Bienvenue à toi Cher invité. Ce forum rpg actif nécessite des membres talentueux tel que toi pour évoluer! Dernière Volonté est un forum très prometteur ou les possibilité seront extrêmement vaste au niveau du rp et de la vie commune. Rejoins notre communauté qui est avant tout fan du manga Reborn! Incarne le gardien d'une grande famille, ou deviens le parrain de tes propres hommes !



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Collision pour un cappuccino ~

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Dernière volonté rpg

Ciaossu watashi wa,
Invité
Invité



Profil
MessageSujet: Collision pour un cappuccino ~   Mar 3 Aoû - 20:30

Rome, capitale italienne, centre du Vatican, ville historique et incontournable de ce pays... C'était là bas qu'Aria se rendait dans le cadre de... détente ? Oui ce mot sonne bien. Appelons cela comme tel. Ce ne fut pas pour une mission ultra confidentielle, mais entretenir ses relations avec un chef de famille était toujours bénéfique. Nous ne pouvions pas dire que c'était une simple visite de courtoisie, ni une réunion décisive pour l'avenir d'une famille... Non, il y avait quelque chose mélangeait tout ceci. Quelque chose de plus important qu'une simple affaire maffieuse. Quelque chose de plus sentimental, de plus touchant... secret. Un secret que maintenant toute la famille Giglio Nero, ou presque... connaissait. Cependant, elle n'avait toujours pas abordé le sujet avec Gamma... C'est pourquoi la personne qui l'accompagnait à ce jours n'était pas lui, mais un autre de ses hommes... Qu'elle avait également semé pour avoir la paix et ne pas lui dévoiler plus que de raison les modalités et informations sur le lieux où elle s'était rendu.

Sa fille, Uni... Oui c'était elle la raison. Ce prétexte qui était loin d'une visite courtoise, mais également à des lieux d'une raison impliquant la mafia. Du moins, pas directement, pas aujourd'hui, pas encore. Tout comme elle l'eut fait pour le Neuvième Vongola, la petite brunette venant du futur avait visité un de ses rêves. Son visage d'ange, ses grand yeux plein de douceur, ce sourire tendre... Elle ressemblait plus à sa grand mère qu'à sa mère mais... C'était comme un ange. Se réveillant le matin, Aria n'avait pas sue comment réagir à tout cela. Cette révélation l'avait tellement surprise, sentiment qu'elle ne semblait connaitre que peu, elle semblait irréaliste et complètement concrète à la fois. Cette femme eut du mal à faire la par des choses. Mais lorsqu'elle fini par réalisé que... cette vision, cette information, ce visage... que ce rêve portait le vent de la vérité, les larmes lui dégringolèrent du visage. Sa fille c'était sacrifiée. Elle était fière de sa force de caractère, mais déchiré par l'idée de voir sa fille... morte. De toute façon, il n'y avait pas de raison pour tout ce reproduise. Ce n'était, de toute façon, pas ce qu'elle voyait. Tout avait changé... Mais même... Sa fille, ses entrailles, son cœur... la personne à laquelle elle tenait le plus au monde. Et cela même si elle ne montrait jamais plus d'attachement à sa progéniture. Normal : elle n'en parlait jamais. Et encore aujourd'hui, c'était un sujet presque Tabou.

D'ailleurs, cet homme qu'il l'avait accompagné à Rome, possible qu'il ne soit pas au courant de l'existence de la Miss. En tout cas, notre Ciel n'avait rien dit si ce n'était qu'elle avait à faire à la capitale. Puis, avait planté son garde du corps occasionnel. Non mais de toute façon, elle était parfaitement capable de se défendre toute seule ! et ne voulait pas de Gamma sur ses talons. Alors le seul moyen se présentant à elle fut d'embarquer quelqu'un d'autre.

Là, maintenant, elle marchait dans les rue romaines en repensant les bon moments qu'elle passa avec sa fille. Sa douce enfant, souriant, lui manquant, s'accrochant à elle, lui racontant ses histoire, sa vie... Dans ses moment là, elle avait l'impression de ne faire plus qu'un avec son bout de choux. Des éclat de rires, des petites plaintes, quelques réprimandes, parfois... Elle n'oubliait pas son rôle de mère, loin de là. Elle essayait d'être présente au maximum avec sa fille, même si c'était compliqué. Un révolvers caché sous sa veste, dans son holster glissé dans le dos par dessus la ceinture d'un pantalon à pince noire. Quillée sur des talons, portant une chemise blanche sous sa veste et un foulard autours du coup lui revenant par dessus son pacifer, son regard levé vers le haut, on aurait dit qu'elle rêvassait, ce qui se trouvait être à moitié vrai... Perdu, ou presque, dans ses pensée, remémorant les doux instant partagé avec cette petite haute comme trois pommes... Dans ses moment là, elle n'entendait à peine les pensées des autres, voir pas du tout. Un soupir d'aise passa son sourire et au même moment, quelqu'un lui rentra dedans. Maladresse passagère, elle aurait due être plus méfiante et voir venir cette personne, et pour ça, pas besoin de pouvoir particulier... juste un peu d'attention. D'ailleurs, se laissant surprendre, elle perdit l'équilibre manqua de tomber, se prit un talon dans une rainure chut vers le sol en parant la réception d'une main assurée. Observant la personne face à elle, son sourire prit une mine désolée et polit tout en commençant à se relever.

"Oh, veuillez m'excuser, je ne regardais pas où je mettais les pieds," justifia-t-elle avec une voix calme et sans agressivité... apaisante, même.


[Toutes mes excuses pour ce post de débutante absolument médiocre pour une introduction de topic... ><]


Dernière édition par Aria le Ven 6 Aoû - 12:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Dernière volonté rpg

Ciaossu watashi wa,
avatar



Strato di personaggio
Niveau: 29
Expérience:
0/1500  (0/1500)
Attirail:

Profil
MessageSujet: Re: Collision pour un cappuccino ~   Mer 4 Aoû - 14:42

Ha, l'Italie, pays des femmes et l'art, ayant connue une gloire bien lointaine maintenant, grâce à cette ville, Rome. Ville connue pour ses magnifiques bâtiments qui ont franchi les ages, nous relatant de l'histoire de cette empire déchu. Cependant Salazar n'était pas ici pour apprécier les plaisirs de la belle capitale Italienne, son voyage dans la Roma était un peu comme un exil de sa mère patrie, cherchant à fuir de nombreuses choses dont son passé... Le mafieux était depuis quelques jours en Italie et venait d'arriver dans cette masse grouillante, comme toute capitale européenne. Le meilleur endroit pour disparaître est de vivre dans une foule d'inconnu, ne cherchant à ne pas faire de vagues.

Cependant une chose manquait à notre homme depuis son arrivée dans ce montre de béton et de pollution, la caresse de l'herbe, le chant de l'eau, tout cela qui formait une harmonie, un équilibre vitale pour le jeune néerlandais loin de son pays. Il étouffait dans ces cris de monstres mécanisés, le hippie était souvent devant l'immense fontaine de Trevi, magnifique oeuvre d'art, avec une finesse et une beauté sans faille, à faire pâlir la Tour Eiffel, ou même Big Ben. Ce lieu est la réunion des plus beaux des arts, la sculpture de ses corps de marbres, vous donnant l'impressionnant de sortir de la pierre comme de vrai Dieu, un calme venant de cette eau clair et cristallin, où repose les souhaits des gens en recherche de réponses ou attendant un miracle. Ce lieu paisible était vraiment le lieu idéal pour Van Kutter.

Bien que le lieu était parfait, le temps était aussi clément avec les gens de la vile, un légers vent fouettait le visage de Salazar sans violence, comme une caresse de la main douce d'une femme, ses cheveux dépassant de son bob virevoltait dans les airs, prit dans une danse sauvage et libre. L'air n'était ni trop chaud, ni trop froid, assez plaisant pour la saison, où les fleurs prennent de l'ampleur et exposent au monde leurs beautés originelles en découvrant leurs fleurs. Notre grand homme avait quitté sa place adorait pour chercher un refuge bien plus sécurisant qu'une place en pleine air dans une ville où la mafia et la criminalité sont comme une seconde vie la nuit. La chemise blanche au vent, cherchant de son regard une enseigne pouvant lui offrir un toit, l'argent n'était pas le problème de notre homme, du moins pour le moment, mais il ne faisait qu'escale ici, ce lieu merveilleux sera seulement une des villes où il s'arrêta pour admirer la beauté sans vraiment si attaché.

Cherchant depuis un moment, bien entendu non loin de la fontaine qui a volé son corps pendant des heures, les gens étaient comme absence, Salazar s'attardait de temps à autre sur quelques individus prit au hasard, il comprenait l'air morose de ses gens, vu que la verdure était absente de leurs vies, cependant, ce qu'il allait rencontrer était cents fois plus beau que l'ouverture d'une rose lors de la rosée matinal, milles fois plus doux que l'herbe fraîche d'une prairie verdoyante, il allait rencontrer une femme, qui est le plus grand délice de la nature, créature de désir pouvant apporter de nombreuses joie dans le coeur d'un homme. On dit que les femmes ont le pouvoir de guérir le coeur des homes, cela serait la solution à l'envie de paix et d'amour de notre homme. Mais, il y avait un seul petit problème ... Elle venait de le heurter par un manque d'attention venant des deux concernés, Salazar ne prêtait pas non plus trop attention à sa route, préférant butiner à droite et à gauche du regard. La fleur délicate n'était pas du genre rose, mais plus une jolie dame de 11 heures, douce et généreuse, essayant de s'excuser, le gentleman aida la femme pour revenir sur ses pattes, tout en écoutant les excuses de la dernière. Il répondit en attrapant son Bob pour faire une légère révérence...

Oh, voyons ma chère, ce n'est pas grave, j'étais aussi perdu dans mes délires un peu trop fleuries, mais vous êtes excuser car ce qui compte dans le monde c'est la paix et l'amour ~ dit-il avec une voix enjoué mais respectueuse, charmeuse sans trop l'être. Cependant, le gentleman était trop inspiré dans son discours qu'il n'avait perdu son chapeau, disparu depuis l'altercation. Cherchant autour de lui pour retrouver le Saint Graal à rayure verte, il remarqua qu'il était en faite à ses pieds. Il essaya un peu le couvre-chef et se retourna vers la femme.

Veuillez encore m'excuser de mon attitude un peu frivole, dans mon pays, une personne ayant causé du tord à une autre se voit d'offrir un dédommagement à la victime, donc que direz-vous de prendre une boisson sur une terrasse pour accepter les excuses, et cela bien sur est offert, sinon ça ne serait pas vraiment peace envers une femme de faire payer. ~ Que direz-vous de faire "ami-ami" le temps d'une boisson ? ~

Le jeune homme était vraiment gêné d'avoir percuté cette femme et était sincère pour son envie de se faire pardonner par cette dernière. Il attendait la réponse de la femme en affichant un sourire paisible, inspirant la paix, c'est pas trop hippie ça hein !


Dernière édition par Salazar Van Kutter le Dim 15 Aoû - 16:10, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dernière volonté rpg

Ciaossu watashi wa,
Invité
Invité



Profil
MessageSujet: Re: Collision pour un cappuccino ~   Ven 6 Aoû - 12:00

Mais quelle maladresse pour une femme qui devait rester sur ses gardes... Gamma aurait été là qu'il ne se serait pas gêné pour lui rappeler combien elle devait faire attention à elle au lieu d'avoir la tête dans les nuages. Elle était boss d'une famille influente de la mafia qui voulait rester discrète, alors qu'elle agisse comme telle... Bon, certes il y aurait eut de la retenue dans ses paroles -- ce qui aurait été tout à son honneur -- mais le ressentit, l'intention et ses pensées auraient été présente et sincère. Ne vous en faites pas, même pouvant lire dans les esprits des gens comme dans un livre ouvert, cette femme ne lui en aurait pas tenue rigueur. Surtout que là, pour le coup, il n'aurait pas eut tort... Néanmoins, elle se laissa aider pour se remettre droite sur ses jambes.

Heureusement pour notre Lys Noire, la personne avec qui elle s'était télescopée ne lui en voulait en rien et paraissait aussi désolée qu'elle. D'une taille respectable, blond les yeux clairs, les traits du visage agréable... une allure assez barrée, loufoque et... oui, énigmatique, cet homme l'intrigua dès le moment où elle posa les yeux sur lui. En outre, aucune aura meurtrière, aucune pensée à l'encontre de cette femme ne lui touchait l'esprit. De plus, il ne lui serait pas rentré dedans, la brune le lui aurait certainement jamais portée d'attention. À première vue, une âme que l'on pourrait qualifiée de 'hippie' l'habitait. Un rêveur ? peut-être. Mais un homme qui aime avant tout la nature, sûrement. Cherchant un peu par méfiance dans l'esprit de son vis-à-vis, pas à outrance, juste un peu -- tout dessuite attaquer pour savoir les moindres pensées de quelqu'un aurait été un profond manque de respect et il y avait toujours une chance qu'il se rende compte que quelqu'un tentait de forcer les barrières de son esprit -- ce qui occupait ses pensées dans cette ville de bitume et d'histoire, était cette splendide fontaine de Trevi.

La sourire qu'elle afficha à cet instant fut compréhensif : c'est vrai qu'elle était belle cette fontaine : pleine d'espoir, de symboles, de rêves et de promesses. Pleine de douleur aussi, fruit de nombreuses passions et de souvenir. Rendez-vous des amoureux et de ceux qui veulent un enfant. L'espace d'un instant, elle se fit nostalgique. Un moment remontant à quelques années maintenant lui passa par la tête. Un soupir se fut retenue et après un inspiration imperceptible mais revigorant, Aria se re-concentra sur l'homme portant un bob qui n'avait rien de prétentieux mais lui donnait un certain charme. Et puis cette révérence d'excuse, c'était délicieux, amusant et décalé. Un gentleman dans l'âme qui ne cherchait pas à à en mettre plein la vue mais agissait avec naturel. D'ailleurs, sa petite tourne de phrase et sa pensée lui ôtèrent un rire mignon de surprise tout en lui laissant un goût indéfinissable. Et, soit dit-en passant, elle se sentit rassurée de savoir qu'elle n'était pas la seule maladroite dans cette histoire.

"Oh mais, j'ai été tout aussi maladroite, cependant j'accepte volontiers votre offre à une seule condition : que vous me laissiez choisir le lieu," signala-t-elle avec son sourire rayonnant et communicatif.

Il fallut avouer que regarder l'étourdit face à elle, qui cherchait son bob envolé avec un coup de vent, fut très divertissant. C'est avec un bras autours de la taille et de son regard vif qu'elle l'observa avec précision. Même si elle avait ses capacités hors-normes et fortes pratiques, la méfiance restait tout naturellement tapis derrière ses sourires parfaits. Puis, sans attendre d'approbation ou de refus de la pars du jeune homme, sans doute plus jeune qu'elle, elle engagea le pas dans les rue en lui glissant un regard par dessus l'épaule, histoire de voir ce qu'il allait faire.

"Mmm... Je connait un très bon café, qui fait également salon de thé si je ne m'abuse -- une expression pensive de muta sur son visage -- la vue y est imprenable sur la ville et leurs cappuccinos y sont sans pareil, finit-elle avec un air enjôleur et dynamique. Bien entendu, ce n'est pas tout ce qu'il y a, mais c'est de très bonne qualité. Et si vous aimez vous sentir proche de la nature : la terrasse est ombragé jasmin, des roses... c'est très fleurit et agréable comme endroit. Très calme aussi."

À l'entendre parler, inutile de se poser la question : cet endroit lui tenait à cœur. Sinon, elle ne se serait pas fatiguée à décrire les lieux. Bien sûr, le facteur de la curiosité envers la personne y jouait également : si elle voulait en savoir un peu plus sur lui, il fallait lui proposer un endroit où il se sentirait le plus à l'aise. Même si Aria était certaine qu'il ne lui arriverait rien en sa compagnie... Son air hippie, son attitude barrée... un gout indécis lui chatouillait le palais.

[Bon... pas encore toute à fait ça, mais c'est déjà beaucoup mieux que mon premier post ~ <3. J'espère que ça te conviedra~]
Revenir en haut Aller en bas
Dernière volonté rpg

Ciaossu watashi wa,
avatar



Strato di personaggio
Niveau: 29
Expérience:
0/1500  (0/1500)
Attirail:

Profil
MessageSujet: Re: Collision pour un cappuccino ~   Jeu 19 Aoû - 0:29

Voila une situation bien cocasse pour notre ami hippie, il fait une rencontre des plus plaisantes, le destin ? Non une chose aussi impossible ne peut être vrai, alors le hasard me diriez-vous, surement, vu que la vie est une longue route semé de hasard en tout genre et pour une fois, le hasard avait bien fait les choses. Une jeune femme fraiche et souriante, un peu maladroite mais charmante, avec un regard aussi pur que le cristal et doux qu'un nuage, ce regard qui faisait penser à un doux rêve se transformant en cauchemar, ce rêve écarlate dont la fin était dramatique pour les deux acteurs de cette funeste tragédie. Le danseur des nuages faisait cavalier seul depuis un moment, sans réel attache depuis ce soir tragique, marchant seul dans la route bien étroite de la vie, une route à une seule personne ne dirait-on pour notre Salazar. Ce plaisir d'être avec une personne aussi rayonnante que sa douce était pour lui un luxe bien trop lointain maintenant, ses larmes de douleurs se sont transformés en larmes de sang, vive, criant de tristesse. Cependant, cela était que dans l'esprit de l'homme, il affichait toujours son sourire joyeux, ce sourire servant de masque pour notre ami depuis bien trop longtemps, ce masque dur à porter pour cacher sa tristesse. Mais grâce à cette femme, cela lui rappela de doux souvenir, ce sourire si familier mais inconnu, ce regard connu sans l'être. Le visage d'ange de l'homme cachait bien que l'esprit de l'homme était retourné dans ses songes les plus beaux qu'il ait connu dans sa vie, ces moments de bonheurs qu'on n'estime la valeur à aucun métaux se trouvant sur la planète, n'ayant pas de valeur en papiers verts, seulement une valeur dans le cœur de l'homme ayant perdu ce bonheur, ces quelques brides de sourire dans un épais brouillard suffisait pour notre ami au bob, mais là, le destin lui offrit une nouvelle chance de pouvoir avoir ce peu de bonheur lointain grâce à cette femme aussi chaleureuse que l'être perdu au cœur de l'homme.

Salazar écouta la proposition et donc la condition de la femme, on pouvait dire que c'était une grande cavalière, à peine tomber de cheval, elle remettait le pied à l'étrier, à peine gêner, le sourire était de nouveau sur son visage et posa une condition à la proposition du blond, que le lieu soit de son cru, la femme avait l'air de mieux connaitre la ville que notre illustre Néerlandais, et avec un grand sourire, les mains dans les poches, perdant son regard dans les nuages, que Salazar suivit l'inconnu aux cheveux de couleurs bien plus sombre que lui, un peu comme la couleur de Eva, bizarrement cette inconnue rappela beaucoup Eva à notre homme aux yeux clairs, cependant cela n'était pas une mauvaise chose mais cela était aussi une sorte de blessure qu'on ouvrait de nouveau, une blessure encore vive dans le cœur de notre, remuant le couteau dans la plaie. Mais le jeune homme avait le cœur trop faible pour penser à cela, il voulait encore voir ce sourire, certes pas de la même personne mais bien le même message avec ces deux lèvres. Bien entendu, le jeune homme laissa la demoiselle menait la danse pour le début, écoutant la jeune femme avec attention, la suivant dans les rues de la capitale d'Italie. La vie de mafieux et de tueur pour les mafieux était une vie bien différente, surement inconnu pour cette inconnue, une société noire sans réelle fraternité et pitié, ce monde cruel qui avait prit le bonheur de notre homme, le seul bonheur venant d'une chair... Cependant, le crime et les morts étaient comme le second sang, la deuxième moitié de Salazar, on ne peut pas faire des agneaux avec des loups, ses douces mains de musicien sont recouvert de bien plus de sang que nombres personnes et de cette femme. Le loup bavant de sang avait prit des airs d'agneau ou alors était-il devenu un agneau avec des crocs ?


Oooooooh, merci de me faire partager de votre expérience dans les lieux de cette magnifique ville, qui est une vraie ville pleine d'amour ! ~

Le damoiseau était sous le charme de la femme qui avait une réelle envie de se faire pardonner pour un incident où les deux parties sont des fautifs, mais laisser la femme menait la danse dans cette ville si étrangère pour notre ami tueur. Cette femme avait l'air de connaitre un peu trop notre homme, bien qu'il n'était pas sur de la connaitre, peut-être que les vies intérieurs existent vraiment, et que l'étrangère n'était pas si étrangère que cela, mais bien entendu, le ciel n'était pas aussi clément envers les tueurs et meurtriers pour offrir une nouvelle chance au nuage écarlate... Respirant l'air frais de la ville, suivant la femme dans les rues, il avait perdu la notion de temps et d'espace grâce à la description que Aria lui avait donné, un petit paradis dans une ville idyllique, voila une chose bien loufoque ... Bien sur que non, mais cela était pour tout le bonheur de notre ami aimant les fleurs...

Dites moi, vous avez l'air de bien connaitre les lieux ? Surement une habituée, vous aimez les endroits paisibles, j'imagine. ~ Moi aussi, j'aime ce qui est calme... ~

Marchant, marchant dans les rues, marchant marchant dans les pas de la belle, seulement que notre voyage avait une fin et la douce voix de la femme était, certes enivrante mais tout les bonnes choses ont une fin et voila un bâtiment qui s'affiche devant les deux collaborateurs dans l'histoire d'une collision malheureuse.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dernière volonté rpg

Ciaossu watashi wa,
Invité
Invité



Profil
MessageSujet: Re: Collision pour un cappuccino ~   Mar 7 Sep - 16:39


Marchant dans les rues romaines Aria décida d'engager une petite discutions parallèle à la pluie et au beau temps. Fort heureusement, le jeune l'avait suivit sur cette voie : qu'elle soit piétonne ou orale. Ce qu'elle eut perçut tanto de lui l'intriguait et elle se demandait ce que cette histoire allait donner. Cependant, il ne se doutait toujours pas qu'elle puisse être de la mafia. De ce fait, elle fourra son pacificateur dans un des plis de son foulard pour qu'il ne sorte point de sa cachette. Malgré les connaissances qu'Aria pouvait avoir à propos de son vis-à-vis, son gout de méfiance ne la quitta que très peu. Ce qui était légitime, me direz-vous. En outre, les impressions qui s'étaient émanéess de lui l'avaient touchée. Cette tristesse qu'il dissimulait derrière son sourire... Derrière son regard qui lui semblait vide de sens, comme en désaccord avec cette apparence première qu'il laissait voir. Très bel acteur, bon nombre de personnes devait se trouver endormit par ses attitudes mesurée, ce jeu parfaitement mené.

Il avait raison, le sourire était un masque bien dur à porter. Mais elle de même, le portant depuis tellement longtemps, capacité résignée qu'elle avait reprit de sa chère mère aujourd'hui décédée... Que c'en était un automatisme, comme si ses muscles s'en étaient figé à ce stade là et l'empêchait d'avoir d'autres expressions de bouche. Et même maintenant, même si la douleur qu'éprouver cet homme la touchait, lui donnait l'impression de le comprendre, elle ne lâcha pas ce sourire. Même si elle était consciente que ça lui faisait de la peine, comme une aiguille chauffée à blanc que l'on utilise pour charcuter une belle blessure. Presque, elle eut l'impression qu'il vivait dans un rêve tout en agissant dans la réalité. Comme si cette femme avait troqué le ciel contre la brume pour ce se dissimuler derrière le profil de cette Eva qui, à en croire les pensées, lui ressemblait jadis. Même sachant cela, elle ne lâcha pas son attitude enjouée, de bon caractère et de douceur. Notre brune avait des informations à récolter sur celui que l'on pourrait qualifier de Free-lance. Quel rapports pouvait-il avoir la mafia..?

"Rome ? Une vrai ville d'amour ? Haha, c'est surtout une ville sainte. La ville d'amour serait plus Venise, je pense."

Le pas sautillant, sans sautiller pour autant, une gestuelle fluide et ouverte, son sourire... Son regard... Elle avançait au côté du blondinet au travers les rues. Sa voix variait en fonction de ses émotions. D'abord surprise, puis gentiment moqueuse et enfin instructrice. Quelque chose qui donne envie d'écouter et non une minable berceuse de professeur d'histoire recalé pour manque d'intérêt.

"C'est aussi une ville pleine d'histoire... Pas tant son histoire en elle même, celle là... elle est lisible dans n'importe quel livre d'histoire à vous faire pâlir d'ennui. Mais l'histoire de chacun de nous... Toute personne qui vient ici a une histoire avec elle."

Cette dame marqua une pose, un air penseur sur le visage, deux doigts sous le menton et le regard en l'air.

"Je connait effectivement cette ville ainsi que ces coins les plus tranquilles. Vous avez raison : j'aime le calme."

Enfin elle aimait le calme, pas que. Elle aimait surtout prendre du bon temps là où elle pouvait. Que ce soit dans un petit café ou une soirée les pieds dans l'eau à jouer aux enfants sur une musique bruyante. Mais là, elle avait besoin de calme. Trop de gens, tuent les gens, et là, trop de monde sur l'avenue... tue le monde et lui décroche une petite ride agacée au coin de l'oeil.

Après avoir traversé la masse de population, Aria entraîna son accompagnant dans une ruelle à traverser pour déboucher dans une rue bien plus respirable menant à une petite place ombragée par un saule pleureur autour duquel un ruisseau y avait été creusé et des fleur plantées. Autour, des petits restaurants et café, chacun voyait son entrée décorée d'une voute recouvertes de rosiers grimpant. Sur le toit de l'un d'eux se devinait une terrasse, de laquelle débordait du jasmin. C'était comme... basculer dans un autre univers. On y entendait des oiseau chanter. Malheureusement... pas que des Moineaux... et encore moins des Rouges-Gorges... Rome était réputée pour ses pigeons et ses étourneaux... Malheureusement. Par contre, il fallait avouer que ça ne gâchait pas le charme de cet endroit.

"Suivez-moi~ ."
Sa bouche arquée comme un croissant léger, elle passa sous le couloir de rosier de celui possédant une terrasse. L'intérieur n'en était pas richement décoré avec de la verrerie e cristal ci et là, ou encore avec des somptueux canapés tapissé de dain. Non c'était plus cosy, avec de bonnes odeurs de café et de thé mêlé à des pâtisseries sortant à peine du four. Dans des couleurs, chocolats, orangée, rehaussé d'un petit vert anis par-ci par-là, des chaises recouvertes de cuir... d'accord, ceci n'était pas très modeste, mais... à la simple vue de l'ensemble on s'y sentait presque aussi bien que chez sois... de toute façon... on n'est jamais mieux que chez sois. Bref.

Un serveur vain à leur rencontre avec politesse... mais peut-être un peut trop formel par rapport à l'ambiance générale qui semblait vouloir mettre à l'aise les clients : dommage. Il les emmena à la terrasse, sur la demande de notre maffieuse inconnue. Que ce soit pour cette dernière ou la personne l'accompagnant, il tira une chaise pour leur permettre à chacun de s'assoir avant de leur donner les cartes d'un geste fluide.

"Oh, avec tout ça, j'ai complètement oublié de me présenter, je me nomme Aria."

Disant cela d'un air étourdit, elle tendit son bras au dessus de la petite table pour lui proposer un poignet de main pouvant sembler incongrue.

"À se présenter, autant le faire dans les règles, haha~."

Au dessus d'eux, le jasmin grimpait mêlé à d'autres rosier, de couleur rose pale, le long d'une armature métallique occupant la moitié de l'espace de cette terrasse. Au pied de chacune des colonnes soutenant l'armature poussait des plant de lys. L'odeur des plantes baignait les lieux dans un tout autre lieux que cette métropole connue sous le nom de "Rome".


Revenir en haut Aller en bas
Dernière volonté rpg

Ciaossu watashi wa,
avatar



Strato di personaggio
Niveau: 29
Expérience:
0/1500  (0/1500)
Attirail:

Profil
MessageSujet: Re: Collision pour un cappuccino ~   Sam 25 Sep - 13:31

La douceur, la beauté, la vie, la fraicheur, la solitude, la mort, le retour à la terre, la réincarnation dans un être identique, un nouveau cycle. Tout cela était les étapes des fleurs selon un livre qu'aimait consulter le blondinet lors de ses heures creuses, entre deux travaux qui mener souvent sur la même route, celle du bien macabre destin de tout homme, une intersection pour certains, pour d'autres la fin du chemin de la vie. Cela était une vue plutôt péjorative de la mort, on avait certes pas la chance des plantes de donner vie, par notre propre cœur à nos enfants, ainsi ils vivent une autre vie, bien peu différente que la leur mais une nouvelle quand même, ainsi le cycle de la vie reprenait son cours, les enfants marchant sur les traces de leurs parents, le rêve de tout les parents qui n'ont d'ambitions pour personne d'autres que eux même, une marque d'égoïsme bien caractéristique des hommes. Retours dans le monde bien réel et non celui des songes et des souvenirs où le tueur était partie, nous étions en charmante compagnie d'une belle femme marchant dans les rues de la capitale Italienne, une bien belle ville, au fur et à mesure que le néerlandais arpentait les rues vieilles de nombres siècles pour certains, ayant vu les plus raffinés sénateurs avec leurs toges en passant par le simple parias dont le monde crachait au visage face à sa laideur et son besoin d'avoir une petite lueur d'espoir s'enflammant dans son cœur par un simple geste de générosité d'une autre personne... Salazar était un peu ce parias de la société, vivant dans son monde comme un marginale mais tout en étant exclu du vrai, ne voulant pas de cette personne bien trop différente pour eux, exclu même de son propre pays pour un crime ensanglanté qui le pourrit l'âme encore plus que elle ne l'était, vivant grâce à la mort, un marchant de la mort, laissant dans son sillage d'innombrables cadavres mais aussi des orphelins et des veuves...

Tout cela était dans la conscience de l'homme qui portait cela comme une personne portait un simple fardeau comme cela d'une famille normale, mais son crime n'a d'équivalent d'atrocité qu'avec aucun autre car il ne regrettait rien, l'homme prenait cela comme si un cycle de la vie avait tournée, une certaine mort détruisant le cœur du jeune musicien, des morts qui retournent à la terre après une pluie de sang qui servira à arroser le sol encore chaud, puis enfin un renouveau avec un nouvelle homme devant la femme inconnu dans cette ville historique. Encore heureux que la femme ne pouvait lire dans les cœurs des hommes, sinon elle ne parlerait pas avec lui de la pluie et le beau temps, tout cela était une discutions bien frivole pour des personnes de leurs âges et histoire de parler mais pas de créer un réel lien entre les deux, c'était surtout pour faire passer le temps pendant qu'elle le menait dans une antre digne de l'Éden d'après ses dires, espéreront que ses dires seront à la hauteur de la vision du Paradis pour le tueur sans remord... Mais déjà cela était bien partie pour être le cas, vu le coté magnifique de la ville, un coté ancien criant de vérité, loin de tout ses plans travaillés du cinéma, nous avions affaire à des gens normaux, on pouvait voir des couples bras dessus-dessous, mangeant avec passion des glaces en se lançant des regards tendre entre deux coups de langues violents sur la matière froide fondant au soleil. On pouvait voir aussi ces gens marchant seul, dans ces grands couloirs vide pour eux mais bien remplie dans la vrai vie, un peu trop remplie au gout d'une certaine personne qui avait décidé de changer d'atmosphère pour un lieu bien plus privé, bien plus romantique, plus calme en gros...

Nous étions surement arrivé à cette Éden sans gène cacher dans la ville des mystères par des bâtiments bien plus rayonnent que le petit paradis où règne tranquillité et paix. Dans l'air se mêlait des senteurs de fleurs fraiche avec l'humidité du ruisseau et encore la chaleur des mets sortant tout droit des établissement de détente, où la charmante demoiselle traina notre homme dans un de ces cafés où une terrasse surplombé la place forte sympathique pour les personnes aiment le calme plat, comme si Salazar n'était plus dans la ville Romane mais dans un bosquet coupé du monde, inviolé depuis des siècles, ne connaissant que le lever du jour et la tomber de la nuit comme décor. Le blondinet se laissa mener par la douce fleur vers les étages du bâtiment, arrivant enfin sur la fameuse terrasse. Maintenant que la jeune femme voulait bien décliner son identité de façon, bien charmante, comme une vrai dame, sauf pour la poignet de main, qui était bien trop familière pour le jeune homme, qui s'empressa de prendre la main de la femme de façon délicate avant de posé ses fines lèvres sur la peau douce de son invité...


Charmé, ma chère... Salazar Van Kutter pour votre plaisir... Suis-je grossier, haha haha, j'ai oublié de vous remercier pour vos précisions sur cette ville qui me sont très précieux, étant donner que cela était ma première visite et je ne pense pas la dernière. ~

Les senteurs des fleurs fraiches accompagnés les paroles mielleuse du Néerlandais, portant un regard vif sur les cartes, tout en admirant le paysage, il lâcha quelques mots:

Vous savez mettre à l'aise les gens ma chère, tout ce qui est ici sent la paix et l'amour à plein nez, on se dirait dans une magnifique forêt, vous ne trouvez pas ? ~


Le serveur revenait d'un air beaucoup trop strict pour être dans un établissement de ce genre où la douceur était maitre, lui faisait tache avec sa rigidité et son coté un peu trop stricte, cependant la charmante invitée de Salazar aiguillé le tableau de fleur qui les entouraient mais revenons vers notre serveur qui demanda aux tourtereaux si il avait fait leurs choix... Salazar regardait avec attention le menu, cherchant des choses savoureuses pour lui et son invitée, une boisson chaude est de rigueur lorsqu'il est état de pâtisserie encore chaude... Le blondinet avait bon gout mais l'italien n'était pas son fort mais il avait compris le grosso-modo du menu et lâcha d'une voix enjouée...


Pour moi cela sera un thé aux jasmins, je vous prie et des croissants chauds, environ 4. Pour Mademoiselle, elle prendra ce qu'elle voudra, cela me ferra plaisir... ~ Prenez ce que vous voulez, vous êtes mon invitée. ~

Portant son regard vague, vers ce ciel le rendant mélancolique, il aimait ces instants intimes avec sa douce amie disparut, cependant tout cela n'était plus qu'un rêve qui avait mal fini...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dernière volonté rpg

Ciaossu watashi wa,
Invité
Invité



Profil
MessageSujet: Re: Collision pour un cappuccino ~   Ven 10 Déc - 0:58

Il est simple de faire transparaître les faux semblant devant les inconnues. D'autant plus lorsque celui-ci est dénué de méfiance. Cette femme ne respirait que la tranquillité de l'indépendance moderne des dames de villes, habituées aux rushs du midi ou aux au bouchons de sept heure du soir. Peut-être avait-elle des enfants, un maris ou un amant, et une procédure de divorce en cours. Peut-être travaillait-elle dans un bureau, une paire de petite lunette sur le nez et son sourire agréable des agents de voyage. Entraînante, aimante et joviale, elle ne pouvait néanmoins pas s'empêcher de percevoir les pensées de son interlocuteur. La maffieuse lisait en même temps cette carte maintes et maintes fois lut mais pourtant toujours aussi appétissante.

Les sentiments qu'elle percevait l'attendrissait et lui provoquaient un petit pincement au coeur. Perdre un être cher était une épreuve difficile, peu importe pour qui, peu importe les réactions effectives. Chacun ses différences, alors chacun ses parades. En outre, le petit transfert que cet homme l'attristait, l'arrangeait et la flattait à la fois. Quelque part il devait souffrir en sa présence, mais en même temps s'en trouver apaiser. Petit paradoxe dans le coeur de cette personne. Nous sommes tous paradoxales. En même temps, Aria savait d'autant plus qu'elle ne courait aucun risque en sa présence. Au contraire, il faisait office d'escorte, en quelque sorte. Et puis, si sa tendre fut si belle à ses yeux, si douce... alors cette petite pensée lui faisait plaisir. Salazar semblait très sympathique, tout autant que polit et gentilhomme. Elle ne s'attendait pas à ce petit baise-main dont il lui fit part, ce qui se vit sur son visage avant de reprendre agréablement possession de sa main.

« Pour moi, ce sera un expresso gourmand au caramel » avait-elle demandé au serveur guindé.

Puis elle avait rendu la carte avec politesse avant de se retourner face à son hôte qui se faisait la gentillesse de l'inviter. Une attitude non sans un certain charme auquel le blondinet semblait sensible, mais attitude visant à une certaine séduction. Au contraire, la parraine souhaitait garder des distance avec la situation. En garder quelque chose d'amical. De plus, en face ce n'était pas un simple citoyen qu'elle fréquentait, mais un autre mafieux, plus nordique. En revanche, la jeune mère ne cherchait pas à le recruter.

« Je vous remercie. Si vous vous sentait à l'aise c'est le principal, je ne cherche aucun conflit. Il n'y a donc aucune raison de se méfier. Et puis, je vous retourne le compliment. C'est toujours très agréable de rencontrer par hasard des personnes telles que vous »

Attendant le serveur et une réaction de son visa-à-vis, la brune rêvassait, les yeux vers les arcades fleur, se gorgeant de leur la quiétude qu'elle pouvait inciter.

« Tenez, un question me trotte me trotte en tête. D'où venez-vous ?

Ce n'est que quelques petites minutes plus tard qu'un autre serveur vint à leur rencontre avec les commande. Un serveur déjà beaucoup plus avenant qui n'hésita pas à saluer d'un sourire charmant sa cliente, ainsi qu'un regard amical pour Salazar en leur déposant les consommations sous leur nez. Aria en avait les doigts qui se tortillaient d'impatiences en regardant son café et les petites mignardises autours. D'un air plus coquin, elle jaugeait la présentation appréciable. Sa lèvre s'en trouva légèrement tortillée dans un coin. Grande gourmande. Humant les senteurs sucrées qui s'en dégageaient mêlées à l'odeur de jasmin du thé de Salazar.

« Bon appétit ~. »


[vraiment navrée du délais d'attente et de la courteur du post... je n'était pas bien inspirée... mais j'avais envie de faire avancer un brin]
Revenir en haut Aller en bas
Dernière volonté rpg

Ciaossu watashi wa,
Contenu sponsorisé



Profil
MessageSujet: Re: Collision pour un cappuccino ~   

Revenir en haut Aller en bas
 

Collision pour un cappuccino ~

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Role play :: L'Europe et le reste du monde :: L'italie-

Panneau d'administration
Design by Illy coded by Illy, Kamui Sinen & Ghost
Créer un Forum | Forum d'Entraide | Créer un Blog | Dons
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit