Bienvenue à toi Cher invité. Ce forum rpg actif nécessite des membres talentueux tel que toi pour évoluer! Dernière Volonté est un forum très prometteur ou les possibilité seront extrêmement vaste au niveau du rp et de la vie commune. Rejoins notre communauté qui est avant tout fan du manga Reborn! Incarne le gardien d'une grande famille, ou deviens le parrain de tes propres hommes !



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Au mauvais endroit, au mauvais moment [PV: Chrome + Sol]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Dernière volonté rpg

Ciaossu watashi wa,
avatar



Strato di personaggio
Niveau: 0
Expérience:
3000/3000  (3000/3000)
Attirail:

Profil
MessageSujet: Au mauvais endroit, au mauvais moment [PV: Chrome + Sol]   Ven 4 Juin - 11:36

    Alors que nos héros revenaient à peine de leur voyage dans le futur, d'autres péripéties leur tombaient sur le coin du nez. Le plus affecté en était Tsunayoshi Sawada ; désigné futur parrain de cette prestigieuse famille mafieuse, centrale et puissante qu'était celle des Vongola, il était temps d'officialiser sa succession à la tête de la famille et à la place du Neuvième du Nom. Les avis sur cette cérémonie restaient partagés. Car puissante, et centrale dans tout l'univers de la mafia, des familles voulaient prendre cette place. Le Dixième du Nom restaient un gamin quoi que tout le monde en dise sur sa puissance : une proie de choix, facile à avoir ou manipuler pour tout ceux qui voudraient le sous-estimer. D'autres profitait de cet événement pour prouver leur loyauté envers cette famille, d'autre encore désapprouvaient que ce sale gosse soit le successeur officiel. Un enfant ne pouvait décemment pas s'occuper de cet univers et encore moins un pauvre sensible se souciant bien trop de la justice. La mafia ce n'était pas fait pour des enfants de cœur.

    Tout ce tintamarre provoquait des vagues de discutions, d'indécision, de séparation au seins de familles ou groupes mafieux même les plus limités au niveau puissance comme influence. Car tous n'étaient pas d'accord, car tous avaient leur mot à dire, mais que rares étaient ceux qui avait l'opportunité d'ouvrir leur bouche pour que ce soit pris en compte, des affrontements avaient régulièrement lieux un peu partout dans Namimori. Les forces de polices ne savaient plus où donner de la têtes et chaque fois qu'ils voulurent savoir pourquoi de tels bagarres, de tels combats se produisaient, ils faisaient choux blanc. Les secrets de mal-honnêtes de ses organisations criminelles n'étaient pas près d'être révélés.

    Ce jour où nous parlons, deux groupes s'échauffaient les nerfs sans encore se toucher. Pour ou contre les Vongola ? Pour ou contre ce sale gosse au pouvoir, pour ou contre toute cette histoire. Alors qu'une partie du groupement ventait les mérites des décisions pour la succession, l'autre répliquaient par l'opposition. Non, c'était totalement irraisonné qu'un enfant dirige. Jamais ils se soumettraient à lui. Jamais il ne lui obéirait. Il fallait renverser toute cette histoire, changer le cours des choses... Que l'on sache, le deuxième prétendant au titre de Decimo n'était-il pas plus sérieux ? Plus apte à diriger, plus imposant de par son charisme... Il fallait quelqu'un qui puisse assumer son rôle et en donner les directives de façon ferme, résolut, impitoyable ! La sensibilité n'avait pas sa place en ce monde !

    Seulement, dans les affrontements pour savoir qui aurait le titre de Decimo, n'était-ce pas son opposant qui l'avait battu ? Ce gamin comme beaucoup disent ? N'était-ce pas non plus lui en qui le chef du CEDEF avait attribué sa confiance ? Le Neuvième avait finit par donner son accord la dessus non ? C'est qu'il avait l'étoffe d'un dirigeant, l'âme d'un vainqueur, la puissance requise. Il méritait alors le respect et la dévotion des autres familles.

    Naturellement, tout ce houleux débat ne se faisait pas dans les règles de la diplomatie. Les insultes fusaient et un rien pouvait envenimer la situation. Puis... passant vers eux, un visage innocent, une stature fragile... Mais à une main, des bagues étranges, enfin étranges... Des bagues quoi. Disons plutôt qu'elles étaient significatives. Une en particulier. Un blason reconnaissable, l'emblème du gardien de la brume des Vongola. Cette Gamine ? Non ce n'était pas possible, cette famille partait dans la décadence. Comment était-ce possible que cette fillette en petite jupe bien provocante pour son age et son nombril à l'air puisse être... gardienne ?! De là, le chef du groupe opposé à Tsunayoshi Sawada vint à sa rencontre avec arrogance et une animosité nette, une envie narquoise de prouver aux autres la faiblesse de cette famille.

    « Hello, ma jolie... » s'exclama-t-il en la retournant par le poignet dont la main portait les bagues. « Mais ce sont de sacrées belles bagues que tu as là... Vongola, n'est-ce pas ? »

    Ce type n'inspirait pas de confiance. Il ne sentait pas la rose, pour ne pas dire qu'il puait l'alcool et le tabac froid. De là, les autres se rapprochèrent. Entendant cela, le leader du groupe opposant s'avança de même d'un air septique et menaçant envers la miss et l'examina d'un air pas convaincue.

    « Comment oses-tu falsifier les symbole de la famille Vongola ?! » Demanda cet autre homme qui sembla plus propre sur lui que son congénère. Non il ne la croyait pas. Elle était bien trop maigrichonne et innocente pour faire partie de cette famille. Ses pensées imaginaient de tout temps un homme bien plus fort et menaçant. Aussi, sous le coup de la colère, il arma sa main en l'air pour la lui abattre dessus et la frapper. De toute façon il était clair que cette gamine n'était pas celle semblait être. Et puis, se faire frapper ça lui apprendrait à se moquer des puissances mafieuses de la sorte, cette garce.


    Spoiler:
     
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dernière volonté rpg
•• Admin :Vongola Shugosha

Ciaossu watashi wa,
avatar
•• Admin :Vongola Shugosha



Strato di personaggio
Niveau: 36
Expérience:
20/400  (20/400)
Attirail:

Profil
MessageSujet: Re: Au mauvais endroit, au mauvais moment [PV: Chrome + Sol]   Sam 5 Juin - 12:29


Photobucket

Perdue … Elle était perdue. Décidément, elle devrait sortir plus souvent de Kokuyo Land, et surtout fréquenter d’autres endroits à par la supérette et les bains publics. Car actuellement, la jeune Gardienne de la Brume ne savait absolument pas ou elle se trouvait. Mis à part qu’elle avait atteint les quartiers sombres et mal famés de Narimori, elle ignorait tout de sa position. Et comment allait-elle pouvoir rentrer ? Ken allait encore lui gueuler dessus si elle trainait trop. Hésitante, la Dokuro s’engagea au hasard dans une ruelle, serrant son sac contre elle. Elle regardait avec suspicion autour d’elle, légèrement inquiète des rencontres qu’elle pourrait faire dans ce genre d’endroit.

A deux doigts de faire sortir Mukurou pour qu’il la guide hors de ce dédale de ruelles plus perdues qu’un labyrinthe, la jeune fille se sentit soudain tirée en arrière, et fut forcée de se retourner. Rougissant légèrement comme à chaque fois qu’elle était en présence d’autre personne, Chrome se retrouva face à un homme dont l’haleine alcoolisée emplissait ses narines. D’autres personnes s’approchaient, entourant dangereusement la demoiselle au cache-oeil. Guère rassurée, la Dokuro eut un sursaut en entendant l’autre prononcé le nom de sa Famille. Elle comprenait mieux … Une famille ennemie, probablement peu encline à ce que le Boss soit promu officiellement au rang de Dixième du Nom.

  • Lâchez-moi …Ne touchez pas à cet anneau … Fit-elle doucement.


Un autre homme s’approcha, la traitant d’imposteur. La Dokuro était dans une bien mauvaise posture. Se retrouver la cible de deux familles n’était pas une situation très agréable. Chrome répêta sa phrase précédente, d’un ton un peu plus assuré, tel un avertissement. Elle regarda la main s’élever dans les airs, pour tenter de lui administré une bonne gifle. Seulement sa main ne rencontra que du vide. Avec agilité et souplesse, l’illusionniste s’était dégagée de la poigne mal assurée de l’autre et avait baissée la tête à temps. Reculant un peu, elle jaugea ses adversaires et sortit vaillamment son trident, prononçant d’une voix un peu plus forte.

  • Je … Je vous interdis de dire du mal du Boss ! Partez ou je vous tue !


Des paroles bien audacieuses pour une frêle adolescente seule face à tant d’hommes. Mais après dire du mal de Mukuro, dire du mal de Tsuna et la Famille était une chose que Chrome ne pouvait tolérer et laisser passer. Elle avait du respect pour le Boss, et il était si gentil avec elle. Et même l’homme aux nuages, qui paraissait si froid et distant, l’avait aidé quand elle était au bord de la mort. Se moquer des Vongola, c’était insulté Tsuna, Hibari, Gokudera, Mukuro-sama et elle-même. Et la Dokuro ne pouvait laisser passer cela.

Brandissant son arme aux pointes aiguisées, la jeune fille laissa sa détermination prendre une forme visible, et une flamme s’alluma sur son anneau du Brouillard, d’un doux indigo intriguant. Elle ne se laisserait pas faire, Ken et Chikusa l’attendait à la maison et pas question de les inquiéter.

  • Laissez-moi tranquille !


C’était le dernier avertissement.


Chrome

________________




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.fanfiction.net/u/2400715/Blacky_Chwan
Dernière volonté rpg

Ciaossu watashi wa,
Invité
Invité



Profil
MessageSujet: Re: Au mauvais endroit, au mauvais moment [PV: Chrome + Sol]   Dim 13 Juin - 17:27

Un air de musique baia dans la tête et les rollers aux pieds, je déambulais dans les rues de Namimori en quête d'un endroit où crécher. S'amuser, c'était bien beau, mais la nuit allait bientôt tomber et j'aimais savoir où me caler avant que le jour ne disparaisse tout à fait. J'avais pas franchement envie de me coltiner tous les gros lourds qui envahissent la rue une fois les lampadaires allumés. Tous qu'une bande de loques! J'avais eu une sale journée, et ouais, j'étais vaguement de mauvais poil. En fait, je revenais tout juste de ma visite chez les grand parents, et constater que Mom' n'avait pas changé d'un pouce me foutait les nerfs en boule. La voir toujours comme ça, sans réaction... Non, ça ne s'améliorait pas. J'avais même l'impression que c'était le contraire. Elle ne me reconnaissait même plus, alors qu'avant j'avais droit au moins à un semblant de réaction, du moins il me semble... Mes grands parents, de leurs côté, attendaient patiemment. Ils ne savaient pas plus que moi ce qu'il fallait faire pour la sortir de son état léthargique. Les pauvres, pour eux non plus ça ne devait pas être facile, être quotidiennement face à leur fille unique réduite à l'état de légume... Moi au moins je me changeais les idées en vivant ailleurs, je ne la voyais pas continuellement dans cet état...

- Hey, fillette! Quand est-ce que tu viens me rendre visite?? J'ai de la place pour toi dans mon lit, tu sais?
- Dans tes rêves, mon gars! J'préfèrerais encore coucher avec un crapaud!

Quelques connaissances qui me saluaient en rigolant, moi qui répliquait sur le même ton.. Oui, ma vie ici n'était pas si mal. La plupart des gens ne comprennent pas ce qu'on peut aimer dans le fait de vivre dans la rue, au jour le jour. Si on leur répond la liberté, ils trouvent idiot de ne rien posséder au nom de celle-ci. Ils ne comprennent rien. Ce ne sont pas eux qui possèdent les objets, ce sont les objets qui les possèdent. Combien sont dépendants de leur télé, de leur voiture, ou même juste de leur petit confort personnel? Combien seraient capable de vivre hors de leur petit cocon douillet, de sortir d'eux même du cadre sécurisant de leur petites vies cadrées et régulées? Bien peu en réalité. C'est plus rassurant de savoir qu'on a un toit bien solide, le frigo bien rempli.

Contrairement à ce qu'on peut croire, vivre comme ça... C'est vivre libre, sans entrave. Pas d'attache matérielle, puisque nous ne possédons rien. L'argent ne nous obsèdent pas non plus, puisque nous ne nous en servons que pour l'essentiel et le refusons pour le reste (je parle ici des gens qui vivent dans la rue par choix ou qui en font une philosophie de vie, comme moi et mes potes). Les nantis prétendent que ce sont eux qui sont libres, puisqu'ils peuvent acheter ce qu'ils veulent. Perso, je considère ce genre de vie matérielle comme un piège. Doré, certes, mais un piège quand même. Au moins, ici, on ne s'arrête pas à l'apparence des choses. On ne juge pas à l'épaisseur du portefeuille ou à la déco... Moi pas, en tout cas. Je préfère me concentrer sur le contact humain, c'est tellement plus enrichissant. Et puis, on est moins seul que ces tas de gens coincés derrière leurs écrans de portables ou d'ordinateurs. Dans mon cas, par exemple je pense que j'aurais été bien plus décalée avec les autres filles de mon âge qui pourraient tout juste m'avoir en pitié et me plaindre (pour autant que je veuille bien leur raconter mon histoire). Mais je ne veux de la pitié de personne, juste avancer. Au moins, quand on fait partie de cette communauté, on est solidaire, on se serre les coudes. Y en pas un ici qui n'ai pas un côté moins gai, bah on l'accepte comme il est. Il n'est pas question de plaindre chacun d'entre nous et de se lamenter sur notre sort. Sinon, on n'avancerait pas. Bref, je m'était trouvé un mode de vie qui me convenait bien : il permettait d'aller à l'essentiel, de me concentrer sur ce qui est important.

Bon, je ne vais pas vous raconter toute ma vie non plus, surement que vous vous en moquez de toute manière (z'êtes un peu idiots, aussi. 'Faut me le dire si je vous gave avec mes histoires...). J'étais donc en train de rouler tranquille tout en me demandant où aller lorsque j'entendis des éclats de voix provenant d'une ruelle sur ma gauche. Boarf, encore deux gars qui se frittaient, la chose était courante par ici. Il suffisait de jeter un coup d'œil pour voir que... What? Visiblement, je m'étais un peu plantée. Il y avait bien deux types avec chacun une sale bobine, mais ils semblaient se liguer contre une fille d'à peu près mon âge. Enfin, deux types... Disons plutôt deux factions, chacun des gars étant vraisemblablement le pseudo leader de ces bandes de lavettes, qui de leur côté regardaient avec une expression plus ou moins railleuse cette petite qui attirait les foudres de leur supérieurs. Franchement, les mecs en meute... Quel courage! Quant à la victime de ce rassemblement de péquenots à la petite semaine, elle ne semblait pas très vaillante, mais lorsque l'un des deux gugus voulu lui coller une baffe, elle esquiva avec la souplesse d'un chat et finit par les menacer d'une voix presque convaincante qu'il valait mieux qu'ils se barrent s'ils ne voulaient pas qu'elle leur fasse un sort. Discrètement, je m'avançai pour observer un peu mieux la scène.

Mouais, je ne savais pas si cette nana bluffait ou pas, mais en tout cas elle avait du cran de leur tenir tête, parce qu'il s'agissait visiblement d'une situation à laquelle elle n'était pas habituée. En tout cas, elle n'avait pas l'air d'être à l'aise... Pourtant, elle avait braqué sans hésiter son espèce de trident sur eux (mais où diable avait-elle déniché ce truc là? ). Autre chose bizarre, à part son arme principale, une espèce de bague qui s'était mise à briller. Et je doutais qu'il s'agisse simplement d'un joujou brillant : les flammes qui étaient apparues ne pouvaient pas être produites par un quelconque moyen artificiel (et puis, vous avez déjà vu des flammes qui ne crament rien et qui sont indigo? Ça existe, un truc dans ce genre là?). Du moins, j'en doutais, même si j'admets ne pas être ultra calée en ce qui concerne les avancées technologiques. 'Fin bon, c'était zarb'.

Malgré ces trucs pas net, j'avais déjà décidé de lui filer un coup de main, à la p'tite. D'abord parce que les deux lourdingues avaient une tête qui ne me revenait pas, ensuite parce que j'aime pas qu'on essaye de taper une gonze (solidarité féminine oblige ). Et enfin parce que.. Bah je ne sais pas, je l'aimais bien, en fait. Elle avait du cran, même si elle ne payait pas de mine. Et elle m'intriguait. Ouais, j'allais lui filer un coup de main. Je trouverais bien un endroit pour pioncer plus tard, je ne m'inquiétais pas vraiment pour ça... Je m'avançais donc à nouveau vers le groupe, sans prendre la peine de me cacher cette fois. Bon, faut dire que je fonçais carrément sur eux, en fait. Gauche! Droite! Gauche! Droite! Chaque impulsion des jambes me propulsait un peu plus, me donnait davantage de vitesse. Le temps que je débaroule à leur niveau, j'avais déjà assez d'élan pour éjecter le premier d'un coup d'épaule... Mais c'était pas vraiment mon genre. À la place, je me penchai en avant en arrivant au niveau des deux pseudo voyous ('devaient pas être bien terribles, sinon la ch'tite n'aurait pas échappé à leur poigne). Prenant rapidement appui sur ma main droite, je donnai un coup dans la poitrine du premier en faisant passer mon corps par dessus tête, les deux pieds joints. Mon autre bras, lui, était levé au dessus de mon visage et replié afin de me protéger d'éventuels coups (même si je doutais très fortement qu'ils ne répliquent, je sentais leurs haleine d'ivrognes d'ici). Le gars que j'avais touché parti en arrière, bousculant au passage l'autre loufiat qui ne m'avait visiblement pas vu arriver non plus. Puis, je retombai sur mes jambes, effectuai un petit tour sur moi même en me relevant afin de me stabiliser, et me mis en position défensive entre la fille et le deuxième gars. La jinga vibrait dans tout mon corps et rythmait presque mon souffle, comme elle l'avait fait naturellement pour le mouvement que je venais d'effectuer.


- Hey, shithead! On ne t'a jamais dit de ne pas toucher aux filles? Get out of my way, dumb !

Dans ce genre de situation, j'adorais le fait de venir des states : je pouvais bien les insulter comme je voulais, à part quelques mots, ils ne savaient pas ce que je leur balançais à la tronche. Oh, ils se doutaient bien que ce n'était pas des mots d'amour, mais ne pas connaitre le sens exacte les frustrait terriblement à chaque fois. Et voir leurs mines enragées et déconfites tout en restant incapable de répondre à un truc qu'ils ne comprenaient pas était toujours amusant.


(comme les spoil ne marchent pas en ce moment, j'en met pas, dsl >_>)
Revenir en haut Aller en bas
Dernière volonté rpg
•• Admin :Vongola Shugosha

Ciaossu watashi wa,
avatar
•• Admin :Vongola Shugosha



Strato di personaggio
Niveau: 36
Expérience:
20/400  (20/400)
Attirail:

Profil
MessageSujet: Re: Au mauvais endroit, au mauvais moment [PV: Chrome + Sol]   Jeu 17 Juin - 11:51


Photobucket

Chrome fixait d'un regard menaçant les mafieux qui l'encerclaient. Elle n'appréciait pas beaucoup la tournure des évènements, et leurs sourires sadiques ne lui inspiraient qu'un frisson de dégoût. Ils ressemblaient à des hyènes s'amassant en meute pour attaquer une proie d'apparence faible et surtout seule. Malheureusement pour eux, s'en prendre à la protégée de Mukuro n'était pas une bonne idée. Quelques illusions de base et des coups de tridents suffiront à les battre. Le seul problème c'était leur nombre. Il était une bonne vingtaine au moins, et ont donc l'avantage numérique sur la jeune Dokuro. Peu importe, elle s'en sortirait. Elle s'en sortait toujours seule de toute façon.

Le simple fait de laisser sa volonté prendre une forme visible avait suffit à les faire reculer d'un pas. Les deux Boss fixaient d'un air stupéfait la flamme indigo qui s'échappait de l'anneau du Brouillard qui ornait le doigt de la gamine. De tout les gardiens, Chrome était la plus rapide pour produire une flamme. Elle y était parvenue en quelque secondes et ce dès la première fois, sans la moindre difficulté. Sur le moment, elle avat fait confiance à Mukuro et sa volonté avait fait le reste, comme muée par un instinct particulier. Sur ce point, elle surpassait tous les autres Gardiens Vongola, et Tsuna lui-même. Il était évident que l'illusionniste possédait de grandes capacités, qui n'attendaient que d'être révélées au grand jour. Qui sait, quand elle aura trouvé son propre style, elle pourrait même surpasser Mukuro ?

  • Enfoirée de gamine ... Tu vas voir ce qu'il t'en coûte de proférer des menaces sur ma personne ! Hurla un des deux Boss.


Fronçant les sourcils et s'apprêtant à attaquer, Chrome écarquilla les yeux de surprise en voyant la tornade qui venait de débouler sans prévenir foncer sur les deux gusses. Une jeune fille venait de surgir brusquement, s'interposant entre la Gardienne de la Brume et l'autre Boss encore debout. Sa voix puissante et pleine d'assurance s'éleva dans les airs, insultant les mafieux en un anglais excellent, qui laissait croire qu'elle n'était pas une japonaise pure sang. La petite brune hésitait sur la réaction à avoir, mais cette fille était apparemment de son côté. Elle dégageait une aura de force de d'assurance chaude qui la faisait briller tel un soleil.

  • Qui .. Qui est-tu ? Pourquoi tu viens m'aider ?


Chrome n'avait pas l'habitude de recevoir de l'aide. Elle avait toujours était seule, ne pouvant compter que sur elle-même. Ce n'est qu'après sa rencontre avec Mukuro qu'elle avait apprit à faire confiance aux gens, et à se reposer sur d'autres personnes. Son amitié avec Haru, Kyoko et I-pin lui avait permit de devenir non plus la personne qu'on protège, mais celle qui veut aider et préserver ses proches. Alors une inconnue qui arrivait comme un boulet de canon pour l'aider, elle n'avait pas l'habitude que ça lui arrive ! Néanmoins, elle afficha un petit sourire et murmura, les joues rosies.

  • Merci ...


Mais l'heure n'était pas à la parlotte. Les mafieux se remirent de leur surprise première, et fondirent sur les deux gamines. Instinctivement, Chrome se plaça dos à la nouvelle venue, protégeant ses arrières et la laissant s'occuper des autres. Elle fit tournoyer son trident entre ses mains et frappa le sol, faisant surgir de ce dernier des colonnes de feu. Hurlant de peur, la majorité des ennemis recula. L'unique membre féminin des Vongola préféra rassurer sa nouvelle alliée.

  • Ne t'inquiète pas ... Ce sont des illusions, ça ne te feras rien.


Alors que sa phrase mourrait au bout de ses lèvres, Chrome abattit son trident sur la nuque du gars le plus proche. Qu'ils viennent donc !

Photobucket

Spoiler:
 



________________






Dernière édition par Dokuro Chrome le Mar 20 Juil - 13:28, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.fanfiction.net/u/2400715/Blacky_Chwan
Dernière volonté rpg

Ciaossu watashi wa,
Invité
Invité



Profil
MessageSujet: Re: Au mauvais endroit, au mauvais moment [PV: Chrome + Sol]   Dim 20 Juin - 12:01

- Des illusions? Not a problem! Je note!

La gamine avait l'air un peu surprise de mon arrivée (bon, okay, c'était une entrée en matière un peu fracassante), mais en avait vite prit son parti. La première surprise passée, pour elle comme pour les lavettes qui étaient assez débiles pour vouloir fighter quand même, elle avait accepté mon aide et mon irruption avec pas mal de naturel. Et eux, ils voulaient nous mater... Baaaaka! Je leur avais pourtant dit : on ne tape pas les filles! Déjà, par politesse et galanterie (et c'est moi qui dit ça... Et dans un lieu pareil... Des fois, j'débloque quand même pas mal, 'faut avouer). Ensuite parce qu'ils feraient mieux de savoir à qui ils ont affaire. Hey, guys, on n'est pas juste deux midinettes aux grand yeux langoureux! On est des lionnes, des chasseresses, et tout ceux qui ont deux grammes de jugeote savent qu'il n'y a rien de plus dangereux qu'une femme en colère! Bon, ok, si j'étais pas vraiment en colère, mais ça marchait quand même pour moi. Et si la ch'tite avait l'air plutôt du genre à ne pas chercher le conflit, le pragmatisme avec lequel elle me tournait le dos pour qu'on se fasse front en se protégeant mutuellement montrait assez que ce n'était pas un simple chaton non plus. J'entendais comme elle donnait du fil à retordre aux gugus, elle ne jouait décidément pas avec une pelote de laine! ('Faudra quand même que je lui demande où elle avait trouvé ce machin. La dernière fois que j'avais vu un truc du genre, c'était entre les mains du roi Triton, dans La Petite Sirène. Et j'avais pas regardé ce Disney depuis des lustres!).

- Et bah alors mes coco! Z'avez du mal à suivre?

J'étais en forme, ou plutôt ça me rendait en forme de pouvoir distribuer quelques pains comme ça. J'avais besoin d'un défouloir après ma visite chez Mum'. Ouais, vraiment besoin d'un défouloir. Je ne suis pas vraiment partisane de la technique "punchingballons gaiement tout le monde quand on est en rogne", mais ces gars là m'avaient gavé. Donc : j'allais pas me gêner. Logique. Surtout qu'ils étaient nombreux, mais avec un niveau d'efficacité au combat approchant celui d'un lombric desséché ou d'une petite cuillère. Ouais, un niveau de pacotille, on est d'accord. (Quoi que, une petite cuillère, ça peut être super dangereux en fait. Pas un bon exemple.). Bref, tout ce blabla pour dire qu'on ne craignait pas grand chose face à des loosers pareil! Tournant, pivotant, et donnant des coups de pieds à tout va, je faisait du débroussaillage de masse dans les rangs adverses. 'Faut avouer que quelques bonnes frappes circulaires, y a rien de tel pour combattre plusieurs larves en même temps. Même si on loupe celui qu'on vise (ce qui n'était pas mon cas), on a quand même tous les autres péquenots qui subissent des dommages collatéraux! C'est comme le bowling : t'en tapes un et ça fait strike!

Autour de moi, des trucs bizarres se produisaient, des colonnes de feu, par exemple. C'était bluffant, et j'avais faillit me laisser avoir. Heureusement que la nana m'avait prévenu... Des illusions. Mokay, suffisait que je garde en tête l'image de la rue telle que je la voyais d'habitude alors? Parce que cette ville, à force de la parcourir dans tous les sens, je la connaissais sur le bout des doigts. Dans ma tête, c'était comme une carte couvrant tous les bas quartiers, les grandes rues commerçantes, le quartier résidentiel, les hauteurs... Dès qu'on commençait à se retrouver dans de la verdure, comme la forêt qui prospérait sur les collines, fallait pas me demander quoi que ce soit! Hey, j'suis une fille de la ville moi! Ma terre nourricière, c'est l'asphalte et le bitume, mon soleil ce sont les feux de circulations et les panneaux publicitaires éclairés au néon. Je suis sensible au charme discret des rues et des allées comme d'autres le sont aux troncs d'arbres et aux bourgeons. Et si les amoureux de la nature reconnaissent quel type de végétal ils ont face à eux avec les feuilles, la couleur ou je ne sais pas quoi, je pouvais quant à moi circuler les yeux fermés dans Namimori, noter la nouvelle devanture d'une boutique, les rénovations faites dans un quartier, ou même simplement remarquer l'absence de cet homme qui s'assoit toujours le dimanche après midi au square. Quand on sait ça, pas difficile de comprendre que ces illusions n'eurent pas vraiment d'emprise sur moi une fois que je me ressaisis. Je fermais les yeux, me retrouvant grâce au raffut que mes adversaires faisaient en beuglant comme des veaux en attaquant, pour ensuite tomber comme des masses avec une grâce que je devinais toute relative. Un pas, deux pas, trois pas, il devait y avoir un trottoir. 4 vers ma gauche, gaffe y a normalement un mur! Et la plupart du temps, j'avais juste. Quelques petites erreurs de calcul faillirent me valoir une ou deux grosses bosses, mais même lorsque je me trompais légèrement, le manque de discrétion de mes assaillants palliait ce léger défaut.

Quand à moi, sans gueuler comme une folle, je n'étais pas forcément un modèle de retenue non plus. Narguant les loufiats avec quelques mots d'amours made in U.S, j'étais partout et nul part à la foi. Enchainant esquive sur mouvement, fluide et souple comme un chat, teigneuse comme seule une nana peut l'être, je souriais. La jinga rythmait mes pas, mes écarts, ma vie. Elle soleillait mon visage et mon sourire en même temps qu'elle emplissait ma tête. La musique Baia avait cédé la place à sa cousine, plus entrainante, plus rapide, le vrai chant de la capoeira. J'en oubliai pourquoi je dansais, me contentant de faire vivre mon corps en suivant le tempo brésilien que je portais en moi. Je jouai, comme à chaque fois, un sourire collé à mon visage et dont je ne pouvais pas me séparer. Pas un sourire carnassier, non. Ça, c'était avant le combat, quand je décidais de m'en mêler. Non, là c'était la joie simple de la capoeira, de faire bouger mon corps comme si je faisais parti de quelque chose de plus grand, petite brindille emportée par une lame de fond. Oui, encore encore!! Esquive, attaque, negativa, queda de rins, role, tous ces mouvements avaient une existence propre, et conjugués ensembles il devenaient un esprit, l'expression d'un pays, d'une culture.

Au bout d'un combat plus acharné d'un côté et ridicule de l'autre, la débâcle adverse ne faisait plus aucun doute et certains eurent assez d'esprits pour se carapater sans se soucier de leurs confrères tombé au combat. L'instant était historique : un couple d'adolescente avaient démonté sans trop de difficulté deux groupes de truands poids plume. Perso, je m'étais bien éclatée et ça faisait du bien de se défouler. Et puis comme ça, ça m'empêchait de trop rouiller, j'avais eu moins de défis de street fight ces derniers temps... Avec un petit sourire satisfait et ce soupir qu'on pousse après avoir fait du sport et s'être bougé un peu, je me tournai vers la brunette de laquelle je m'étais éloigné un peu durant le combat ( Autant pour taper du gars que pour ne pas lui infliger un coup perdu. Les dommages collatéraux, c'est génial tant que ça ne touche ceux d'en face.)

- J'te connais pas, mais tu te débrouilles pas mal. Et tes trucs zarb', c'est du tonnerre, faudra que tu m'expliques un jour! Tu t'appelles comment? Moi c'est Sol! Nice to meet you!!

Avec un franc sourire, je l'observais un peu mieux. La flammèche bizarre avait disparue ( Dommage. j
Je trouvais ça joli, moi ). De grands yeux de biche, dont un masqué par un cache-œil, une frimousse à laquelle on confierait le bon dieu sans confession, une coiffure étrange mais sympa. Son uniforme kaki sombre contrastait avec sa peau plutôt pâle, et pour ainsi laisser son nombril à l'air et exposer ses jambes fines dans le quartier... Ouais, obligé qu'elle sache se défendre un minimum! Intriguante, cette gonzesse, quand même...
Revenir en haut Aller en bas
Dernière volonté rpg
•• Admin :Vongola Shugosha

Ciaossu watashi wa,
avatar
•• Admin :Vongola Shugosha



Strato di personaggio
Niveau: 36
Expérience:
20/400  (20/400)
Attirail:

Profil
MessageSujet: Re: Au mauvais endroit, au mauvais moment [PV: Chrome + Sol]   Dim 20 Juin - 13:12



La nouvelle venue avait reçue le message. Ne pas prêter attention aux colonnes de feu surgissant du sol et garder l’image de la rue telle qu’elle était dans son esprit. Les illusions agissent sur le cerveau humain, brouillant les sens de l’individu et forçant son esprit à voir des choses qui n’existent pas. Il suffit de croire à l’existence de ces chimères pour que le corps réagisse à une douleur fictive. La peur s’empare de la conscience de l’être visé et il est définitivement pris au piège de la brume illusoire qui l’encercle. Ainsi sont les illusions. Ainsi est Chrome, Gardienne Vongola du Brouillard. Elle trompe les ennemis et masque la vérité afin de protéger sa Famille.

La jeune fille pouvait entendre dans son dos le bruit des pieds de son alliée qui percutait le corps de ses ennemis. Cette aide imprévue était la bienvenue, et l’américaine semblait se défendre parfaitement de son côté. Tant mieux, ainsi la Dokuro pouvait aisément se concentrer sur les abrutis qui osaient lui faire face. Leurs sourires moqueurs avaient disparut et leurs rires gras s’étaient éteints dans le fond de leurs entrailles pour laisser place à la stupéfaction et la peur. Le sol se fendait comme une brindille sous leurs pieds et des colonnes de lave surgissaient des crevasses pour les engloutir. Des lianes dures comme du fer sortaient des murs pour tenter de leur briser les os et s’enroulaient autour de leurs cous pour les étrangler dans un râle de douleur. Mais tout n’étaient que fruit de l’imagination tordue de la petite borgne qui leur faisait face.



  • C’est un monstre … Une sorcière … Bredouilla une de ses victimes avant de s’évanouir, croyant avoir eut les os broyés par des plantes.


Tout en maintenant diverses illusions pour tenir éloigner les plus bêtes et faire s’évanouir de peur les plus trouillards, Chrome virevoltai entre ses assaillants, trident à la main, et les faisaient tomber comme des mouches. Les illusionnistes avaient beau avoir des faiblesses au niveau du corps à corps, la demoiselle anciennement prénommée Nagi échappait à cette règle grâce à ses entraînements solitaires ou en compagnie de Bianchi dans le futur. Le programme laissé par l’Arcobaleno au Pacifier Indigo et les conseils souvent indirects qu’il lui avait donné contribuait également aux progrès de combattante de la jeune fille. E t ces imbéciles de maffieux de pacotilles en faisaient aujourd’hui les frais.

Le trident tournoya entre ses mains, éraflant le bras d’un premier adversaire et faisant gicler son sang sur le sol, alors que l’extrémité du manche allait s’enfoncer dans l’estomac du second. Prenant à deux mains l’arme et la tenant par le bout, Chrome balaya un autre imprudent et planta les pics hérissés dans la cuisse du suivant. Elle n’avait pas l’intention de les tuer, ou du moins elle évitait de le faire si possible. Ils ne méritaient même pas de mourir de ses mains, et elle avait des choses plus importantes à faire que de prendre la vie de faiblards comme eux. Finalement, le combat prit rapidement fin et les derniers qui tenaient encore debout s’enfuient la queue entre les jambes telles des chiens errants effrayés.

Soupirant discrètement, Chrome fit disparaître la flamme de son anneau et les illusions avec. Elle se tourna vers la demoiselle qui lui était venue en aide, se rapprochant d’elle avec un léger sourire timide aux lèvres. Son attitude sérieuse et déterminée, presque froide, qu’elle avait gardée durant le combat laissa place à cette légère rougeur qui coloraient ses joues pâles dès qu’elle était avec d’autres personnes amicales. Elle rougit encore plus quand l’autre la complimenta sur ses illusions et lui affirma qu’elle se défendait bien. Une chaleur étrange mais très agréable naquit dans le cœur de la Dokuro, qui n’avait pas pour habitude qu’on la complimente ainsi. Et la demoiselle portait un fort joli prénom, Sol. Celui allait bien à cette fille qui rayonnait tel l’astre de feu du ciel.



  • Je … Je m’appelle Chrome, enchantée. Tu te bats très bien toi aussi … Encore merci.


Elle fit un petit sourire empli d’une déconcertante sincérité et si adorable qu’il ferait craquer n’importe qui. Elle ajouta.



  • Ano … Sol-chan, si il y a quoique ce soit que je puisse faire, n’hésite pas à me le demander ! Je … Je tiens à te montrer ma reconnaissance.




________________




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.fanfiction.net/u/2400715/Blacky_Chwan
Dernière volonté rpg

Ciaossu watashi wa,
Invité
Invité



Profil
MessageSujet: Re: Au mauvais endroit, au mauvais moment [PV: Chrome + Sol]   Dim 11 Juil - 20:54

Après ce petit échauffement contre les lavettes qui m'avait réchauffé le cœur et m'avait redonné mon entrain habituel, je m'étais tournée vers la ch'tite. Adorable en son genre bien que manquant apparemment d'assurance, elle m'avait parlé avec une bouille qui ferait fondre un bloc de marbre. Après m'avoir complimenté sur mon art (était-ce sincère, ou juste par politesse? Hum, elle n'avait pas l'air de mentir, et d'ailleurs pourquoi l'aurait elle fait?), elle m'offrit son aide pour... Je ne sais pas quoi. Enfin, disons qu'elle était prête à m'aider en retour pour me remercier... Je m'apprêtais à refuser l'offre lorsque je me souvins que j'étais à la rue au sens littérale du terme, et que je n'avais nul par où crêcher. Hum, elle devait bien avoir un ou deux mètres carré où me caler, non? Ni une ni deux, je me lance!

- Han, thanks de ta proposition, Chrome. Et pour le coup... Si t'as un endroit où me loger, c'pas de refus. Je ne sais pas vraiment où je pourrais aller pour cette nuit... T'inquiète, j'suis pas difficile : tant que y a un machin qui m'empêche de recevoir la pluie sur la tronche, ça me va! J'suis comme un quatre quatre : tout terrain!
Quelques chose m'intriguait chez elle. Plein de chose en fait. Nan parce que : voir une fille borgne mais mignonne quand même, avec un air innocent mais capable de dégommer une quinzaine de larves tranquillement avec un trident qu'elle a l'air de se trimballer tout le temps, qui plus est dans un uniforme qui lui met le nombril à l'air... Y avait de quoi interpeller, non? Mais plus encore que de la curiosité envers cette fille mystérieuse, c'était une certaine sympathie que je ressentais. Ouais, cette fille cachait bien son jeu, c'était pas une princesse comme je le craignais au départ (vous savez, ces files qui hurlent dès qu'on les frôles, se taisent lorsque le moindre truc les surprends de peur d'attirer l'attention alors qu'elle ne craignent rien du tout, ces filles qui ne savent que se foutre dans la misère et se faire secourir, pour recommencer dix minutes après... Des princesses quoi. ). Mais cette fille là avait un caractère qui m'avait l'air plus solide, bien caché sous l'épaisse couche de timidité qui l'engluait. Qui était elle-même cristallisée par la politesse et les codes de savoir-vivre que visiblement elle respectait un peu trop pour pouvoir se laisser vivre vraiment. Faisons tomber les murs qui nous encerclent! Nous nous créons nous même nos prisons, mais pouvons aussi nous créer nos propres libertés ! Vamos!

J'avais offert mon sourire habituel à Chrome (un nom étrange, mais très beau à mon sens) et parti dans un éclat de rire en réalisant que j'en étais réduite à demander l'hospitalité à une fille que je ne connaissais pas, qui avait juste castagné avec moi contre des truands de seconde zone. 'Fin, elle m'avait surtout servi de prétexte pour me défouler de ma mauvaise humeur... Ouais, bon, je sais c'est maaaal de se défouler sur les autres... Mais ces lavettes l'avaient cherché! Bref, cette fille allait me loger, je l'avais décidé! ( Et ouaiiiis ~ ) Nan parce que bon, on allait pas tourner en rond toute la nuit, non plus. Elle devait bien avoir un coin où crécher... Quand y a pour un, y a pour deux, suffit de se tasser.

Pleine d'énergie à nouveau, je me mis à rouler autour d'elle par réflexe, prête à la suivre jusqu'à chez elle. J'avais le sentiment qu'elle me logerait, j'avais cette impression enivrante que rien ne pouvait me gêner. Je me sentais libre, enthousiaste, prête à mordre à pleine dent cette vie qui me satisfaisait pleinement. Ouais, y a des pétouilles, mais qui n'en a pas? Les miens étaient juste un peu plus gros que ceux de certains... Et puis comme on dit : " T'as signé, c'est pour en baver".



(dsl du méga méga post it, pour le coup je ne savais pas trop quoi mettre. Je propose de clôturer le topic, tu en penses quoi? Si tu veux reposter, n'hésites pas, mais dans ce cas, je devrais reposter aussi, pour qu'on ai le même nombre de post... *pense aux xp* Et je ne suis pas sûre qu'on ai besoin de décrire comment elles vont à Kokuyo land, puisqu'il n'y a pas de Ken ou Chikusa joueur pour nous accueillir et que je les vois mal pnjisé juste pour ça...)
Revenir en haut Aller en bas
Dernière volonté rpg
•• Admin :Vongola Shugosha

Ciaossu watashi wa,
avatar
•• Admin :Vongola Shugosha



Strato di personaggio
Niveau: 36
Expérience:
20/400  (20/400)
Attirail:

Profil
MessageSujet: Re: Au mauvais endroit, au mauvais moment [PV: Chrome + Sol]   Dim 18 Juil - 10:39


Photobucket

Le souffle régulier et le grain de peau encore frais, Chrome n'était même pas fatiguée par ces quelques exercices en compagnie des misérables maffieux qui avaient fuis la queue entre les jambes. Sol semblait aussi pleine de vie qu'à la première seconde, et elle tournoyait allègrement autour de la petite demoiselle au trident, rehausser par ses rollers. Cette adolescente fougueuse et n'ayant visiblement pas la langue dans sa poche plaisait à la Dokuro. Maintenant qu'elle apprenait à connaître les gens et à les apprécier, il était plus facile de nouer des liens pour elle. Et quoi de mieux qu'une bonne bagarre pour se rapprocher ?

La borgne réfléchit un instant suite à la demande de logement de sa nouvelle connaissance. Bien sûr, Kokuyo Land était suffisamment grand pour accueillir une personne de plus, et même une dizaine. Mais l'endroit en question n'avait rien d'un palace. La protégée de Mukuro était obligée d'aller se laver aux bains publics et travailler à mi-temps pour gagner de quoi nourrir le trio infernal. Et justement, elle n'était pas certaine que les réactions de Chikusa et surtout de Ken, seraient très positives. Mais qu'importe se dit-elle. Sol était gentille et apporterait au petit groupe la touche de fantaisie qu'il leur manquait. Et bien que certainement réticents au départ, ils finiraient par céder, elle les connaissait bien après tout.

  • Bien évidemment, ce n'est pas du tout un problème. Mais je t'avoue que ce n'est pas un endroit très ... chaleureux. Et je vis avec mes deux amis là-bas ...


Elle sourit doucement, espérant que la jeune demoiselle qui se tenait devant elle n'était réellement pas compliquée quand au confort. Un canapé défoncée, des paquets de chocolats soufflés et quelques babioles récupérées à droite à gauche ... Voilà ce qu'était Kokuyo Land. Rangeant son trident dans son sac, Chrome fit un pas en avant, reconnaissant désormais la rue qui lui permettrait de rejoindre sa maison.

  • Suis-moi ... Et bienvenue à la maison, Sol-chan.


Elle parlerait de tout cela à Mukuro plus tard. Pour le moment, elle voulait juste rentrer chez elle, avec sa nouvelle amie. Cette rencontre lui faisait chaud au coeur. Elle aurait tout le temps de chercher des explications pour ses compagnons d'infortunes, d'écouter Ken aboyer après la brunette et supplier Chikusa du regard. L'avenir s'annoncer désormais un peu plus coloré, une teinte or et brillante comme un soleil étincelant s'ajoutant à la palette.


Photobucket



HRP : Moi ça me va comme ça, on peut dire qu'on a fini. Si tu veux rajouter un truc, dis-le moi par mp, sinon on va aller récolter notre récompense (xp !)Bienvenue à Kokuyo Land, Sol chérie !


________________




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.fanfiction.net/u/2400715/Blacky_Chwan
Dernière volonté rpg

Ciaossu watashi wa,
Contenu sponsorisé



Profil
MessageSujet: Re: Au mauvais endroit, au mauvais moment [PV: Chrome + Sol]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Au mauvais endroit, au mauvais moment [PV: Chrome + Sol]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Role play :: Namimori et son Japon :: Les rues et ruelles-

Panneau d'administration
Design by Illy coded by Illy, Kamui Sinen & Ghost
Créer un Forum | Forum d'Entraide | Créer un Blog | Dons
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit