Bienvenue à toi Cher invité. Ce forum rpg actif nécessite des membres talentueux tel que toi pour évoluer! Dernière Volonté est un forum très prometteur ou les possibilité seront extrêmement vaste au niveau du rp et de la vie commune. Rejoins notre communauté qui est avant tout fan du manga Reborn! Incarne le gardien d'une grande famille, ou deviens le parrain de tes propres hommes !



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Une discution par e-mail.(Miura Kasumi.)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Dernière volonté rpg

Ciaossu watashi wa,
Invité
Invité



Profil
MessageSujet: Une discution par e-mail.(Miura Kasumi.)   Lun 11 Oct - 19:46

James venait tout juste d'arriver au quartier général du CEDEF, il se demandait réellement ce qu'il pourrait faire tant il s'ennuyait. Il ne tenait pas réellement à visiter l'endroit, il était à nouveau cloîtré dans une pièce peu éclairée, emplie de fils électriques, d'ordinateurs variés et d'autres systèmes électroniques. Il taponnait frénétiquement sur son clavier se demandant s'il pouvait trouver quelque chose d'intéressant sur les archives du serveur du groupe. Là il fit une découverte qui le ravit, il y avait des gens qui possédaient des adresses e-mails, ils étaient nombreux, parler à plusieurs personnes était vide d'intérêt. Il ne choisirait qu'une seule d'entre elle, mais qui. Il n'avait réellement aucune idée de qui choisir, mais un autre détail le perturbait pour dire quoi, un simple bonjour, la personne n'apprécierait sûrement pas d'être dérangé ainsi.

Il regarda alors nonchalamment la liste des membres soupirant totalement, quelque chose le frappa à nouveau, il travaillait ici mais n'avait encore rien fait de bien incroyable, simplement jouer avec les ordinateurs et boosté les capacités du serveur en augmentant ses capacités de mémoires. Cela le rendait réellement maussade. Il décida de tout même envoyé un mail à quelqu'un, il fit défiler la liste des personnes rapidement comptant d'un à trois puis finalement dit à haute voix un stop avant de s'arrêter sur un nom. Miura Kasumi. Bien il avait choisi maintenant ne lui restait plus que le sujet. Il décida de regarder la fiche d'information sur les membres pour se renseigner un peu sur elle, mais à la grande surprise de James il n'y avait quasiment aucun détail la concernant, seulement son nom, son prénom, son âge et son sexe. Que c'était déplaisant, mais au moins il avait trouvé son sujet. Il avait désormais une nouvelle idée, faire des fiches complètes pour que les membres puissent se connaître sans se parler, quelle merveilleuse idée. Il commença à rédiger le mail.



« Chère Miura Kasumi, je me nomme Hoshiyo James, je suis ingénieur du CEDEF, je travaillais sur la modification du serveur et la création de fiche concernant nos membres et je n'ai trouvé aucune information sur toi. Je me demandais ainsi si tu étais suffisamment gentille pour me dire plein de choses, ainsi je pourrais te connaître et tous les autres membres aussi. Ne t'inquiète pas toi aussi tu pourras connaître tout le monde sans leur parler. En fait, je compte faire des fiches sur tout le monde, cela sera bien mieux, je suis certains que tu partageras mon avis, que tout le monde le fera, alors j'espère que tu t'amuseras bien parmi nous, aussi que tu vas me dire plein de choses intéressantes. Au plaisir de lire ton e-mail, amicalement James. »

James était très satisfait de son texte, il trouvait cela merveilleusement bien décrit, il ne l'enverrait qu'à elle pour le moment, il ferait les autres fiches plus tard. S'il en a le temps aussi, à dire vrai, l'idée même de devoir parler à beaucoup de gens le démotivait, mais si jamais il arrivait à faire cela ainsi il pourrait aider tout le monde à bien se connaître. L'endroit aussi exigu et plaisant qu'il soit, commençait à l'agacer si jamais il venait à converser par e-mail alors il devrait être à l'air libre, il sortit de la pièce et de l'enceinte du château, se dirigeant vers la forêt qui entourait l'endroit.

Il décida de s'installer ici, à l'ombre des feuillages, un bien bel endroit, quelque chose lui vint alors à l'esprit, un sentiment de nostalgie, Namimori lui manquait légèrement, il désirait y retourner, cela faisait certes peu de temps qu'il était arrivé en Italie, mais son Japon natal lui manquait déjà. Une autre question effleura l'esprit du jeune homme, la personne à qui il avait envoyé un mail, où se trouvait-elle ? Si elle venait à être ici, n'aurait-il pas été plus simple pour lui d'y aller directement ? C'est vrai cela, pourquoi envoyer des mails à tout le monde alors qu'il pouvait aller les voir, il se posait cette question, mais savait déjà la réponse. C'était bien simple, parler face à face à une tierce personne était difficile pour lui, il n'avait pas l'habitude des personnes vivantes, il avait l'habitude des machines lui.
Revenir en haut Aller en bas
Dernière volonté rpg
•• Modératrice: Cedronella

Ciaossu watashi wa,
avatar
•• Modératrice: Cedronella



Strato di personaggio
Niveau: 30
Expérience:
230/400  (230/400)
Attirail:

Profil
MessageSujet: Re: Une discution par e-mail.(Miura Kasumi.)   Lun 11 Oct - 20:00

    Kasumi entra dans sa chambre, exhaussée. Elle était rentrée à pieds, et était passée par le parc afin de faire quelques mouvements pour s’assouplir. Sérieuse, elle n’abandonnait pas son entraînement, quand bien même ses études et son travail de relais du Cedef à Namimori lui prenaient du temps. Elle devait être plus forte que tout cela. Mais parfois, la fatigue vainc la volonté. Et ce jour-là, Kasumi n’en pouvait plus. Cela faisait plusieurs semaines qu’elle faisait tout à cent à l’heure, qu’elle ne prenait pas de pause, que sa mère ne la voyait jamais, qu’elle prenait à peine le temps de manger. Quand enfin elle allait se coucher, elle tombait immédiatement dans un profond sommeil dont seul le réveil sonore parvenait à l’extirper.
    Elle fut tentée d’aller se coucher immédiatement. Séduite par cette idée, elle retira lentement ses chaussettes et son manteau. Sa mère ne rentrerait pas avant vingt heures.
    Puis elle jeta un coup d’œil à son sac ; elle avait un devoir à rendre, et une leçon à compléter. Un de ses professeurs adorait les textes à trous.
    La jeune fille esquissa une légère moue, puis sortit son livre et quelques feuilles de son sac, s’installant à son bureau. Elle poussa l’ordinateur, et fut soudain tentée, très fortement tentée de l’allumer afin de vérifier ses e-mails. Et peut-être y répondre. Et peut-être même lézarder un peu sur internet. De toute manière, elle ne se mettait pas la pression pour ses études. N’était-elle pas supérieurement intelligente ? Elle passerait ses partiels haut la main, il n’y avait aucun doute là-dessus. Alors, elle pouvait se permettre un petit moment de loisirs, elle qui n’en avait jamais ces temps-ci.

    Elle alluma la machine, qui se lança assez vite. Elle cliqua machinalement sur l’icône de son navigateur et ouvrit sa boîte de messagerie. Une petite icône clignota sur son écran, lui signalant un nouveau message ; elle ne reconnaissait pas l’expéditeur. Curieuse, elle ouvrit le mail.
    Elle fut surprise tout d’abord en lisant le contenu. Elle se demanda même un instant s’il ne s’agissait pas d’une farce. Elle traça le mail ; il lui fut confirmé qu’il avait été envoyé d’une machine du QG du Cedef. Mais pourquoi l’administrateur du réseau perdrait-il son temps à faire des fiches des membres ? C’était parfaitement stupide. Et puis, il paraissait vraiment niais, ce pauvre garçon. Elle, gentille ? Elle ne devait pas l’avoir rencontré durant son entraînement au QG. Il ne devait pas savoir quelle personne elle était ; mais ce n’était pas étonnant, sinon il ne lui enverrait pas de message lui demandant des renseignements sur elle.
    Et puis, à bien y réfléchir, ce gérant de réseau n’avait peut-être pas une si mauvaise idée en lui demandant une fiche de renseignements. Ainsi des équipes pourraient être formées plus efficacement et les membres se connaîtraient avant même de se rencontrer, ce qui permettrait d’éviter les petites disputes entre certains nouveaux collaborateurs.
    Mais à cette pensée, Kasumi s’arrêta. Avait-elle envie qu’on la connaisse ? Avait-elle envie d’avoir des coéquipiers ? Elle était déjà très bien toute seule. Et puis il y avait les mômes à surveiller, là. Vongola X et ses gardiens. Le peu de fois qu’elle les avait vus, elle les avait trouvé bruyants et gamins. L’avenir de la Mafia reposait sur leurs épaules ? Et ben c’était pas gagné.

    La jeune fille tourna sa concentration vers son écran, et cliqua sur l’icône Répondre. Elle réfléchit un instant, puis commença à écrire.


    « M. Hoshiyo,
    J’ai bien reçu votre e-mail. Je suis membre du Cedef depuis, disons, quelques mois, je ne sais plus combien exactement. Vous n’avez qu’à regarder sur la fiche technique me correspondant. Et donc, il semblerait que vous voudriez fournir cette fiche…un peu plus. Certes.
    Mais je pourrais me permettre de demander : Pourquoi ? En effet, pourquoi, la Mafia ne devrait pas être pieds et poings liés devant la technologie. Pourquoi remplir des fiches dont elle n’a eu que faire jusqu’à présent ? Mais je comprends fort bien que votre travail vous mène à formuler ce genre de requête, aussi vais-je me présenter.
    Je suis Miura Kasumi, mère Miura Yûko, père Sotto Gavino. J’ai dix-sept ans et je suis actuellement postée à Namimori pour être le relais du Cedef dans la ville du Dixième Vongola. Je vous avouerai que mes services n’ont pas encore été grandement réclamés.
    Ma flamme est Brume ; Je parviens à maîtriser parfaitement les illusions de vue. Pourquoi parfaitement ? Parce que je suis un génie, voyons. Mais comme vous avez expressément demandé à ce que je sois gentille, je vais continuer à écrire en considérant que vous êtes presque mon égal. Mais cela reste encore à prouver, bien évidemment, et tout cela ne dépendra que de vous.
    Ma couverture dans la ville est celle d’étudiante en faculté de médecine, première année. Mais je pense continuer mes études par la suite, en dépit de mon travail au sein du Cedef. Il faut dire qu’on ne m’a pas vraiment laissé le choix quant à mon entrée dans la Mafia ; mais comme la plupart d’entre-nous, je suppose.
    Et sinon, que dire ? J’ai subi un entraînement au QG d’Italie durant deux mois avant de retourner au Japon ; j’avais toujours vécu à Tokyo, avant d’être convaincue et forcée de déménager à Namimori. Cet entraînement m’a permis de consolider ma technique de combat, qui consiste en l’utilisation des éventails.
    Au dû de ma faible constitution, je serais plus utile en soutien dans des équipes de combat, ou alors en attaquante éclair. Je suis en outre capable de résoudre à peu près n’importe quel problème scientifique, et de développer des stratégies complexes. Je suppose que c’est pour ce genre de raison que j’ai été envoyée ici ; il faut dire qu’on voit beaucoup de personnes louches par ici. Il est assez drôle de croiser autant d’occidentaux dans une aussi petite ville japonaise. Mais je vous passerai les détails.
    Bref, j’espère que vous avez apprécié cette lecture, car je ne saurais pas vraiment quoi dire d’autre. Mais comme je suis d’humeur gracieuse, vous pouvez me parler de vous si vous le désirez.
    Je vous souhaite une agréable soirée ; autant que cela est possible.
    Miura Kasumi »


    La jeune femme esquissa un sourire malicieux alors qu’un sentiment de supériorité la gonflait. N’était-ce pas là une merveilleuse présentation de sa personne ? Non vraiment, chaque mot était parfaitement choisi et la décrivait parfaitement. Qu’en dirait ce jeune homme ? Elle cliqua sur envoyer, et mit son ordinateur en veille en étouffant un rire dédaigneux. Non mais. Pour qui se prenait-il ? Il avait intérêt à faire une réponse qui en vaille la peine.
    Kasumi fit couler son regard vers son livre d’anatomie. Elle l’ouvrit à la page marquée ; 124. Etude illustrée et imagée d’une dissection d’intestin grêle. Ses yeux s’agrandirent (autant que cela était possible). Fufufu. C’était horrifique.

________________

† My, my... Human being doesn't have to be so complicated.†
Thème
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dernière volonté rpg

Ciaossu watashi wa,
Invité
Invité



Profil
MessageSujet: Re: Une discution par e-mail.(Miura Kasumi.)   Lun 11 Oct - 21:03

James s’ennuyait énormément, il attendait impatiemment la réponse, regardant les nuages, soudain alors qu’il écoutait de la musique, il entendit sa propre voix lui annoncer qu’il venait de recevoir un mail, il l’ouvrit aussitôt, l’expéditeur était celle qu’il attendait. Il commença à le lire rapidement, plusieurs point vide d’intérêt comme son arrivé au Cedef ou bien ses parents à dire vrai ce n’était pas ses points qui lui plaisaient, elle avait une vie privé quand même. Elle vivait à Namimori, quelle chance, cette ville lui manquait tant. Un détail le surpris, elle était un génie, voilà comment elle se décrivait. Merveilleux, un génie, elle lui plaisait beaucoup, mais il était légèrement vexé par le presque dont elle avait usé. Il était sûrement son égal, en tout cas en matière de technologie. Elle précisa d’autre point qui n’intéressait pas vraiment James et finissait par lui dire que comme elle était d’humeur gracieuse elle lui laissait la permission de lui parler de lui. Quelle idée saugrenue. Bien elle lui avait parlé alors lui aussi, et puis cela permettrait de mettre quelque chose au clair.

«  Tout d’abord merci pour ces informations, même si elles furent pour la plupart peu utiles. Je suis très intrigué par votre pensée sur vous, mais sachez que vous n’êtes pas l’unique génie, en effet si je suis ingénieur ce n’est pas sans raison. Que dire sur moi, déjà je n’écoute que ce que je désir, de ce fait ce n’est pas grâce à votre clémence ou votre humeur gracieuse que je réponds mais tout simplement car je le veux. Bien après cet aparté je ne vois rien à dire, si ce n’est que je vous jalouse, cette ville est si parfaite, j’y ai vécu quelque temps, si merveilleuse, vous l’aimez, vous devez l’aimer c’est tout à fait logique.
Ma flamme à moi est la foudre, mais disons que je n’ai aucune idée de comment en user. Enfin, cela est totalement inutile car je n’ai pas pour projet d’agir de façon violente ou autre et comme je peux tout faire sans flammes alors nul besoin de comprendre. Enfin je le crois. D’ailleurs vous ne devriez pas être fier de vouloir user d’éventail, la violence est inutile, vous devriez apprendre à régler vos problèmes par la discussion. Je suis sur que vous êtes aptes à le faire, après tout n’êtes vous pas un génie comme vous le dite si bien ?
Je voudrais aussi vous dire que je suis moi-même un occidental comme vous le dite, enfin en partie seulement, mais je reste tout de même en partie l’un d’eux. Je me demandais aussi, je suppose que vous aussi saviez apprécier la beauté des ordinateurs, alors que pensez-vous de mon idée de fiche, n’est ce pas une idée merveilleusement divine, ainsi nous n’aurons jamais besoin de nous voir pour nous connaître et les associés seront parfaits entre eux, par exemple avec vous une personne assez forte et qui à tendance à idolâtrer les personnes qui l’entourent ainsi votre ego sera contenté n’est-il pas? Quel temps fait-il à Namimori, le soir tombe non? Vu le décalage horaire je dois avoir raison, enfin, je suis comme vous je suppose, j’ai toujours raison, normal, les êtres supérieurs sont fait pour avoir raison et aider ceux inférieur. De plus au vu de votre âge je suis votre aîné, en effet j’ai dix huit ans, mais bon cela n’as pas grande importance n’est ce pas ? Je me demande auriez vous du temps à perdre à discuter avec moi, bien de toute façon ce n’est pas une perte de temps puisque nous entretiendrons obligatoirement une conversation fort agréable.
Vous avez dit surveillé le Vongola X, il est comment ? Malgré le fait que j’ai moi aussi vécu à Namimori je ne l’ai jamais vu, en fait, je ne sortais jamais de chez moi. Je n’aime pas trop le contact social direct, alors je n’ai jamais été en cours ou autre. De toute façon c’était vide d’intérêt, tout ce dont j’avais besoin pour travailler, je l’avais chez moi, des ordinateurs, des câbles, des outils, des circuits et tant d’autres merveilles mécaniques. La mécanique n’est-elle pas merveilleuse, si passionnante, les ordinateurs, toutes choses ayant des circuits, des puces, tout cela est si beau. Vraiment divin.
Bien, sinon, pourriez vous me parler un peu plus de la flamme de la brume, vous pouvez faire l’illusion de n’importe quoi, cela à des limites, c’est un élément curieux non? Vous aimez votre flamme, vous la maîtriser vraiment? Vous êtes parfaite sur cela? Vous aimez la violence? Je sais, vous désiriez que je parle de moi, mais je ne sais quoi dire, si vous avez des questions posez les c’est plus simple. Moi j’en pose beaucoup, suis-je bête, vous avez remarqué depuis un moment cela. Précisez-moi s’il est trop tard pour que vous puissiez continuer à parler. Je ne voudrais entraver votre mission ou même vos études par ma simple curiosité.
Au plaisir de lire votre prochaine réponse. Au fait, avant que j’oublie, les études de médecine, c’est intéressant? J’aime bien savoir plein de chose, ce n’est pas que cela m’intéresse mais bon, tout savoir est quelque chose de basique pour un ingénieur ainsi on peut tout faire de façon électronique. Je suis sur qu’un jour je révolutionnerais le monde de l’informatique. » 


Il cliqua directement sur envoyer et replongea son regard dans les nuages. Merveilleux, ce ciel si bleu, si beau. Ses yeux commençaient à le picoter, il y avait trop de lumière, il extirpa une petite boite de sa poche et mis ses lunettes. Il se décala selon l’ombre de l’arbre pour éviter le soleil au maximum et remit la musique, impatient d’entendre à nouveau son alerte e-mail qu’il avait crée spécialement pour son usage personnel, une alerte avec sa propre voix.
Revenir en haut Aller en bas
Dernière volonté rpg
•• Modératrice: Cedronella

Ciaossu watashi wa,
avatar
•• Modératrice: Cedronella



Strato di personaggio
Niveau: 30
Expérience:
230/400  (230/400)
Attirail:

Profil
MessageSujet: Re: Une discution par e-mail.(Miura Kasumi.)   Mer 13 Oct - 18:55

    Kasumi soupira en écrivant la dernière phrase de son devoir. Le dernier kanji dessiné avec fluidité, elle referma son livre et rangea ses affaires. Elle jeta un coup d’œil à son ordinateur qui l’attendait placidement, posé au bord du bureau. Il lui avait semblé entendre l’alarme de réception d’e-mail ; mais sa concentration lorsqu’elle travaillait était telle qu’elle ne s’était pas arrêtée. Elle esquissa un sourire et ouvrit le message ; beaucoup plus long que le premier. Beaucoup plus emporté, aussi. La jeune femme se permit un fin sourire. Voyons, cher jeune homme, il ne fallait pas prendre le train aussi vite, prendre le temps de courir un peu derrière… Mais il semblait suffisamment intelligent pour permettre une longue et agréable conversation.
    Kasumi enregistra les e-mails sur un fichier texte, et se mit à écrire soigneusement sa réponse.


    « Et bien, je vous en prie, ces informations étaient faciles à donner. Je me demande simplement quel genre d’information vous pouviez bien chercher, si ce ne sont celles-ci. Il me semblait vous avoir procuré les éléments nécessaires pour des fiches d’information. Ma façon de combattre, les circonstances de mon entrée dans la Mafia, mes points forts et mes points faibles… Mais peut-être qu’un point obscur et mystérieux m’aura échappé, et que votre projet était en réalité de faire une fiche sur les goûts des uns et des autres. Il me faut franchement vous avouer que, si je devais lire quelques unes de ces fiches, les renseignements les plus utiles que je pourrais obtenir sur mes collègues seraient de ceux que je vous ai cités. Mais bon, je comprends qu’il puisse y avoir plusieurs points de vue sur la question.
    Par contre, nous avons un point commun (et cela n’en est que mieux pour vous) ; nous sommes tous deux métisses. En effet, au cas où vous n’auriez pas réussi à décrypter les consonances des noms de mes géniteurs, je vous apprends que ma mère seulement est japonaise ; mon père, lui, est italien. Il est encore au QG du Cedef ces temps-ci ; Gavino est son prénom, et il ne se fait appeler que par celui-ci. Mais je vous avouerai ne pas lui avoir demandé quel était son rôle au sein de notre famille, aussi peut-être ne vous êtes-vous jamais rencontrés.
    Bref, ce que je veux dire c’est que vous aussi avez vécu au Japon en ayant un parent étranger. Vous aussi, avez-vous souffert toute votre enfance cet horrible surnom, celui de Gaijin [étranger]? Par chance, je n’ai jamais vraiment aimé le contact humain, aussi me suis-je peu inquiétée de savoir si l’on me considérait comme japonaise ou pas. Mais parfois, il est vrai que je sens avoir des différences subtiles avec la moitié de mon sang, dues à l’autre moitié. Peut-être me comprenez-vous. Et donc, le mot d’occidental n’était pas tourné contre vous, puisque vous avez vécu au Japon.
    Pour vous répondre quant à Namimori, il s’agit en effet d’une fort jolie ville, calme et colorée. Cela me change du bruit et de l’agitation de Tokyo. Et en effet, le soir tombe. Il y a un joli coucher de soleil ; ma chambre est inondée d’une merveilleuse lumière orangée teintée d’or et de rose. Cela faisait longtemps qu’il n’y avait pas eu un aussi beau crépuscule.
    Et le jeune Vongola, me demandez-vous ? Et bien, pour être franche, c’est un être très… Paradoxal. Il est très timide et maladroit, peu loquace, et peureux ; mais dès qu’il s’agit de protéger ses amis, encore plus que ses intérêts, sa volonté devient de fer. Elle est inébranlable. Et alors, son aura ainsi que sa puissance augmentent de façon… exponentielle, si vous me passez le mot. Quoique, étant informaticien, vous devriez y être accoutumé. La plupart des instruments électriques ont des réponses énergétiques exponentielles. Mais vous le savez déjà.
    Dans tous les cas, ce jeune Vongola vaut le détour. Je pense commencer à comprendre pourquoi tous ont un tel engouement envers lui ; il y a quelque chose de magnétique en lui, qui impose à la fois le respect et le désir de le protéger et d’être fidèle à lui.
    Et enfin, pour ce qui est de ma flamme… Je n’ai su que très tard son existence. Par contre, les illusions, j’en ai pris conscience alors que je devais avoir autour de dix, douze ans. C’est un art très délicat, qui demande une grande concentration et force d’esprit. En effet, plus l’esprit qui crée les illusions est puissant, plus les illusions peuvent tromper des âmes fortes. Et c’est mon but ; améliorer mes illusions afin de tromper les meilleurs yeux, les plus grandes perspicacités ou scepticismes.
    De plus, je ne vois vraiment pas pourquoi vous êtes entré dans la Mafia si vous n’aimez pas combattre. Il faut dire que pour l’instant, je n’ai moi-même pas de grandes capacités martiales, puisque j’ai appris la danse de l’éventail au début comme un art, puis l’ai développé comme un moyen d’auto-défense. Il n’y a pas là de goût pour le combat ou pour le sang. Je pense que le combat est une question de volonté. C’est Lal Mirch qui me l’a appris ; et peu importe le nombre de fois que je parvenais à me surpasser lors de nos entraînements, elle augmentait la cadence encore et encore. Pour vaincre, il faut de la volonté. De l’envie de vaincre. De la fierté. Et si l’on n’a rien à protéger, alors que l’on combatte pour un idéal, quel qu’il soit. Je crois avoir trouvé dans la volonté du jeune Vongola quelque chose à protéger ; mais peut-être n’en serai-je pas capable, qui sait ? En tout cas, pour persévérer, il faut essayer.

    Bref, voilà que je parle longuement dans un mail à quelqu’un dont je connais juste le nom, l’âge, la profession et le type de flamme. D’ailleurs, même si vous n’aimez pas le combat, je vous invite à apprendre à user de votre flamme de foudre. L’on a déjà dû vous en faire part, mais sachez que les flammes de foudres ont le don de Solidité ; elles sont les plus dures et difficiles à percer. Aussi, si vous ne désirez pas combattre, apprenez au moins à les utiliser comme bouclier. Qui sait, vous pourriez grâce à cela un jour sauver votre vie, et celle d’autres ? Je n’arrive pas à croire que je sois capable d’écrire une chose pareille. Mais bon.
    Je vais terminer ce mail en vous invitant à reprendre autant de points de mon développement que vous le désirez ; vous pourriez par ailleurs me parler un peu de vous. J’ai décidé d’être curieuse ce soir. Et ne vous en faîtes pas pour mon sommeil, demain je commence à treize heures.
    Miura Kasumi »


    La jeune illusionniste cliqua sur Envoyer, puis s’étendit sur son lit, portant son ordinateur portable avec elle. Elle déposa l’objet à côté d’elle sur le matelas, et prit un bon livre. Du Nietzsche. Son professeur de littérature (elle avait choisi littérature en option) adorait cet auteur allemand. De plus, elle était bien décidée à en apprendre un peu plus sur la philosophie et la mentalité occidentales, puisqu’à priori elle allait travailler pour la Mafia italienne pendant un bon bout de temps.
    Elle étouffa un rire discret, et fit un sourire à sa mère qui passait son visage dans l’encadrement de la porte, afin de saluer sa fille ; Yûko venait de rentrer du travail. Les pas de sa génitrice s’éloignèrent vers la cuisine, alors que Kasumi se mordillait les lèvres d’impatience de recevoir la réponse. Elle n’aimait pas les conversations orales, au dû de la proximité que celles-ci imposaient. Mais les conversations épistolaires avec quelqu’un qui répondait si bien à chacune de ses piques pour lui en lancer d’autres, c’était vraiment très amusant. Quoique, elle avait été gentille dans sa réponse. Peut-être s’ennuyait-elle vraiment.

________________

† My, my... Human being doesn't have to be so complicated.†
Thème
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dernière volonté rpg

Ciaossu watashi wa,
Invité
Invité



Profil
MessageSujet: Re: Une discution par e-mail.(Miura Kasumi.)   Jeu 14 Oct - 22:05

James faisait glisser ses doigts dans l'herbe, l'esprit empli de pensée, il ne tenait pas réellement à aller voir qui que ce soit, l'idée même d'un jour devoir travailler avec un autre l'ennuyait quelque peu, mais au fond, rencontrer quelqu'un et travailler avec lui ne paraissait pas une si mauvaise idée aux yeux de James. Peut être que si la fameuse personne était suffisamment intelligente, sympathique et amusante cela pourrait devenir quelque chose réellement merveilleux. Soudain il entendit à nouveau sa voix, ce qui le fit sortir de sa torpeur pensive, il avait reçu une nouvelle réponse, très dense, c'était plaisant, une personne avec suffisamment d'intelligence pour ne pas se contenter de trois mots en guise de réponse, quelle merveilleuse damoiselle était cette Kasumi. Elle l'intriguait quelque peu, il était très motivé pour lui répondre, il arracha un long brin d'herbe et le porta à sa bouche avant de rehausser ses lunettes et de commencer à taper.

«  Les informations que vous m'avez donnés suffisent amplement, mais c'est juste que les informations privés sur votre famille sont mieux à être privé n'est-il pas ? Je ne suis pas totalement intéressé par vos goûts et puis cela ne peut être grandement utile en ce monde, tous les goûts sont différents donc savoir ceux d'une personne est futile, il est mieux de les découvrir au fur et à mesure des heures passés ensemble. Donc, sachez que je partage votre point de vue, à l'exception du point sur votre vie privée et sur votre entrée dans la Mafia, chaque personne à une histoire qui lui est propre et ne sera pas forcé de vouloir la révélée aux yeux de tous. Mais comme vous l'avez dit, tous les points de vues sont faisables sur une telle question.
Je vois, vous aussi, c'est merveilleux, mais pourquoi cela est ce mieux pour moi ? Je vous avouerais qu'il est peu probable que je l'ai rencontré. La raison est simple, soit je suis dans ma chambre à faire quelques petites choses, soit je suis en promenade dans les alentours du QG. Mon père aussi travaillait au Cedef, mais je n'ai jamais réussi à savoir ce qu'il faisait aussi et à dire vrai je ne m'y intéresse pas plus que cela.
Au risque de faire naître chez vous un soupçon de déception je n'ai jamais eu un tel surnoms, la seule preuve de mon mélange se trouvant dans mon prénom les gens ne se posaient pas beaucoup de questions puisqu'un prénom européen ne signifie pas grand-chose. Je n'ai jamais vraiment apprécié le contact non plus, toujours passionné par les choses que d'autre ne comprenait pas ou qu'il trouvait trop différent. Et selon moi, vous êtes ce que vous désirez être, si vous vous voyez comme japonaise alors vous l'êtes peut importe ce que les gens en disent. Et vous avez probablement raison, j'ai peut-être eu la chance d'être affligé par ce surnom, car je suis né au Japon.
Quelle chance vous avez, cette ville me manque tant, j'ai mis la photo d'une rue de la ville en guise de fond pour mon ordinateur, c'est vous dire à quel point elle me manque, mais je dois malheureusement rester ici encore quelque temps, jusqu'à ce que j'ai fini d'adapter le serveur du QG pour qu'il soit parfaitement accessible à travers toute la planète sans qu'il puisse être pirater et il me reste encore beaucoup de choses à faire sur ce dernier point.
Je vois, il est donc une personne qui semble d'abord banal et misérable, mais qui se révèle être intense, peut être aurais-je dut chercher à la rencontrer, mais cela est quelque peu idiot étant donné qu'il n'a probablement rien qui pourrait m'intéresser réellement à moins qu'il cache un secret encore plus profond que ce que vous ne m'ayez dit., Quant aux évolutions d'énergies exponentielles mes doigts s'en souviennent mieux que moi en général.
Vous avez vraiment pris connaissance sur vos illusions tôt, je trouve cela vraiment incroyable, vous êtes peut-être réellement un génie alors. C'est merveilleux et par tromper les meilleurs yeux, parlez-vous aussi de ceux des machines, est-il possible de tromper une machine en usant d'illusion ? Celui qui pourrait faire cela serait capable de l'illusion la plus parfaite en réalité, les machines étant la perfection naturelle.
Pour votre questionnement quant à mon entrée dans la mafia la réponse est simple, la curiosité et l'envie de protéger, nul besoin de combattre pour protéger quelqu'un. Il est possible de sauver une vie en agissant de façon diplomate, on peut agir à tout en parlant. De plus, je suis ravi de savoir que vous n'avez pas appris cela dans le but de causer la mort, c'est tout à fait louable. Je pense comprendre votre notion de volonté, de désir de protéger et d'idéal, mais cela ne vous semble pas un peu désuet, vous ne trouvez pas que cela fait un peu vieux jeu ? Cela n'est que mon humble avis, mais nul besoin d'idéal, de volonté ou autre pour protéger une personne que l'on voit.
Pour ma flamme, je ne vois pas le mal à suivre votre conseil, j'y vois en effet uniquement des points positifs, cela serait réellement merveilleux même, mais malheureusement je n'ai aucune compréhension des flammes ou autre. Je ne saurais pas réellement comment la faire naître, alors l'utiliser.

Pour parler de moi, cela n'est pas un sujet très vaste, je n'étudie rien en particulier passant le plus clair de mon temps sur les ordinateurs et diverses machines, je parle bien sûr le japonais et l'anglais, j'essaie d'apprendre l'italien ici, mais c'est une langue qui m'offre quelque difficulté. J'ai tendance à m'ennuyer rapidement de toute chose ou personne, c'est pourquoi je cherche à toujours voir de nouvelles choses et en étudier encore plus. Je suis souvent admiratif des personnes ayant une grande culture et un savoir assez vaste. Je ne sais vraiment quoi dire d'autre, je ne suis pas réellement doué pour parler de ma personne, si vous avez des questions alors poser les. Cela sera bien plus simple pour moi. Très bien alors, mais n'hésitez pas à me le dire si vous êtes prise d'une fatigue certaine, je ne voudrais pas vous importuner. »


James envoya le message et posa son ordinateur portable sur le côté avant de s'allonger sur l'herbe plutôt que de rester adosser contre l'arbre, il était las de regarder les nuages et toute autres chose, il décida de naviguer un peu sur internet. Il se connecta et visita plusieurs sites sur des points variés de la technologie actuelle, recherchant quelque chose de croustillant et d'inconnu malheureusement sans résultat notable. Il soupira et se laissa totalement tomber sur le sol, en effet, avant cela il maintenait sa tête grâce à son bras, maintenant même sa tête touchait l'herbe.
Revenir en haut Aller en bas
Dernière volonté rpg
•• Modératrice: Cedronella

Ciaossu watashi wa,
avatar
•• Modératrice: Cedronella



Strato di personaggio
Niveau: 30
Expérience:
230/400  (230/400)
Attirail:

Profil
MessageSujet: Re: Une discution par e-mail.(Miura Kasumi.)   Mar 19 Oct - 19:24

Spoiler:
 

    Quelques minutes plus tard, l'ordinateur de Kasumi lui indiqua qu'elle avait à nouveau reçu un message. Elle attendit quelques temps, le temps de terminer quelques pages; l'idée que Nietzsche développait était passionnante, et ce petit informaticien pouvait attendre. La connaissance venait avant tout. Elle faisait glisser doucement les fines pages entre ses mains, soupirant d'aise en découvrant les magnifiques idées du philosophe allemand. Puis, alors qu'elle terminait le développement de l'idée, elle se décida à lire la réponse de son interlocuteur. Elle soupira en lisant le début de la réponse. Elle termina de parcourir le mail, réfléchit un instant, et trouvant ses phrases, se mit à écrire.

    « Et bien, je crois que nous ne serons décidément pas d'accord quant aux informations. Il est vital pour une organisation telle que la Mafia d'en savoir le plus possible sur ses membres, afin d'en avoir le contrôle le plus parfait. Tout ce que je vous ai dévoilé de ma vie privée sont mes origines et mes parents; vous ne savez rien de mes goûts, seulement ma couverture d'étudiante. Vous avez besoin de ces informations -qui entre nous soit dit ne sont pas si privées que cela, puisqu'on peut en trouver pas mal sur mes papiers d'identité-, mais si vous persistez à penser qu'elles vous sont inutiles, grand bien vous en fasse. Mais si vous relisiez avec attention mon premier mail, vous vous rendriez compte que je n'ai donné des informations qu'à titre, comme le mot l'indique si bien, informatif, puisque c'était le but premier de votre correspondance avec moi. Mais je n'en dirai pas plus sur ce point; il me semble qu'il n'y ait plus rien à dire là-dessus.
    Quant aux origines... Et bien, vous devez alors avoir encore moins fréquenté que moi la population. Ou alors vous n'avez rencontré que des japonais très tolérants. Ce qui est assez étonnant. Et effectivement, je me sens bien plus japonaise qu'italienne, puisque j'ai été élevée au Japon, et n'ai jamais rien su de l'Italie que ce que mon passage au Cedef m'a apporté quelques mois plus tôt. Mais à vrai dire, je n'ai vraiment que faire de savoir d'où je viens, ou ce que je suis, puisque l'important est de savoir que l'on est, et pourquoi l'on est. Vous excuserez mes fréquentes divagations philosophiques, mais je trouve qu'il s'agit d'un point très intéressant à étudier; existe-t-on par ses origines ou par sa propre existence? Peut-on être déterminé par une étiquette de race ou de couleur? Malheureusement, ce n'est que trop vrai, et trop souvent, quoi que l'on puisse en dire.
    Mais bon, aujourd'hui je suis étudiante en médecine à Namimori, petite ville fort agréable (comme on le sait déjà) Et si je puis me permettre, si cette ville vous manque tant, pourquoi donc l'avoir quittée (à part le privilège d'avoir accès à un des réseaux les plus efficaces au monde)? Aviez-vous quelque chose de plus important que votre foyer à protéger? Si votre père fait effectivement partie du Cedef, est-ce à cause de lui que vous êtes devenu mafieux? Ou bien par votre propre désir? Avez-vous été obligé d'accepter? Je ne puis m'empêcher de penser que vous ne seriez pas le genre de personne à accepter d'entrer dans un monde aussi vicié que celui dans lequel nous évoluons aujourd'hui. Quoique, pour ma part, j'ai la chance de ne pas être dedans jusqu'au cou, merci à ce poste que l'on m'a donné. Je n'ai pas à m'alourdir de tâches qui pourraient me salir les mains. Mais à bien y penser, vu où j'en suis, je n'aurais que faire de devoir accepter quelques missions.
    Pour ce qui est des illusions, je me permettrai de vous faire un bref résumé: les illusions permettent d'affecter un sens; ou plusieurs si on les combine. Bien évidemment, plus l'on est puissant, plus l'on est capable d'utiliser de nombreux sens. Je n'ai aujourd'hui qu'un seul sens à ma disposition: la vue. Ainsi, lorsque j'emprisonne quelqu'un dans mon illusion, je peux lui faire voir des images, lieu et choses aussi réelles que je le désire (car je me suis beaucoup entraînée pour maîtriser à la perfection mes illusions de vue, afin d'être prête à maîtriser un nouveau sens). Et donc, ces illusions sont frappantes de réalité, mais elles n'ont aucune tangibilité. Si on les touche, elles disparaissent. Mais l'illusion agit sur le mental: si vous pensez que ce que j'ai lancé sur vous est une réelle pluie d'aiguilles, il est fort probable que vous sentirez une violente douleur quand les illusions arriveront sur vous. Vous aurez l'impression d'avoir été touché; même si votre corps, lui, n'a pas souffert. Ensuite, les illusionnistes plus puissants peuvent ajouter le toucher à leurs illusions, et alors vous aurez vraiment des blessures corporelles.
    Les machines, quant à elles, parviennent à défaire les illusions tant qu'elles ne combinent pas au moins la vue, le toucher et l'ouïe. Comme les machines ne peuvent pour la plupart pas détecter les odeurs ou les goûts, elles ne seront pas affectées du tout par ces illusions. Il faut dons être un illusionniste extrêmement puissant pour berner une machine performante.
    Pour ce qui est de l'entrée dans la Mafia, je crois que je n'ai pas été très claire. Je n'ai pas d'idéal, pas de rêve ni de grand but; j'ai été forcée à entrer dans la Mafia, certaine qu'ainsi je pourrai perfectionner mes illusions. Il se trouve que la connaissance du jeune Vongola m'a fait réaliser que certains parviennent à se battre pour des idéaux; et je trouve ça louable. Mais je ne sais pas si je serais capable d'une telle chose; déjà parce que je ne place pas une telle foi dans l'amitié. Mais je vous avouerai que je n'en ai que faire.
    Et pour votre flamme, si elle s'appelle Flamme de Dernière Volonté, c'est bien parce qu'il y a le mot Volonté dedans. Plus vous désirerez faire apparaître votre flamme, au moyen d'un anneau, plus vous serez capable de l'invoquer. Plus vous voudrez cette flamme, quels que soient vos buts, idées, idéaux, choses à faire ou à ne pas faire, c'est de votre volonté que dépendra la contrôle de votre flamme. Et de beaucoup d'entraînement, aussi. Mais je pense qu'il y a pas mal de vaillants qui pourront bien vous entraîner un peu, si le cœur vous en dit. Si vous le désirez, je peux même demander à mon père de vous prendre un peu en charge; il est très bon stratège, et combat surtout par l'intelligence. De plus, il me semble avoir compris que sa flamme était celle de la foudre. Mais bon, si vous refusez mon offre je comprendrai parfaitement. Je disais cela juste au cas où.
    Quant à vous-même, et bien... On peut dire, étrangement, que l'on ressent très bien votre caractère dans votre façon de vous exprimer -à l'écrit du moins-. Une sorte de détachement intéressé, une distance mais en même temps une utilisation de la langue presque naïve, comme si vous aviez foi dans les mots. A chaque fois que vous parlez d'ordinateur, votre ton change et se fait plus confiant. Mais dîtes-moi, que faîtes-vous exactement, à part vous occuper du réseau du Cedef? Avez-vous appris à coder et programmer seul, ou avez-vous suivi des études d'informatique? Je dois avouer que toutes ces machines sont pour moi pleines de mystères, et que je restreint mon utilisation de l'ordinateur à mon travail, internet et quelques jeux, quand j'ai le temps. Temps que je n'ai plus trop ces temps-ci, vu qu'à part travailler, m'entraîner et lire un peu, je ne fais plus grand chose.
    Bref, je ne vais pas m'épancher encore, et je vais vous laisser la parole; peut-être avez-vous de nombreuses objections à mes idées, aussi je suis impatiente de lire votre réponse.»


    Elle envoya le message en esquissant un sourire, puis retourna à son livre adoré. « Après la mort de Bouddha, l'on montra encore pendant des siècles son ombre dans une caverne, - une ombre énorme et épouvantable. Dieu est mort : mais, à la façon dont sont faits les hommes, il y aura peut-être encore pendant des milliers d'années des cavernes où l'on montrera son ombre. - Et nous - il nous faut encore vaincre son ombre! »
    C'était à s'en pâmer de beauté et de véridicité.

________________

† My, my... Human being doesn't have to be so complicated.†
Thème
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dernière volonté rpg

Ciaossu watashi wa,
Contenu sponsorisé



Profil
MessageSujet: Re: Une discution par e-mail.(Miura Kasumi.)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Une discution par e-mail.(Miura Kasumi.)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Role play :: Quartiers Généraux :: Fondazioni del Cedef-

Panneau d'administration
Design by Illy coded by Illy, Kamui Sinen & Ghost
Créer un Forum | Forum d'Entraide | Créer un Blog | Dons
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit