême! [Ryohei & Kazuya]   Sam 12 Juin - 15:11

Réveil à l'aube pour un Ryo... Non c'était plutôt un réveil à la Ryohei pour l'aube, c'était certainement plus exacte, le jeune homme avait déjà finit son déjeuné quand cette dernière commença à se lever à un fuseau horaire d'ici. Aujourd'hui ce fou de boxe voulait se défoncer à l'extrême, trouvant que depuis deux trois jours il s'était assez encrouté, à son goût, au goût d'autres personnes, il se serait plutôt défoncé au maximum, en faite ça dépendait des différents points de vues qu'ont toutes les personnes qui forment ce monde. Et sans doute vous demandez vous « Mais pourquoi a t-il passait deux trois jours à ''s'encrouter''? », et j'ai une réponse toute simple à vous formuler, une copine, enfin plus la copine qu'il aura dans le future. Et encore tout aurait pu bien se passer, s'il avait continué à l'esquiver et à fuir à chaque fois qu'il l'entendait arriver de loin, sauf qu'il y a de ça quatre jours, sans même s'en rendre compte, il est tombé nez à nez avec elle, qui passait en compagnie de Kyoko, de la cuisine à la chambre de sa sœur. Pas besoin de vous dire que le pauvre timbré balbutia un « IL FAUT QUE J'Y AILLE A L'EXTRÊME », mais en faite je vous l'ai tout de même dit, et sur ce sa sœur sourit en encourageant son frère, et lui rappelant qu'il ne devait tout de même pas en faire de trop, quant à la jeune brune, elle resta dubitatif, et annonça de nouveau que les hommes étaient tous des sortes d'animaux à cet âge là.

Enfin bref, maintenant que vous en savez plus du pourquoi du comment, vous voulez certainement que je continue dans le récit du jour, enfin moi c'est ce que je souhaite faire, si vous n'êtes pas du même avis, faite en moi savoir par un message recommandé, que je ne me priverais pas de la jeter à la corbeilles, et ouai c'est ça être le patron de ses propres rp.

Je disais donc que j'allais continuer ma narration d'une remise en forme d'un Ryohei assez perturbé. Après quelque exercices, dans sa chambre, qui furent des pompes, des tractions, des abdos, des développé couché, encore des pompes, et une nouvelle fois tout le reste, il décida que le soleil étaient trop lent à se lever, et qu'il ira illuminer les rues de cette ville de sa motivation. Il sortit de chez et commença son tour complet de Nanimori, rien de mieux pour se remettre d'aplomb après quelque petits exercices simples, mais qui pompent tout de même une partie de la forme de celui qui les exerce. Il passa devant bon nombre de maison, d'où les lumières commençaient peu à peu à s'allumer, après avoir bien abimé la route de sa course, une nouvelle fois, il pensa juste de rentrer chez lui, prendre une bonne douche, l'odeur de phoque n'étant pas vraiment des plus agréable, même si suer faisait du bien, et ensuite il se dirigera vers le club de boxe, où il pourra attendre qu'un adversaire assez courageux daigne l'affronter.

E
t c'est dans l'espoir de rencontrer un adversaire digne de ce nom, qu'il pourra combattre avec toute sa force à l'extrême, qu'en tournant une rue, il vie de loin le taré de la balle. Ils se dirigèrent tout deux l'un vers l'autre, et une fois à bonne distance, les salutations commencèrent, Sasagawa continuait de courir sur place, tout en gueulant tout ce qu'il pouvait à son habitude.

-YOSHA TAKESHI! Heureux de voir que t'es un si bon esprit, mais il n'est jamais trop tôt pour se défoncer à l'extrême. Un sportif qui se respect ne refuse jamais une invitation à se défoncer à l'extrême. Sinon je ne serais pas digne d'être le Gardien du Soleil de Sawada!


Il lâcha une énorme main qui s'éclata amicalement sur l'épaule du base-balleur. Et il partit d'un trait vers la rivière. S'il n'y avait pas eu ces foutus murs, dont il n'avait aucun droit de détruire, on le sait bien qu'il aurait foncé en ligne droite vers sa destination, mais à la suite de certains petits ennuis qu'il avait eu il y a quelque mois, il préféra suivre les ruelles.

-J'espère que t'arrivera à suivre Takeshi, si t'es un vrai homme tu devra y réussir sans trop de difficulté.
Revenir en haut Aller en bas
Dernière volonté rpg

Ciaossu watashi wa,
avatar



Strato di personaggio
Niveau: 35
Expérience:
260/2000  (260/2000)
Attirail:

Profil
MessageSujet: Re: Footing matinal de l'extrême! [Ryohei & Kazuya]   Lun 14 Juin - 16:05

[Post vraiment mauvais excusez moi, je tâcherai de faire mieux la prochaine fois :/]

Elle venait d'éclater cette foutue bulle qu'il avait mit autant de temps à fabriquer, peu importait, il lui suffisait d'insuffler à nouveau de l'air dans ce chewing-gum afin d'en créer une nouvelle. Tsss, il n'avait vraiment rien d'autre à faire ces derniers temps, la paix, si l'on pouvait qualifier l'atmosphère de la sorte, régnait en maitre sur le monde Mafieux du futur. Cette saleté de famille Millefiore avait eu son compte, merci bien les Vongola, voilà qu'ils reprenaient leur place de number one... Le pire étant qu'une bande d'adolescents avait réussi là ou tout le monde avait échoué, quelle honte ! Ces types étaient des monstres hors de portée désormais, à quoi bon espérer les attraper un jour ? Toutefois Kazuya comptait bien les surpasser, son voyage dans le passé étant principalement orchestré dans cet unique but. Les coudes posés au niveau de ses cuisses, Aoki poussa un profond soupir en relevant la tête quelque peu. Ah qu'est-ce que ce siège pouvait être confortable, la seule chose appréciable en réalité pour lui à présent. Cependant, de façon soudaine la porte de sa chambre s'ouvrit en un fracas démentiel, qui était-ce ? Pourquoi autant de grabuge ? Posant ses yeux interrogateurs sur la personne pénétrant la pièce, Kazuya constata promptement qu'il ne s'agissait ni plus ni moins que du laquet qu'il avait engagé une semaine plus tôt pour le guider : « Marco ». Pfff, qu'est-ce qu'il voulait ce « Kuso Jiijii » ? Un vieux comme lui ne devrait pas se surmener de la sorte après tout. Lentement l'indésirable s'avança en direction de son employeur, le souffle court, les mains tremblantes.

D'un haussement de sourcils le Boss de la Famiglia attendit une quelconque réaction chez le nouvel arrivant. Alors il comptait cracher le morceau ou il était venu pour admirer son supérieur ? Kazuya s'apprêtait à prendre la parole afin de le questionner sur les raisons de sa venue, il fut cependant coupé de court par ce foutu Marco. Hein ? Nous nous trouvions dans l'embarras ? Dans une situation critique ? Un avis d'expulsion ?! Comment était-ce possible ? Il était vrai que le blondinet logeait dans cet appartement depuis presque un mois n'avait pas jugé utile de payer la location... Tss. Aoki poussa sur ses avant bras afin de se redresser et se mettre sur ses pieds, complètement relevé. Il ne pouvait laisser les évènements suivre tranquillement leur cours. Personne ne le connaissait à cette époque, il ne pouvait se permettre de débourser l'argent de la famille pour un endroit ou dormir... C'était décidé, il se barrait sans rien dire, tant pis pour le propriétaire... Et pour Marco, le pauvre, il n'aurait pas de paie lui non plus...

Kazuya tapota de sa sénestre l'épaule du messager, comme pour le remercier et le féliciter. Sous son apparence insolente et « démoniaque », le blondinet aimait profondément sa petite troupe et reconnaissait leur valeur... Bien qu'il n'en dise pas un mot. Se mettant en route d'une allure à la fois rythmée et monotone, le dirigeant de la Minaccia Famiglia enfuie sa dextre dans les méandres de sa poche, y trifouillant une bonne dizaine de secondes. Il en ressortit un paquet de cigarettes entamé d'une bien belle façon. Du bout des doigts il agrippa une tige, l'extirpant de son emballage et la porta à sa bouche. Fermement tenue entre ses lèvres, il la faisait balancer du haut vers le bas et inversement... Non, il ne comptait nullement y mettre le feu, à vrai dire il ne fumait pas. Toutefois cette sale habitude lui vient d'Angelo son ami d'enfance, en réalité le paquet lui appartenait... Il le gardait en guise de souvenir en somme.

Dans les rues de Nanimori, il ne put s'empêcher d'émettre une petite pensée mêlée à une once de regret envers son vassal qu'il ne reverrait sans doute jamais, l'abandonner de la sorte sans même le récompenser... Que voulez-vous ? Aoki n'était pas millionnaire, loin de là ! Se masquant le visage des rayons encore timides de l'astre solaire, le blondin soupira nerveusement, quelle idée de se lever si tôt ! La majorité du peuple pionçait encore à cette heure... Tss, de toute façon il s'en contre fichait du peuple, il lui fallait débusquer des hommes puissants pour renforcer sa famille en perdition. S'approchant lentement d'une intersection, il n'eut que le temps de se protéger de ses avants-bras, ne pouvant éviter le corps en mouvement lui fonçant droit dessus. Tombant au sol, un grognement s'échappa de son gosier qui, lorsqu'il se leva, ne manqua pas de s'exprimer vivement.

« Oï regarde ou tu vas Kuso Baka ! »

En l'analysant de plus près, cette imbécile qui fusait à toute allure lui rappelait étrangement quelqu'un... Mmmmh, cette chevelure tirant vers le blanc, cette cicatrice, cette vivacité... Pas possible ! Un, un Vongola ?! Quelque peu plus loin, un second membre de cette Famiglia arrivait, Yamamoto Takeshi, le meilleur sabreur... Quelle aubaine ! Les types qu'il désirait ardemment surpasser et terrasser en recomposant ses troupes se dressaient là devant lui... Néanmoins, il n'était pas certain de pouvoir les battre, surtout avec cette infériorité numérique... Cela dit, Kazuya était le roi en matière de torture mentale, du moins de la provocation et du bluff.

« Oh ? Deux Vongola ? Vous semblez bien pressé. »

Il cessa son discours un cour un instant, installant le doute, les questions et reprenant par la même occasion son souffle. Ceci fait, il se résolut à reprendre, un sourire se dessinant en prompt sur son faciès, lui conférant un air sadique et pour le moins... Démoniaque.

« Ou courrez-vous comme ça ? Sauver votre boss ? Il est vrai que le bruit court... Il se serait fait tabasser par des rivaux... »

Bien entendu il ne s'agissait que pure inventions et mensonges grotesques, ces gamins y croiraient peut-être... Leur premier réflexe ne serait-il pas alors d'accourir en direction de la demeure de leur précieux Decimo ? En toute logique si, Kazuya connaitrait ainsi l'emplacement de son ennemi...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://alternativefuture.forumactif.org
Dernière volonté rpg

Ciaossu watashi wa,
Invité
Invité



Profil
MessageSujet: Re: Footing matinal de l'extrême! [Ryohei & Kazuya]   Mar 15 Juin - 11:48

    Il est l’heure de se lever feignant ! Fin du voyage, arrivé au pays du soleil levant. Keitaro se réveilla en sursaut comme ci il venait de faire un cauchemar alors que cela n’était pas le cas. Il regarda autour de lui avec de petits mouvements de tête et remarqua que les gens commençaient à se diriger à la sortie de l’appareil. Le jeune homme fatigué de son voyage se leva avec nonchalance. Il attrapa sa petite valise la ou il avait caché ses revolvers avec un système assez ingénieux d’ailleurs. En tout cas, il l’était assez pour passer les détecteurs de métaux de l’aéroport, ce qui a ravit Keitaro. Celui-ci entreprit donc une marche pour enfin sortir de ce gros bout de métal qui n’avait pas arrêter de faire des bruits étranges depuis le décollage. * Kuso, la prochaine fois je prends le bateau y’en a marre de ses saletés de bout de ferraille. J’ai bien cru que j’y resterai avec tout ces cliquetis. Et puis la zone de turbulence ! C’est décidé, je ne prends plus jamais l’avion ! * Une décision sage, mais dorénavant, il perdra un paquet de temps a entrer dans un bateau juste parce qu’il est maintenant dégouté des vols. Enfin bref. L’aéroport de Tokyo était complètement différent de celui de Rome. Surement parce que la moitié des écrits étaient des Kanji. Mais Keitaro se contrefichait de cela car il savait parfaitement lire le japonais malgré son extrême difficulté. C’est sur que parler italien c’est beaucoup plus simple. Mais bon de toute façon, il fallait bien s’y résoudre.

    Au japon, on parle japonais, c’est d’une logique implacable. Enfin bref, tout ça pour dire que cet établissement était différent comparé à celui de Rome. Mais Keitaro n’était pas là pour contempler de près ou de loin la moindre architecture qui mériterait quelques regards. Non, il était là pour quelque chose de bien plus important à ses yeux. Retrouver le salopard qui avait terrassé toute sa famille. C’est la seule raison pour laquelle il a put supporter ce vol, la seule raison pour lui de se rendre au Japon. Il était venu donc, sans vêtements, seulement avec beaucoup d’argent caché dans ses vêtements. Heureusement que le détecteur de métaux n’a pas broncher au moment de son passage, sinon on l’aurait fouillé et fini la poursuite. Et surtout, bonjour la prison ! Mais fort heureusement, Keitaro avait passé ses épreuves sans la moindre difficulté, enfin si on exclut le vol qui n’était tranquille qu’au moment du décollage. Le jeune homme se demandait d’ailleurs s’il s’était vraiment endormi ou s’il s’était évanoui.

    Cela restait un mystère. En plus de cela, il s’était réveillé comme après une cuite à la téquila, ou un passage à tabac. Le corps et l’esprit complètement en vrac, il monta dans un taxi et commença sa recherche. Il décida de commencer par Nanimori, Tokyo étant trop peuplé à son goût. Quel feignant celui la alors ! Enfin bref, de toute façon il avait bien prévu de commencer ses rechercher la haut car il avait appris je ne sais comment que quelques familles de mafieux se tapissaient dans cette ville qu’on nomme Nanimori. La plus puissante de ces familles étant la famille Vongola. En Italie, on n’arrêtait pas de dire que le dixième du nom Vongola se trouvait au Japon. Une nouvelle qui a laissé Keitaro bouche-bée. Comment un héritier de l’une des plus grandes familles Mafioso pouvait se caché au Japon. Cela défiait toute logique. Enfin bref, de toute façon, il n’était pas ici pour retrouver un quelconque Vongola. Quoi que, il est possible que son ennemi ait pu infiltrer une des familles de ce pays. A cette pensée, il demanda au chauffeur d’accélérer un peu. Il ne savait pas comment, mais il sentait qu’il allait faire une rencontre des plus étranges dans cette fameuse Nanimori.

    Ah enfin ! Le panneau qui indiquait sa destination avait montré le bout de son nez. Plus que trois kilomètres. Yes !! Keitaro avait sa tête collé a la vitre et regardait défilé les voitures de cette autoroute qu’il qualifiait d’interminable. Il avait l’impression d’être sur cette route depuis des heures alors qu’en réalité, cela faisait à peine quelques minutes. Soudain, Keitaro ressentit que la voiture commençait à ralentir. Keitaro regarda la route avant de dire avec un ton assez grincheux et rauque : « Faites moi plaisir, dites moi qu’on est arrivé » Le chauffeur se contenta d’acquiescer. Keitaro poussa un petit wooo ! Puis, il sortit de la voiture en trombe, paya le chauffeur et prit sa valise, enfin plutôt son sac. Après quoi, il s’empressa d’arpenter les rues de cette ville qui n’était pas si petite que ça en fin de compte. Le jeune homme marcha pendant quelques minutes quand soudain, il tomba face a trois personnes qu’il avait l’impression de reconnaitre. En vérité, il reconnaissait deux personnes, qui portaient quelque chose que Keitaro avait déjà vu auparavant.

    Des anneaux Vongola ?! Mais oui, c’était bien cela. Ces deux personnes étaient donc des gardiens du dixième du nom. Et visiblement, ils étaient en train de faire un jogging. Cela ce voyait à la transpiration qui coulait le long de leurs visages. Et aussi a l’odeur. Keitaro quand à lui s’approcha de ses personnes avec un air de touriste. Il avait une idée en tête. Mais laquelle ?! Une fois arrivé à leur hauteur, il remarqua que le troisième protagoniste leur parlait de leur chef qui apparemment s’était fait tabassé ?! Le jeune homme haussa les sourcils et eu un petit rictus. Il décida alors d’aller taquiner ces jeunes gens. Il se rapprocha d’eux avant de dire d’un ton moqueur :

« Je vous conseille de ne pas écouter ce qu’il dit. Il vient de raconter un odieux mensonge ! N’est ce pas monsieur ? »

    Dit-il d’un ton amusé. Le but étant bien sur de semer la zizanie dans l’esprit des deux gardiens. Mais lequel ils allèrent écouter. Keitaro ou Kazuya ?
Revenir en haut Aller en bas
Dernière volonté rpg

Ciaossu watashi wa,
Invité
Invité



Profil
MessageSujet: Re: Footing matinal de l'extrême! [Ryohei & Kazuya]   Mer 16 Juin - 19:12

    Yamamoto était vraiment heureux de croiser Ryohei alors qu’il faisait son footing matinal. Ca ne l’étonnait même pas de le voir en train de courir aussi tôt. En même temps, quand on connaissait le président du club de boxe… Ca ne pouvait vraiment pas surprendre ! Lui faisant un signe de la main alors qu’il se rapprochait de lui, le bretteur lui proposa alors de courir un peu avec lui jusqu’à la rivière. Bien entendu, c’était une proposition que le gardien Vongola du soleil ne pouvait refuser ! Courant sur place pendant que Takeshi lui avait fait la proposition, Ryohei lui dit qu’il avait un bon esprit et qu’un sportif digne de ce nom ne pouvait pas refuser une demande de ce genre. Yamamoto se mit à rire en sentant toute la détermination de son senpai qui vint lui exploser l’épaule en une « tape amicale ». Le brun manqua de tomber en avant, se rattrapant de justesse avec son pied qu’il avait posé en soutien. Heureusement qu’il s’était plus ou moins préparé, sinon il se serait sûrement étalé par terre !

    En tout cas, Ryohei n’avait pas perdu une seconde et commençait déjà à courir en direction de la rivière. Yamamoto, tout sourire, se mit à le suivre, restant à ses côtés en respirant comme il se devait pour éviter qu’un point de côté vienne le surprendre et l’handicaper. Ryohei espérait que le base-balleur arriverait à le suivre, mais que s’il était un vrai homme, il n’aurait aucuns problèmes. Le brun lui fit un grand sourire, levant son pouce pour montrer qu’il ne comptait pas se laisser distancer.

    « T’inquiètes pas pour ça Senpai ! »

    Mais alors qu’ils tournaient à une intersection, les deux sportifs furent surpris dans leur course par un individu que Yamamoto ne connaissait pas. Ryohei qui ne l’avait pas vu, venait de lui foncer dedans, faisant tomber l’inconnu qui laissa échapper un grognement avant de traiter le boxeur d’imbécile qui devait regarder où il allait. Yamamoto qui était resté un peu plus loin se rapprocha, se demandant si tout allait bien pour la personne que venait de percuter le gardien du soleil. Il ne s’en faisait pas trop pour ce dernier… Il savait qu’il avait la tête dure ! Tendant une main à l’inconnu, Takeshi voulait s’assurer qu’il n’était pas blessé.

    « Tout va bien ? »

    Mais à peine eut-il posé la question que le jeune homme leur dit qu’ils avaient tous deux l’air bien pressé, remarquant qu’ils étaient des Vongola. Hein ? Comment il savait ça lui ? C’était un mafieux ? Yamamoto commençait à se demander si c’était un ennemi ou non quand l’inconnu reprit la parole pour leur demander où est-ce qu’ils courraient comme ça puisqu’il y avait un bruit qui courrait sur le fait que leur boss s’était fait tabasser par des rivaux. Yamamoto, étonné, regarda Ryohei avant de replonger son regard dans celui de son vis-à-vis, l’air tout de suite plus sérieux.

    « Tsuna ? Il lui est arrivé quelque chose ? Quand est-ce que ça s’est passé ? Qui c’était ? »

    Ses sourcils commençaient à se froncer et ses poings se resserrer quand une autre personne fit son apparition. Il se rapprocha des trois autres, annonçant d’un air moqueur qu’il ne conseillait pas au Vongola de le croire puisque c’était un odieux mensonge. Arf c’était quoi ça ? Ils s’étaient donné le mot pour embrouiller les deux gardiens ou quoi ? Et pourquoi lui aussi semblait les connaitre ? Réunions de mafiosis en pleine rue de Namimori… Yamamoto ne savait pas qui il devait croire. Il jeta un regard à Ryohei pour voir ce qu’il en pensait. Si Tsuna était en danger, il ne fallait pas qu’ils trainent pour aller l’aider ! Peut-être même qu’il était déjà trop tard ! Mais après tout… C’était sans doute un mensonge… Le blond n’avait pas l’air très net, et si c’était un ennemi des Vongola, il ne fallait surtout pas que les deux gardiens l’amènent jusqu’à la maison de Tsuna ! Takeshi se demandait pourquoi il n’avait pas eu la bonne idée de prendre son katana en sortant faire son footing ce matin.

    « Senpai, tu crois que Tsuna s’est vraiment fait attaquer ? »
Revenir en haut Aller en bas
Dernière volonté rpg

Ciaossu watashi wa,
Invité
Invité



Profil
MessageSujet: Re: Footing matinal de l'extrême! [Ryohei & Kazuya]   Sam 19 Juin - 16:13

A votre avis, que devrait être les dommages créés à la suite d'une collision avec un boxeur en mode extrême? De mon point de vue, j'en doute que quiconque pourrait gambader comme si de rien n'était juste après, enfin c'est mon point de vue, de ce même point de vue, je peux dire que si un jour Ryohei se prenait une voiture de plein fouet, et même si je me doute que Ryohei puisse de nouveau bien avancer, dans l'instant, à la suite de ce choque, j'imagine tout de même une voiture assez bien amochée. Mais c'est tout a fait mon point de vue, et vous n'êtes pas obligé d'opiner de la tête dans mon sens, c'est vrai qu'une certaine logique, voudrait qu'un homme ne puisse pas vraiment détruire une voiture rien que par sa carrure, quand cette dernière lui fonce dessus, je dis bien un homme, je ne parle pas de ce cas pour notre ami Super man, ou bien encore Chuck norris, oui il faut instaurer des limites entre homme et sur-homme. Et toujours de mon point de vue, quand nous voyons les exploits de notre très cher Sasagawa, je pencherais pour le qualifier d'un petit sur-homme, sans doute, enfin ça reste toujours rien que mon avis, et vous n'êtes toujours pas censé être d'accord avec ce ci.

Enfin bref, ce petit interlude juste pour ouvrir sur le fait que justement une personne venait juste de ce prendre de plein fouet notre boxeur National, et celui ci se sentait encore d'haleine de grogner et d'insulter notre muscler. Et si ce gars n'avait pas ronchonner, Ryohei ne se serait certainement pas arrêté, enfin il n'aurait certainement pas remarqué qu'il venait de mettre à terre un simple passent marchant dans le coin. Le boxeur fit marche arrière s'arrêta au prêt de Takeshi et regarda le dernier arrivé, enfin, il ne s'était pas vraiment arrêté proprement dis, il continuait tout de même de courir sur place, tout en soufflant, d'un rythme régulier, l'air aspiré.

Et se nouvel hurluberlu avait l'air de connaître leur identité secrète, enfin techniquement elle n'était pas vraiment secrète, c'est juste que peu étaient au courant qu'ils étaient maintenant des mafieux du Dixième Parrain Vongola. Donc en un sens ce n'était pas secret tout en restant une information que tous ne criaient pas sur les toits, enfin presque tous, si on se souvient de Gokudera qui est aussi fier qu'un coq en patte d'être le bras droit de Sawada. Mais passons, que cette personne connaisse leur relation avec la Mafia était tout de même bien étrange, et même si Ryohei n'est pas vraiment du genre à réfléchir mais plutôt à agir, il se posait tout de même quelques questions, qui sont tellement simpliste que j'en vois pas la peine de vous les révéler... Je vais pas non plus tout le temps perdre mon temps à vous dire des choses aussi basique que le fait de se demander « Mais comment est-il au courant? Est-il un Mafieux lui au.... » Et zut voilà que je me met à vous dire ce que je n'étais pas censé me casser la tête à vous dévoiler. Passons de nouveau et allons tout de suite à l'essentiel je vous pris.

-NANI? SAWADA EST ATTAQUE?

Ryohei commençait à bruler d'une flamme intérieur intense et jaune, ses muscles commençant à s'activer plus qu'ils ne l'étaient déjà. Il était prêt à courir vers Sawada dans l'instant même, et cette fois tant pis pour les murs et autres réverbères ou vieilles dames sur son passage, tout y passera. Mais un autre gars arriva à son tour, et celui ci se décida d'encore plus envenimer la situation, en prétextant que le blond aux cheveux longs leur mentait. Sasagawa commençait à perdre patience, il ne savait ni qui croire ni qui défoncer, chacun de ces deux braves emmerdeur pouvait mentir, mais lequel croire? Ryohei n'en avait aucune idée, et il ne cherchait pas à voir en lequel il pourrait avoir le plus confiance, n'y ayant pas même pensé. Et le fou de base-ball, qui était tout aussi perturbé lui posa la question qui tue.

Ryohei dans un geste vif, et précis souleva le premier gars par le col, et pris le second par le même niveau et les plaqua tous deux contre le mur le plus proche, il entendit des os craquer et commença à maintenir une pression sur le thorax des deux types. Le boxeur n'était pas vraiment du genre de gars à s'emporter contre des personnes, même s'il pouvait s'énerver contre n'importe quoi, comme un pot de cornichon qui ne veut pas s'ouvrir et qu'il défit en duel. Mais sur Ses amis on ne pouvait pas faire ce genre de blagues douteuse, ça foutait en pétard le gardien du soleil, il prenait sa mission de protéger Sawada très à cœur, et ça comptait aussi beaucoup pour Kyoko, s'il arrivait quelque chose à Sawada, ça rendrait bien entendu tout le monde triste, mais surtout sa sœur, et il ne voulait par dessus tout ne jamais voir une seule larme de tristesse sur le doux visage de sœur.

-VOUS FOUTEZ PAS DE NOUS! DÎTES MOI LA VERITE OU JE VOUS FERAIS REGRETTER CHAQUE MOTS SORTIT DE VOTRE BOUCHE!

La bague Vongola c'était allumée de sa flamme jaune, et Garyuu commençait à y répondre.
Revenir en haut Aller en bas
Dernière volonté rpg

Ciaossu watashi wa,
avatar



Strato di personaggio
Niveau: 35
Expérience:
260/2000  (260/2000)
Attirail:

Profil
MessageSujet: Re: Footing matinal de l'extrême! [Ryohei & Kazuya]   Mar 22 Juin - 23:19

Que le destin pouvait être jouasse, vraiment ! Kazuya en s'enfuyant de son appartement dont le loyé restait à payer ne s'imaginait nullement tomber nez à nez avec deux gardiens Vongola. Une bonne occasion de les tester et vérifier tous les dires qu'il avait pu entendre à leur sujet dans le monde du futur. Néanmoins, s'ils avaient véritablement battu Byakuran et sa maudite Famiglia, impossible pour notre blondinet de les vaincre... Bah peu importait, là ne serait pas la première dérouillée qu'il se prendrait de face. Le boss des Minaccia venait d'installer le doute dans les esprits des deux jeunes gens, semant la zizanie comme il savait si bien le faire. A vrai cela l'amusait plus qu'autre chose, torturer l'âme de ses pauvres victimes, quel délice, berner tout le monde... Ah ah ah, qu'est-ce que ça pouvait lui plaire !
Néanmoins, son mensonge pour le moins grossier et tiré par les cheveux fut contrecarré par une inopinée arrivée. A première vue les rigolos avaient mordu à l'hameçon et ce à pleine dents, croyant dur comme fer à la duperie du blondin. Mais ce nouveau venu à la chevelure ébène vint démentir ses tromperies, pour qui se prenait-il ? Et dans un premier temps, qui était-il surtout ? Un sale fouineur qui ne ferait que l'agacer, tel était le sentiment qui émanait de lui pour notre héros... Cependant, le fait qu'il connaisse l'existence de Sawada Tsunayoshi, ou plutôt devrais-je dire du Decimo, révélait assurément son appartenance à l'univers mafieux. De quelle famille faisait-il partie ? Quelles étaient ses intentions ? Etait-il hostile ou au contraire amicale ? Seul le bon dieu pouvait le savoir ! Kazuya avait somme toute deviné son côté taquin à l'intonation de sa voix et les mots employés. Un large sourire se dessinant sur le coin de ses splendides lèvres, Aoki entre ouvrit son gosier, s'apprêtant à débiter derechef d'autres inventions de son cru.

« Un odieux mensonge ? Et toi, pourquoi ne serais-tu pas le menteur dans cette histoire ? »

D'un ton calme et sûr de lui, la tête blonde venait de donner de nouvelles informations qui pourraient semer encore plus le trouble à la situation dors et déjà abracadabrante. Le doute maitre des émotions immiscées au sein de l'âme des Vongolas, Kazuya savait pertinemment qu'il venait de les affaiblir mentalement... Une victoire psychologique en prenant l'ascendant était toujours plus bénéfique qu'une escarmouche à coups de pieds et de poings.
Toutefois, Sasagawa Ryohei, réputé pour son sang chaud ne manqua pas de confirmer ces suspicions. S'emportant aisément sans vraisemblablement chercher à débusquer l'arnaque, il se rua en hâte sur les deux mafieux. Empoignant dans un premier temps avec une vivacité exemplaire le col du Minaccia, il en fit de même pour l'inconnu, avançant ceci fait en direction du mur le plus proche, les plaquant fermement contre ce dernier. Ainsi, adossé malgré lui contre le béton armé, Aoki pouvait ressentir la froideur du ciment, un frisson venant lui parcourir l'échine dorsale.

Complètement furieux, le gardien du soleil hurlait à outrance, réveillant les pauvres gens qui pouvaient encore dormir à cette heure si matinale. Une énergie mêlée à une colère débordante, il était prêt à en découdre de toute évidence... Ses lèvres toujours décorées de ce fameux sourire diabolique et outrageant, Kazuya fixait le jeune homme dans le blanc des yeux. Le bougre désirait connaitre la vérité, un droit somme toute compréhensible... Un droit que Kazuya ne jugeait pas utile de révéler présentement. Levant son bras droit, il tourna simplement son poignet, désignant du bout de son index l'individu méconnu.

« C'est lui... »

Arrêtant sa phrase en plein milieu, il donnait à son interlocuteur un sentiment d'inachevé, une torture psychologique agaçante à souhait. Inspirant longuement, il accumula moult quantité d'air dans ses poumons, expulsant délicatement celui usagé. De la sorte, sans se presser d'aucune façon, il reprit son monologue.

«  ... Le coupable . »

Sa sentence aussitôt dite, son bras se laissa chuter pour regagner le long de son corps... Mais, alors qu'il revenait lentement à son lieu d'origine, il chassa brusquement la main qui retenait son possesseur par le col. Sans attendre, Aoki plia quelque peu ses genoux, d'environ quatre vingts dix degrés, bondissant à une hauteur impressionnante. D'une habile rotation du bassin, il envoya sa jambe, l'acheminant véritablement vers le menton de Ryohei, son pieds viendrait heurter celui-ci si le boxeur ne réagissait pas... Oh, pourquoi agir de la sorte ? Une envie peut-être ? Ou peut-être encore préférait-il ne pas demeurer en position de faiblesse acculé contre le mur si les évènements devaient se gâter. Son être se faisait rattraper par la pesanteur, il fut ramener au sol, adoptant directement une posture étrange, positionné semi-obliquement... Il fixa son attention sur le gardien de la pluie qui auparavant avait questionné son Senpai sans pour autant obtenir de réponse. Il questionnait son acolyte sur la véracité des propos de notre blondin, même s'il n'était pas sujet de cette interrogation, le boss de la Famiglia y répondit.

« Pourquoi ne vas-tu pas vérifier Yamamoto Takeshi ? »

Remarquant tout juste la bague qui s'agitait d'une étincelante aura dorée au doigt de Sasagawa, Aoki redoubla de prudence... Il tramait quelque chose, surtout que son attaque avait sans l'ombre d'un doute éveiller la soif de combat qui sommeillait bien peu en lui. Décidé, notre héros afficha clairement sa bague postée à son annulaire, la faisant fourmiller de flammes du type Sole lui aussi...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://alternativefuture.forumactif.org
Dernière volonté rpg

Ciaossu watashi wa,
Invité
Invité



Profil
MessageSujet: Re: Footing matinal de l'extrême! [Ryohei & Kazuya]   Mer 7 Juil - 15:29

    Nous pourrions plus ou moins dire que Yamamoto et Sasagawa étaient tous deux tranquillement en train de faire leur footing matinal quand ils avaient rencontré un obstacle, même si tranquillement n’est sans doute pas un adjectif approprié pour le boxeur. Le Gardien du Soleil des Vongola venait de percuter un pauvre jeune homme blond qui s’était alors retrouvé par terre, injuriant la personne qui l’avait fait tomber. C’est avec sa gentillesse naturelle que le bretteur était venu se poster près de la victime de cette collision, lui tendant sa main pour l’aider à se relever tout en lui demandant s’il allait bien. Mais contre toute attente, la seule chose qu’il prononça c’était qu’il semblerait que leur boss, Sawada Tsunayoshi, était en train de se faire attaquer. Le Gardien de la Pluie et le Gardien du Soleil avait bien entendu mordu à l’hameçon, se demandant qui avaient bien pu oser s’en prendre à leur ami. Le brun avait demandé à son camarade s’il pensait vraiment que Tsuna était en danger, mais une autre personne entra en jeu.

    Ce nouvel arrivant était en train de dire aux deux Vongola que ce que déblatérait le blond n’était qu’un tissu de mensonge. Mais en y repensant… Pourquoi connaissaient-ils tous les deux Tsuna et les Vongola ? Ils étaient du monde des mafieux aussi ? En tout cas, le blond sembla en savoir pas mal sur eux puisqu’il les avait reconnu aussitôt, sans doute juste à la vue de leur bagues. En tout cas Ryohei semblait aussi perdu que le bretteur puisqu’il s’était saisit des deux inconnus par le col pour les plaquer contre le mur le plus proche alors que le blond venait de répliquer au nouvel arrivant que rien ne prouvait que c’était lui qui mentait. Le Gardien du Soleil tempêtait contre les deux autres en leur disant que s’ils ne crachaient pas la vérité, il leur ferait regretter chaque mot qui pourrait franchir la barrière de leurs lèvres. Yamamoto avait bien vu la bague de son camarade s’allumer, et il se demandait si c’était bien la seule manière d’obtenir quelque chose d’eux. Il s’approcha alors de Ryohei pour poser sa main sur son bras, s’apprêtant à lui demander de se calmer même si lui aussi était sur le qui-vive.

    Le blond reprit alors la parole pour désigner l’autre inconnu et dire que c’était lui le coupable. Il attendit quelques instants, Yamamoto commençant à sentir son poing qui le démangeait lui aussi. Lequel devaient-ils croire ? Et s’ils se contentaient plutôt d’aller voir si Tsuna allait bien ? Oui mais… Et si justement ces deux là n’attendaient que ça ? Malheureusement, le blond se défit de l’étreinte qu’exerçait le boxeur sur lui, lui envoyant un bon coup dans le menton, Yamamoto le rattrapant aussitôt pour ne pas qu’il tombe. Alors là… L’inconnu venait de faire s’évanouir le peu de crédibilité qu’il avait en s’attaquant à l’ami du bretteur. Ce dernier avait par ailleurs reprit la parole, demandant au baseballeur pourquoi il n’irait pas tout simplement vérifier ses dires.

    « Tout simplement parce que je vais d’abord m’occuper de ton cas… Tu es loin de paraitre honnête et j’ai de sérieux doutes à ton sujet. Ne penses pas pouvoir nous berner aussi facilement ! »

    Il disait ça mais… N’avait-il pas oublié quelque chose ? Sa batte qui renfermait son Shigure Kintoki… Elle était restée chez lui ? Là… Il n’était muni que de sa bague. Il n’allait pas pouvoir faire grand-chose, surtout que l’inconnu venait lui aussi de présenter une bague de laquelle jaillissait une petite flamme de couleur orange. Une flamme du ciel ? Mais c’était qui ce gars à la fin ? Fronçant les sourcils et serrant les poings, Yamamoto commençait sérieusement à s’énerver.

    « Qui t’es au juste ? Tu arrives à nous reconnaitre juste en voyant nos bagues, tu connais Tsuna et en plus tu as une bague avec une flamme du Ciel ? J’avais raison de pas te faire confiance ! »

    Ouais c’était bien beau de dire ça, mais sans arme, le problème était toujours le même ! Il alla alors se poster à côté de Ryohei, lui jetant un rapide coup d’œil.

    « Senpai… J’ai pas ma batte avec moi et mes boites sont restées chez moi… J’ai que ma bague pour me défendre… Si tu pouvais me couvrir… Je pourrais avoir le temps d’aller chercher tout ça chez moi et je pourrais peut-être aller vérifier si Tsuna va bien ou pas… Tu te sens capable de le retenir et de t’en occuper Senpai ? »

    C’était sans doute la meilleure chose qu’ils avaient à faire. Yamamoto ne serait pas d’une très grande aide, désarmé de cette façon. Mais encore fallait-il que Ryohei arrive à occuper suffisamment longtemps leur adversaire pour qu’il arrive à aller chercher sa batte.
Revenir en haut Aller en bas
Dernière volonté rpg

Ciaossu watashi wa,
Invité
Invité



Profil
MessageSujet: Re: Footing matinal de l'extrême! [Ryohei & Kazuya]   Sam 10 Juil - 15:17

    Il les tenait fermement contre le mur, et il n'était pas prêt de les lâcher tant qu'il ne connaitrait pas le nom du menteur, quitte à les fusionné au mure si besoin. Il était prêt à appuyer de toutes ses forces sur le thorax de chacun de ces deux hommes. Mais il songea que ça deviendrait un peu moins pratique pour les faire parler, et il voulait entendre clairement leur aveu, et pas être obligé de les faire répéter. Un se décida à prononcer quelques mots, c'était le guss qu'il avait percuté plus tôt. Il n'avait pas besoin de parler pour que Ryohei comprenne qu'il se foutait royalement de sa gueule, rien que ce sourire. Quitte à ce qu'on pourrait croire, le fou de Boxe n'est pas qu'un simple bourrin, faisant attention aux choses les plus simple. Il savait reconnaître le sourire de quelqu'un qui se fichait de lui, et celui là se fichait clairement de lui. Il avait envie de lui rentrer dans le lard, mais se retenu, du mieux qu'il le pouvait, il avait promis à Kyoko de ne plus se battre, et il avait déjà trop de fois contourné cette promesse. Sans doute que cette fois il n'aurait pas vraiment besoin de se servir de ses poings, enfin il l'espérait, il ne voulait pas rendre triste Kyoko.

    Serrant les dents, Ryohei baissa un peu la tête, son esprit un peu trop tourné vers la promesse faite à sa petite sœur. Mais le blondinet aux cheveux longs en profita pour dégager le bras du Sasagawa, et de lui envoyer un pied vers le menton. Bien heureusement, Ryohei gardait de bon réflexe de boxeur, et éviter ce coup fut assez simple, il n'était pas un des véritable espoir de la Boxe pour rien. Mais un effet de sursaut se créa, quand il remarqua Takeshi juste derrière lui, essayant de reprendre son saut en arrière, pour ne pas rentrer dans ce dernier, il perdit l'équilibre, heureusement que l'autre sportif eu le réflexe de le retenir de tomber.

    Donc le gars en face d'eux, venait juste de détruire les tous derniers doutes persistant encore dans l'air. Et de plus il montra une flamme du Soleil sortant d'un anneau. Lui aussi pouvait se servir de cela, la chose n'allait donc pas être si simple. Et encore une fois Ryohei allé rompre la promesse faite à sa petite sœur, tant pis, il serra sans doute obligé d'inventer une nouvelle excuse s'il se faisait blesser. Mais de toute façon il allait l'éclater sans lui laisser le temps de le toucher. Et même si Takeshi voulait retourner chez lui pour prendre de quoi se battre, ça allait être inutile, le Boxeur était assez fort pour s'en charger seul.

    -Yosh, je t'attendrais pas pour le faire voler. Si tu veux le voir cracher ses dents, t'as intérêt à courir vite.


    Le Gardien du Soleil se mit donc en garde, les poings devant son visage, et les jambes bien positionnées pour garder ses points d'appuis. En même temps il regarda l'autre homme qu'il venait de lâcher, détaler comme un lapin, sans doute qu'il avait manqué son coup pour se foutre d'eux... Enfin bref, un gars qui détale comme ça, n'est pas digne d'être un bon adversaire. Ses yeux se reportèrent sur le premier homme.

    -Je sais pas qui tu es, et ce que tu veux, mais je peux te dire. JE SUIS RYOHEI SASAGAWA, GARDIEN DU SOLEIL DE LA FAMILLE VONGOLA! MA DEVISE EST KYOKUGEN!


    D'un élan porté par sa jambe gauche il se rapprocha, et envoya un crochet du gauche dans la mâchoire, pour ensuite riposter directement avec un uppercut du droit qui visait l'abdomen. Il repoussa en arrière le Blondin, et se remit en garde.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Dernière volonté rpg

Ciaossu watashi wa,
Invité
Invité



Profil
MessageSujet: Re: Footing matinal de l'extrême! [Ryohei & Kazuya]   Lun 9 Aoû - 16:59

Rp sur la touche. Si Aoki souhaite le continuer qu'il me mp.
Revenir en haut Aller en bas
Dernière volonté rpg

Ciaossu watashi wa,
Contenu sponsorisé



Profil
MessageSujet: Re: Footing matinal de l'extrême! [Ryohei & Kazuya]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Footing matinal de l'extrême! [Ryohei & Kazuya]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Role play :: Namimori et son Japon :: Les rues et ruelles-

Panneau d'administration
Design by Illy coded by Illy, Kamui Sinen & Ghost
Créer un Forum | Forum d'Entraide | Créer un Blog | Dons
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit