Bienvenue à toi Cher invité. Ce forum rpg actif nécessite des membres talentueux tel que toi pour évoluer! Dernière Volonté est un forum très prometteur ou les possibilité seront extrêmement vaste au niveau du rp et de la vie commune. Rejoins notre communauté qui est avant tout fan du manga Reborn! Incarne le gardien d'une grande famille, ou deviens le parrain de tes propres hommes !



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 We shall see each other again [Flashback][Yamamoto Takeshi]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Dernière volonté rpg
•• Modératrice: Cedronella

Ciaossu watashi wa,
avatar
•• Modératrice: Cedronella



Strato di personaggio
Niveau: 30
Expérience:
230/400  (230/400)
Attirail:

Profil
MessageSujet: We shall see each other again [Flashback][Yamamoto Takeshi]   Sam 4 Déc - 23:34


I once wondered why I didn't have any friend.

    7 ans plus tôt.


    Elle fait une colère. Oh, ça ne lui est pas arrivé souvent, de faire une colère. Mais là, elle grogne, trépigne, tape du pied. Non, non, elle ne bougera pas de cet appartement. Elle ne veut pas partir en vacances durant la golden week, elle veut rester chez elle avec ses éventails et ses livres.


    "J'irai pas."

    Elle s'accroche aux meubles, aux tatamis, elle a vraiment envie de rester. Mais, voyant qu'elle fait de la peine à sa petite maman, elle finit par accepter de sortir. Elle parcourt la pièce du regard, et décide néanmoins de préparer un petit sac pour ses affaires. Sa mère s'étonne de cette soudaine docilité. En fait, elle s'était étonnée que Kasumi refuse aussi farouchement de sortir, elle qui lui obéissait toujours autant. Elle ne savait pas que la petite avait prit une grande décision.
    Kasumi, quelques jours précédemment, avait rencontré son père. Refusé de partir avec lui en Italie, et, finalement, découvert qu'elle avait le pouvoir de créer des illusions. Et la petite, maintenant, elle veut travailler. Elle veut découvrir tout de cette aptitude qui semble si rare que personne ne veut la croire quand elle chuchote qu'elle peut faire apparaître un fantôme au-dessus de leurs épaules. Et qu'après, ils pleurent. Oh, que c'est dommage. Ils pleurent. Et ben c'est bien fait pour eux. Ils n'avaient qu'à se taire. Ou ils n'avaient qu'à la croire, puisqu'elle est plus intelligente qu'eux. Elle est plus jeune qu'eux, c'est la seule raison pour laquelle ils se moquent facilement d'elle. Parce qu'elle est une proie facile, parce qu'ils ne voient pas pourquoi ils lui offriraient du respect, elle est si petite, si jeune, si chétive, et en plus elle est intello. Non, non. Ils vont tous payer un jour. Elle les hantera. Pas méchamment. Par petits bouts. Tout petits, petits.

    Mais elle oublie sa rancœur un instant, et regarde sa petite maman gentille. Yûko a toujours été attentive et gentille avec elle. Il ne faut pas être méchante avec maman, il ne faut pas faire de la peine à maman. Donc on se comporte en gentille fille et on rentre dans la voiture. Elle vérifie qu'elle a tout apporté. Maman a dit qu'on partait trois jours, rendre visite à une amie qui habite dans une petite ville à quelques heures de là. Donc elle a bien prit du change, deux jupes, un t-shirt, un débardeur... et puis trois livres (on ne sait jamais, et si elle s'ennuyait vraiment beaucoup ?), et enfin ses merveilleux éventails. Sa maman lui a acheté de nouveaux éventails il y a peu, bleu océan, avec la voilure parsemée de petites perles. Ce sera super de danser dans un parc avec. Rêveuse, elle s'endort en boule sur son siège en pensant à tous les merveilleux pas qu'elle pourrait alors faire en paix, loin du bruit de Tokyo et des railleries de ses camarades.
    Et puis, elle ouvre les yeux quand sa maman la secoue doucement. Quelques rayons de soleil sont filtrés par les longs cheveux de sa mère. Elle aussi, elle a de longs cheveux. Elle se demande si elle les coupera un jour. Elle n'espère pas. Ou plutôt si. Un jour, elle parviendra à se faire respecter des autres. Vraiment. Ce jour-là, elle se coupera les cheveux. Promis ?
    Elle hésite à la fin de son soliloque. A-t-elle vraiment envie de perdre ses longs cheveux noirs ? Elle déglutit, puis serre ses deux petits doigts ensemble. C'est une promesse hein ?
    Sa mère l'attend toujours, et a terminé de ranger leurs affaires dans l'appartement de son amie. Kasumi va y déposer ses vêtements et ses livres, mais garde son sac avec dedans ses précieux éventails. Pas question qu'elle sorte sans eux. Sa mère lui demande pourquoi elle ne veut pas les laisser. Mais c'est juste comme ça. Elle n'a pas envie. Yûko laisse tomber. Elle présente Miko, son amie qui les héberge, à Kasumi. Kasumi dit bonjour, Kasumi est polie. Elle fait même un joli sourire à Miko, qui fond complètement, comme la plupart des adultes. Ah ce qu'elle est mignonne, et patati et patata.

    Et puis soudain, Kasumi a faim. Elle le dit d'une petite voix, presque un chuchotement à l'oreille de Miko, en ouvrant de grands yeux larmoyants. Yûko sourit. Elle connait sa fille, sait que tout cela n'est qu'un jeu pour elle, mais elle s'en amuse. Elle prévient ses amis plus tard que la petite les manipule comme bon lui semble.
    Et donc, Miko décide de les emmener à un excellent restaurant de sushis qu'elle a toujours grandement apprécié pour leur rapidité à servir les plat, et la qualité de leur nourriture. Et puis le tenancier était charmant. Et puis, il avait un petit garçon tellemennnnt mignon...
    Kasumi préfère vagabonder dans ses pensées plutôt que d'écouter le babillage incessant de Miko. Ce qu'elle sait, c'est qu'elle a faim. Alors elle suit les deux adultes de ses petits pas pressés, en se demandant bien si elle prendra du saumon, ou même des crustacés. Mais elle préfèret largement le saumon.
    Elles finissent par arriver devant la boutique, qui est assez jolie de l'extérieur. A l'intérieur aussi c'est joli. Et un gentil monsieur très grand les accueillent. Il est même trop grand. Mais Kasumi s'en fiche, Kasumi a faim. Elle craque pour le saumon, que le monsieur lui apporte assez rapidement. Elle goute... Quel délice ! Elle mange tout très vite et avec beaucoup d'appétit. Sa maman est un peu plus lente, elle mange de façon tranquille et posée, bienheureuse d'avoir sa petite fille avec elle dans une gentille petite ville et mangeant dans un bon petit restaurant. Tout ce qu'il fallait pour décompresser du stress acquis en laboratoire.
    Et puis Kasumi termine son assiette, et en a assez. Elle se lève, parcourt la salle, regarde partout. Peut-être va-t-elle trouver des passages secrets ! Les adultes la regardent en riant. Elle voit une porte, court pour l'ouvrir... BANG ! La porte s'ouvre sur son nez. Elle se le frotte en grognant. Qui a osé lui ouvrir une porte sur son si joli petit nez ?

    Et là, devant elle, il y a un petit bout de garçon (bon d'accord, ils font presque la même taille) qui la regarde d'un air étonné, un grand sourire de bienheureux aux lèvres. Kasumi regarde sa maman, regarde le cuisinier. Elle doit certainement dire bonjour. Elle tend sa main d'un air solennel vers le petit garçon, hésite un peu, puis déclare:


    "Bonjour, je suis Kasumi. Et toi, comment tu t'appelles ?"

    Elle espère avoir été convaincante. Elle n'a pas envie que ce petit garçon se moque d'elle, comme tous les autres. De toute manière, s'il venait à être méchant avec elle, elle lui ferait apparaître un fantôme sur l'épaule. Na.

________________

† My, my... Human being doesn't have to be so complicated.†
Thème
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dernière volonté rpg
•• Modo: Vongola Shugosha

Ciaossu watashi wa,
avatar
•• Modo: Vongola Shugosha



Strato di personaggio
Niveau: 36
Expérience:
334/400  (334/400)
Attirail:

Profil
MessageSujet: Re: We shall see each other again [Flashback][Yamamoto Takeshi]   Dim 5 Déc - 11:12

Avant même le commencement de batailles toujours plus violentes, avant même que notre collégien ne soit embarqué dans toutes ces histoires mafieuses...

Les enfants avaient souvent des distractions qui ne se différenciaient que peu, certains préférant rester à la maison pendant que d'autres allèrent dehors pour partager des moments entre amis. Depuis quelques temps, le jeune Takeshi commençait à sortir, prendre un peu plus confiance en lui pour aller faire quelques balles de baseball avec les voisins au parc non loin du restaurant familial. Vous vous demandez surement pourquoi le jeune garçon ne le faisait que depuis peu, eh bien tout simplement qu'il eut des moments de manque de confiance, s'enfermant dans une bulle personnelle par peur d'être blessé ou encore d'être déçu. Il fallut énormément de temps pour qu'il puisse finalement se donner le courage de se rendre au devant des gens et ce ne put se faire sans l'aide de son paternel qui lui donna un conseil dont il se souviendra à vie "Si tu fuis les autres, alors ils te fuiront aussi."
Pour un enfant, il n'y avait pas mieux que quelques paroles fortes pour le faire changer, de toute façon...A sept ans, il avait encore le temps de se remettre en question et de pouvoir devenir un bon adulte. Mais Takeshi prit son courage pour apprendre à aller vers les autres, à les comprendre et finalement pouvoir partager de bons moments avec les plus intéressants et se faire enquiquiner par les plus mauvais garçons. Vous savez, ce genre de charmants bambins qui, lorsqu'ils font les équipes, ne vous prennent en dernier que parce qu'ils ne savent pas quoi faire de vous. Toutefois, le jeune garçon prenait sur lui en leur montrant un jour qui deviendrait le meilleur baseballeur.

Vous vous demandez surement d'où vient ce fanatisme du sport américain le plus regardé avec le basketball? Eh bien c'était lors d'une émission de sport que regardait son père un jour. Ils étaient tous les deux en train de manger à table tout en laissant la télévision faire le bruit de fond, le jeune garçon expliquait difficilement ses journées qui se passaient mal pendant que le jeune père tentait de trouver de bons conseils à lui donner. Mais soudain, le présentateur hurla un magnifique "HOMERUUUN!!" qui attisa la curiosité de notre bon petit lardon qui jeta un oeil à la télévision et vit un homme rapide, saluant la foule après son triomphe qui lui valut le hurlement de son nom par tous les fans mais aussi du présentateur. Carl Jonhson, voici l'homme qui venait d'accomplir un exploit que ne comprenait pas le petit garçon et qui se tourna vers son père:

"Papa, c'est quoi un Homerun?"

Le père, surprit par cette curiosité naissante, posa ses baguettes puis se gratta l'arrière de la tête avec son bras et réfléchit. Il n'était pas vraiment un grand connaisseur de ce sport mais avait tout de même quelques bases. Trouvant finalement ses mots, des simples pour que son jeune fils comprenne, il lui répondit de sa voix grave mais adoucit par le fait qu'il soit en face de sa progéniture.

"Eh bien tu vois, il y a des bases au sol. Un homerun c'est lorsque le batteur envoie la balle si loin qu'il peut faire le tour des bases sans qu'elle puisse revenir par la défense."

Les yeux du petit garçon s'illuminèrent, comme des étoiles qui naissaient dans ses pupilles, la naissance d'un intérêt nouveau pour un sport dont il ne connaissait absolument rien il y a quelques minutes. Observant encore l'homme saluant la foule mais aussi se jetant dans les bras de ses camarades, Takeshi ne perdit pas une miette de cet homme qui était devenu rapidement une idole. C'était un homme de couleur noire, d'une carrure assez imposante qui caractérisait assez bien la population américaine. Lees hommes noirs furent souvent prisés dans le monde du sport dû à une musculature un peu plus développée permettant des courses plus rapides et élancées. Serrant ses poings, se penchant en avant pour attraper les paroles de son père en vol, Takeshi continua avec une dernière question:

"Donc c'est extra ce qu'il vient de faire?!"

D'un grand rire à la fois surpris mais aussi amusé, le paternel croisa ses bras et observa son fils semblant vraiment intéresser par ce sport qui n'aurait pas donner la puce à l'oreille au restaurateur s'il ne l'avait pas vu ici-même. Il était inquiet de savoir que son fils ne se faisait pas d'ami, qu'il n'avait pas de passion mais apparemment, cette inquiétude pouvait s'envoler car en répondant que cela était en effet extraordinaire, le petit garçon voulait apprendre de ce sport.

Aujourd'hui, un jour comme les autres, le jeune homme n'était pas dans le restaurant à aider son père. C'était un jour sans école, mais aussi sans personne avec qui jouer au baseball, enfin il n'y avait pas ceux avec qui Takeshi adorait s'amuser et faire des parties sans que personne ne vienne les déranger. Se levant assez tôt, l'enfant s'habilla tout seul en arborant son corps d'un tee-shirt bleu clair avec la photo de son joueur favori Carl Jonhson qui courait et d'un pantalon noir simple mais d'un tissu léger au cas où l'opportunité de faire un peu de sport se présenterait. Son père lui avait déjà mit la chaine sur laquelle passait l'équipe de notre protagoniste et quelques sushis pour qu'il puisse déjeuner en ne perdant rien de ce qu'il se passait. Observer son héros lui donnait le courage de pouvoir faire mieux encore dans les entrainement et de parvenir, un jour, à faire des homeruns comme lui! Certains enfants possédaient des héros comme Bioman ou encore Sailor Moon, eh bien Takeshi c'était Carl et personne d'autres! Pendant que notre fanatique regardait la télévision à l'étage du restaurant, ce dernier était des plus animés avec une clientèle qui se faisait de plus en plus fidèle. En même temps, qui pouvait fournir des sushis d'une qualité plus exceptionnelle que celle fournie par le restaurant Yamamoto? Personne n'en avait la vantardise et quiconque s'y était attelé s'en était mordu les doigts. On peut donc considérer que de tout Namimori, c'était bien le seul restaurant dans ce type de nourriture. La bâtisse était assez simple, le restaurant se trouvait à la portée de tous tandis qu'à l'étage se trouvait tout le compartiment privé et familiale. C'est ainsi que Takeshi pouvait se permettre de ne pas être présent pour regarder la télévision sans gêner personne, il serait dommage que la clientèle ne se sente pas à l'aise parce qu'un charmant bambin voulait revoir son héros à l'œuvre. Le père, quant à lui, présentait son art comme personne d'autre sous les yeux de sa clientèle salivant d'avance sous les bons petits plats qui se faufilèrent dans les assiettes et tout cela pour le régal des papilles.

Tout se passait bien et dans la plus grande des tranquillités lorsqu'une porte s'ouvrit violemment, heurtant par la même occasion le visage d'une jeune demoiselle qui se baladait dans le restaurant pour entendre une voix sortant de l'ombre ou plutôt de la porte:

"HOMERUN! Yahou! Carl, c'est le meilleur!"

Sous les rires de l'assistance, les clients les plus fidèles commentèrent cette arrivée en fanfare du jeune Yamamoto qui exposait une nouvelle fois son addiction pour ce sport si important à ses yeux. Le public en était amusé bien que le père demanda à ce que le jeune garçon ne crie pas dans le restaurant mais aussi prête attention à la personne qu'il venait de blesser par inadvertance. Se tournant vers l'origine des paroles, le garçon observa la fille qui se tenait face à lui en tendant sa main. Notre jeune surexcité observait la main puis se questionna un instant...Il avait déjà vu son père serrer la main à de multiples personnes mais jamais Takeshi n'aurait pensé dû faire de même à son âge, il n'y avait pas que les adultes qui se serraient la main? D'un grand sourire offrant la vision de toutes ses dents, le garçon serra la main de son interlocutrice et annonça d'une voix forte et enjouée:

"Salut! Moi c'est Yamamoto Takeshi! Encore désolé pour ton nez Kasumi!"

Retirant sa main après l'avoir serrée à celle de sa nouvelle connaissance, le jeune homme mit ses deux mains derrière la tête et fit part de son plus grand sourire. Quand je vous disais plus haut un sourire avec toutes ses dents, il y avait une erreur...Effectivement, ce sourire montrait bien ses dents mais une manquait à l'appel. La nuit dernière, il perdit une dent de laie qui se trouvait à l'avant et donc exposait un beau trou au milieu de ce sourire charmeur. Attrapant son propre Tee-shirt avec ses mains, le jeune garçon tira le portrait de Carl en avant pour le montrer à la jeune demoiselle puis n'hésita pas à exposer sa passion pour ce héros qui hantait son coeur et lui donnant cette passion pour ce sport qui n'avait rien de Japonais.

"Lui, c'est Carl Jonhson! Le meilleur joueur de tous les temps! Il fait des Homerun comme jamais on n'en voit!" Lâchant son tee-shirt, le jeune homme vint finalement à imiter son héros en simulant la prise en main d'une batte de baseball puis, toujours dans l'imitation, frappa une balle invisible accompagnée de paroles surexcitées "Il frappe la balle à la vitesse de la lumière et ZOUUUU! Elle s'envole trop loin et personne ne peut l'attraper! C'est génial, non?"

Sous les rires de l'assistance adulte, le jeune garçon observait dans les yeux sa nouvelle camarade de jeu tout en cherchant à savoir si elle partageait la même passion que lui. Enfin, dans son esprit encore enfantin, il était persuadé que personne ne pouvait ignorer la divine existence de Carl! Qui pouvait se permettre de ne pas connaitre le champion même du sport le plus extraordinaire de cette génération? Pour notre enfant, il était désormais inconcevable qu'elle puisse ignorer une chose si importante. En tout cas, la différence d'énergie entre les deux enfants se faisait assez rapidement au commencement de la conversation sous les yeux amusés des parents et de Miko qui adorait observer Takeshi à l'oeuvre.

________________
~~¤Shigure Souen Ryu Style¤~~

Ps: Si question de modération, Mp Jirô. Pour le flood c'est Kojiro et sur toutes questions sur Tifa, c'est Yama'. Vous êtes prévenus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dernière volonté rpg
•• Modératrice: Cedronella

Ciaossu watashi wa,
avatar
•• Modératrice: Cedronella



Strato di personaggio
Niveau: 30
Expérience:
230/400  (230/400)
Attirail:

Profil
MessageSujet: Re: We shall see each other again [Flashback][Yamamoto Takeshi]   Dim 5 Déc - 11:56

    En fait, ce n'est pas vraiment un petit garçon de son âge, n'est-ce pas ? C'est... Quelque chose de vaguement électrique ? Il lui rappelle un petit bébé souris jaune dans un jeu vidéo auquel elle aime jouer. Oui, c'est cela. Il ne doit pas être totalement humain, pour être tant surexcité, n'est-ce pas ? Ce n'est pas possible de sourire autant. Et en plus il lui manque une dent. Mais Kasumi n'a rien à dire là-dessus. Si elle se mettait à sourire, on verrait deux jolis trous à la place de ses canines supérieures. Elle les a perdues presque en même temps, et a beaucoup grogné en s'en rendant compte. Elle n'aime pas perdre ses dents, elle trouve cela sale. Mais bon, comme elle sourit peu, ce n'est pas très grave, personne ne le voit. C'est caché !
    Sauf que, sauf que... Il lui serre la main avec une innocence telle, un si grand sourire, une si grande bonne humeur ! Kasumi ne sait pas où se mettre. Ils sont le centre des regards, tous les clients sont focalisés sur eux en souriant. La petite fille a envie de disparaître derrière ses cheveux. Et puis il continue de sourire, il irradie de bonheur et d'énergie. Un petit, petit sourire apparaît sur les lèvres de Kasumi. Elle ouvre la bouche doucement, consciente qu'elle va peut-être le décevoir, mais ... Elle a envie de savoir !


    "C'est qui 'Carl Jonhson'? Et c'est quoi un 'homerun'? C'est... a propos d'un sport ?"

    Elle regarde avec intérêt l'homme à la peau noire sur le t-shirt du bambin, souriant, et avec une sorte de bâton de fer d'une forme étrange posé sur son épaule. Elle se demande bien à quoi cela sert. Elle est cependant certaine que l'homme doit courir bien vite, si le petit garçon le dit. L'énergie du gamin est envahissante, Kasumi se sent submergée. Elle se demande si elle doit accepter d'être affectée par cette énergie, ou bien si elle doit la repousser et retourner gentiment s'assoir à sa place à côté de sa gentille maman, qui elle est toujours calme et silencieuse.

    Mais elle est piquée de curiosité, elle ne pensait pas que quelqu'un puisse autant aimer un sport qu'elle aime la danse des éventails. Son coeur se gonfle de bonheur à la pensée de ce merveilleux sport dans lequel elle se jette corps et âme ; au collège, elle est plus chétive que tout le monde, et n'est bonne dans aucun sport d'équipe. Elle a une bonne dextérité, mais son manque de force n'est pas pallié par sa précision. Alors elle ne peut jamais montrer à personne la danse des éventails, à part sa maman.
    Elle regarde à gauche, à droite, d'un air inquiet. Les adultes commencent à retourner à leurs plats, à se détourner d'eux. Elle préfère cela ; elle est assez nerveuse quand les autres la regardent. Elle a conscience d'être formidable par rapport aux autres, mais il ne fallait pas l'afficher non plus n'est-ce pas.
    Finalement, elle accepte l'énergie qui irradie de Takeshi, et ne sachant pas vraiment quoi faire d'autre, elle lui prend les mains entre les siennes pour attirer son attention, et, un sourire, enfin un sourire, illuminant son visage, elle lui parle, pas trop fort, elle ne veut pas que tout le monde l'entende.


    "Tu... Tu sais en faire de ce sport ? Tu me montres ? Et ... Je pourrais te montrer le mien ? Dis ?"

    Elle n'attend pas vraiment de réponse et court en dehors du restaurant. Elle entend sa mère lui crier de faire attention à elle et de regarder à droite et à gauche en traversant les rues. Le grand rire de Miko la suit jusqu'au bout de la rue. Elle se souvient avoir vu un parc, quand elle est venue au restaurant de sushis. C'est là qu'elle veut aller. Elle veut voir un homerun, même s'il n'y arrive pas, elle veut imaginer du moins.

    Elle arrive au parc, et s'étale dans l'herbe. Elle ne sait pas s'il l'a suivie. Elle l'espère. S'il ne l'a pas suivie, peut-être sera-t-elle un peu triste. Mais bon, au moins, elle aura été contente d'imaginer que quelqu'un pouvait être gentil avec elle, même si ce n'était qu'une façade. Elle a envie de se dire que le sourire de ce petit garçon était un vrai sourire, et que même s'il offrait le même à tout le monde, cela signifiait qu'elle faisait partie de tout ce monde, n'est-ce pas ? Et cela, pour la petite Kasumi, c'était rassurant. Elle qui n'était pas comme les autres, qu'on traitait de Gaijin à l'école parce que son père n'était pas japonais, elle qui était plus intelligente que tous ses camarades, elle qui faisait apparaître des fantômes sur les épaules des gens.
    On peut comprendre pourquoi Kasumi est méfiante envers tous et toutes. Parce qu'elle est tellement persuadée que les autres la trouvent différente qu'elle se coupe spontanément d'eux. Elle s'enferme dans son monde, avec ses rêves et ses espoirs, qu'elle teinte elle-même d'une couleur passée, persuadée qu'elle n'a pas le droit d'accéder à ses rêves, parce qu'elle n'est pas pareille. Un raisonnement bien compliqué pour une aussi petite fille, qui finalement reste une petite fille, n'est-ce pas. Une petite fille qui aime jouer à la poupée, qui espère un jour rencontrer un prince charmant, et qui croit dur comme fer qu'elle sera un formidable docteur plus tard. Mais elle n'ose en parler à personne, et ne le fera pas. Elle est comme ça.
    Elle commence à trouver le temps long, à se dire qu'il ne viendra pas désormais. Elle est allée trop vite, il n'a pas su où est-ce qu'elle allait, et il est resté chez lui. Ou alors, elle n'a pas entendu sa réponse, qui était négative. Peut-être ne voulait-il pas lui montrer un homerun. Peut-être ne voulait-il pas jouer avec elle. Bwarf. De toute manière, ce ne serait pas la première fois qu'on lui brisait un petit espoir comme celui-ci. Elle est habituée, elle s'en fiche. Elle s'en fiche. Elle s'en...
    Mais elle est triste, quand même, la petite Kasumi. Elle aurait bien aimé savoir ce que c'était que ce sport étrange. Elle ne se rappelait même plus du nom.
    Elle ferme ses immenses yeux bleus, mal regardés des autres enfants qui trouvent cela bizarre, deux petites larmes coulent sur ses joues. Elle est fatiguée.

________________

† My, my... Human being doesn't have to be so complicated.†
Thème
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dernière volonté rpg
•• Modo: Vongola Shugosha

Ciaossu watashi wa,
avatar
•• Modo: Vongola Shugosha



Strato di personaggio
Niveau: 36
Expérience:
334/400  (334/400)
Attirail:

Profil
MessageSujet: Re: We shall see each other again [Flashback][Yamamoto Takeshi]   Dim 5 Déc - 13:40

Takeshi a toujours eut la réputation d'être plein d'énergies, lorsqu'il ne faisait pas du sport ou quelque chose qui le dépensait, il se devait de l'exprimer autrement. Parfois cela énervait, parfois cela plaisait mais on pardonnait toujours un enfant qui apprenait les choses de la vie. Sa maitresse mettait toujours sur les bulletins trimestriel "Takeshi est un garçon plein de vie bien qu'il ait du mal à suivre en cours." car oui, le petit garçon se dissipait rapidement lors des cours et ne parvenait à se concentrer autrement que sur une balle de baseball. Qui sait? Peut-être que cela s'arrangera au fil des années mais pour le moment, ce n'était pas un élève brillant. Et puis, ce n'était pas le pire dans sa classe, il y avait des garçons ayant des notes bien plus horribles comme un certain Tsu...Non, Tso...Bref, un garçon dont tout le monde se moque et qui permettait à Takeshi de passer inaperçu. Toutefois, ce dernier avait le mérite d'animer la classe à sa façon, de toujours rendre le sourire aux autres dans les moments difficiles. Il fallait toujours offrir un grand sourire et tout s'arrangeait. La fille qui se trouvait en face de lui semblait étrangement timide, plus qu'il ne l'aurait pensé! Déjà qu'il ne côtoyait pas souvent des filles, pensant qu'elles ne faisaient que jouer à la poupée et qu'elle ne savait pas parler aux garçons, mais apparemment ça parle aux garçons! Observant la raison pour laquelle Kasumi semblait timide serait les ricanements des adultes observant la scène. Ben quoi? S'ils faisaient rire, c'est que c'était bien non? Le mini Yamamoto avait encore bien du mal à comprendre comment ça fonctionnait une fille mais c'était marrant! Surement qu'elle connaissait des choses autres que Carl, même si dans sa tête tout le monde devait le connaitre de base, et pouvait apprendre un peu d'elle.
Mais oh désespoir, oh cruel dilemme lorsque le jeune enfant apprit que des personnes sur Terre ne connaissaient pas le célèbre Carl Jonhson et en plus le baseball! Telle une foudre traversant son petit coeur, le jeune homme comprit qu'il existait des gens différents, qui ne connaissaient pas le meilleur batteur au monde et surtout le sport le plus génial au monde! Le mini Yama ne se doutait pas de telles choses mais au moins, en apprenait un peu plus sur le monde qui l'entourait. Il y avait toutes sortes de gens comme ceux qui ne connaissaient pas trop le sport. Serrant son poing, reprenant de l'énergie, le jeune garçon se disait qu'il ne fallait pas perdre le moral pour ne pas inquiéter son entourage! Certes, elle ne connaissait pas grand chose mais c'était son devoir en tant qu'amateur de lui ouvrir son esprit fermé! Oui, à la fin de la journée, elle connaitra très bien ce monde si important qu'est le baseball!

Sentant ses mains attrapées délicatement par celles de son interlocutrice, le jeune Takeshi écarquilla les yeux en observant le visage timide mais bien plus émotif de la jeune Kasumi. Elle était timide mais elle était bien plus intéressante qu'il ne l'aurait cru, il voulait s'en faire sa première amie fille. Mais il n'eut le temps de répondre qu'elle parti rapidement en dehors du restaurant pour se rendre surement dans le parc. Lui qui débordait le plus d'énergies, le voici maintenant dépassé en question de rapidités par une parfaite inconnue qui éveilla sa curiosité sur un monde qui n'était pas le sien de base. Au moins une victoire le concernant! Il avait pu faire en sorte qu'une parfaite inconnue ne connaissant rien à son idole s'y intéresse! Se tournant un instant vers son père, ce dernier fit un grand rire et lâcha d'une voix forte et autoritaire:

"Ecoute Takeshi! Le devoir d'un homme est de ne jamais faire de mal à une femme! Joue avec elle sans la blesser!"

D'un sourire énorme partagé entre le père et le fils, ce dernier courut dehors afin de rejoindre la jeune fille après avoir récupéré l'équipement nécessaire dans une pièce à part du restaurant. Les paroles de son père n'eurent pas tellement d'impact sur un enfant de sept ans mais il avait au moins comprit qu'il ne devait pas lui faire de mal. Il fera en sorte de ne pas la blesser pendant la partie et de faire attention aux trajectoires de la balle. Se rendant dans le parc, le garçon vit sa partenaire de jeu toute seule, dans un état qui le questionna rapidement. Pourquoi elle boudait? Balançant sa tête sur le côté pour se questionner, le joueur de baseball ne comprenait pas la raison pour laquelle elle faisait la tête dans son coin...Surement qu'elle avait attendu trop longtemps et qu'il allait se faire gronder. Allant à sa rencontre, le petit être posa une main sur la tête de sa nouvelle amie et lui caressa les cheveux. Ils étaient doux, comme de la laine (oui, bon, c'est un enfant alors les comparaisons on repassera.) suivi d'un sourire énorme comme en avait l'habitude Takeshi. Dans son esprit enfantin, le petit garçon ne comprenait pas la raison des larmes et chercha la raison tout en tentant de rassurer celle qui ne semblait pas en grande forme:

"Pleure pas Kasumi! Je sais que t'es tellement pressée de faire du baseball que tu en pleures mais faut pas! Moi aussi au début j'étais impatient mais j'allais pas t'abandonner!"

Déposant son sac, le garçon en sortit une batte légère, adaptée évidemment pour les enfants aussi bien pour la taille que pour le poids. Les commerçant n'allaient pas vendre quelque chose d'inadapté et surtout que c'était de la bonne qualité. D'un air très fier, le jeune homme présenta la batte, expliqua son usage qui consistait à "frapper la balle le plus fort possible pour l'envoyer hyper loin jusqu'à la lune!" bien que les termes soient vraiment une explications pour enfant. La balle eut droit aussi à sa présentation mais fut aussi lancée en direction de la jeune fille afin qu'elle puisse toucher la matière, qu'elle connaisse le poids mais aussi ce que cela faisait. A la base, la balle était blanche mais à force d'utilisation, celle-ci changea rapidement de couleurs en du marron avec des tâches vertes dû à la pelouse humide du matin. Après l'équipement! Le garçon prit le casque et le plaça sur la tête de Kasumi, approcha innocemment son visage du sien pour régler comme il se fallait en fonction de la tête de la jeune fille et demanda si cela lui allait. En tant que coach de cette première partie, il se devait d'être impeccable, de ne faire aucune erreur! Et si cela arrivait, alors peut-être que Carl viendrait le féliciter! Imaginant son idole lui caresser la tête en lui administrant des mots doux, le petit être laissa son esprit partir pendant quelques secondes. Pointant son doigt en direction de la jeune fille, Takeshi lui lâcha avec vigueurs:

"Pour aujourd'hui, je vais surtout te faire découvrir l'immense plaisir que d'avoir la place de Carl Jonhson: Batteur!"

Lui donnant l'instrument, le garçon garda son sourire et expliqua le rôle qu'elle avait, de frapper la balle le plus fort possible par rapport à ce qu'il allait lui envoyer. Bien évidemment, le jeune garçon allait faire en sorte de ne pas en lancer de trop fortes pour qu'elle puisse gérer facilement mais il s'amusait comme un fou dans son rôle de coach avec les conseils en prime.

"Imagine que la balle est le plat ou la personne que tu détestes! Comme les épinards! Hihi!"

Toujours ce fringuant sourire avec le trou au milieu, cette énergie qui tentait de guider la jeune fille vers la voie du baseball professionnel. Il voulait qu'elle s'y sente bien, qu'elle prenne plaisir à ce sport et comprenne pourquoi il était tout excité au restaurant lorsqu'il voyait son héros à l'œuvre. Après explication des diverses règles du jeu, de la mise en place des bases afin qu'elle puisse courir dessus, le jeune garçon se mit à quelques mètres et la taquina un petit peu:

"Kasumiiiiii~~Prête?"

Cherchant à ce qu'elle soit plus expressive, le jeune garçon tentait de lui arracher quelques mots et peut-être aussi un grand sourire. Il voulait connaitre un peu mieux ce qu'elle était, la sortir de cette coquille similaire à ce qu'il avait vécu quelques années auparavant et voulait qu'elle devienne quelqu'un qui ne fuirait pas les gens. Peut-être que cela était une sorte de mission que ne se rendait pas encore compte le jeune Yamamoto mais dans son esprit enfantin, il voulait surtout que sa première amie fille s'amuse comme une folle aujourd'hui. Plaçant sa main libre perpendiculairement à ses lèvres, le sportif fit ce geste pour se faire mieux entendre comme il avait vu à la télévision et s'écria une nouvelle fois:

"Je ne t'ai pas entendu: Are you ridy?"

Oui, bon, il regardait des joueurs américains mais ne savait pas encore parler anglais. Ce ne sera pas aujourd'hui qu'il deviendra bilingue mais il y avait de l'effort.

________________
~~¤Shigure Souen Ryu Style¤~~

Ps: Si question de modération, Mp Jirô. Pour le flood c'est Kojiro et sur toutes questions sur Tifa, c'est Yama'. Vous êtes prévenus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dernière volonté rpg
•• Modératrice: Cedronella

Ciaossu watashi wa,
avatar
•• Modératrice: Cedronella



Strato di personaggio
Niveau: 30
Expérience:
230/400  (230/400)
Attirail:

Profil
MessageSujet: Re: We shall see each other again [Flashback][Yamamoto Takeshi]   Dim 5 Déc - 20:02

    Le silence. La solitude. Des larmes qui coulent le long de ses joues. Elle en a assez, assez. Elle déteste pleurer, elle trouve cela stupide. Mais elle est encore petite, elle est encore fragile, elle ne sait pas suffisamment de choses, il y a trop de données qui la dépassent pour qu'elle puisse tout gérer dans son petit cœur, dans sa petite âme. Elle est juste une petite fille trop jeune pour comprendre pourquoi on l'ignore. Elle essaie pourtant, de comprendre, mais ça ne vient pas.
    Elle soupire, un soupir très long, mais très doux. Un certain calme l'envahit ; elle ne sait pas pourquoi, soudain, elle se calme. Mais un sentiment de bonheur l'envahit, se gonfle dans sa poitrine, et lui donne envie de respirer une grande goulée d'air frais. Quelque chose se pose sur sa tête. C'est tiède, réconfortant. Elle se sent bien. Elle ouvre les yeux : le petit Takeshi la regarde tout sourire. Il lui demande de ne pas pleurer. Ses pupilles rétrécissent. Jamais on ne lui a demandé d'arrêter de pleurer. La plupart du temps, soit les enfants rient de ses larmes, soit les ignorent, tout simplement. Et là, ce petit garçon qu'elle connaît à peine vient sécher ses pleurs. Oh ! de façon très naïve, pleine de candeur, d'innocence et de mauvaise interprétation de la situation. Mais il vient quand même la réconforter. Kasumi se lève docilement, et le suit jusqu'à son sac rempli d'instruments de sport. Oui. Elle était stupide. Elle était partie sans qu'il puisse prendre ses affaires. Elle était réellement stupide.
    Alors qu'il sort les différents instruments en les lui décrivant avec emphase, elle se tait et écoute attentivement. Alors qu'il s'approche à deux centimètres de son nez pour bien régler le casque, la petite fille repense à ce qu'il a dit : je n'allais pas t'abandonner. C'est une jolie phrase. Sa mère pourrait très bien la dire, elle aussi. Peut-être Takeshi et sa maman se ressemblaient-ils : ils regardaient Kasumi avec le même regard gentil. Elle se sent un petit peu stupide de penser cela, il est plus jeune qu'elle non ? Il raisonne moins qu'elle. Mais peut-être raisonne-t-elle trop. Trop pour son âge, en tout cas. Elle devrait plus se laisser aller. Elle ferme les yeux et attend qu'il ait terminé de lui attacher le casque.

    Puis il lui met la batte dans les mains, lui explique rapidement qu'elle doit relancer la balle avec quand il la lui jettera, puis il va se positionner assez loin d'elle. Il lui demande de penser à un plat qu'elle déteste. Elle réfléchit, et lui crie:


    "Moi j'aime pas le wasabi !"

    Alors elle imagine que la balle c'est un gros pot de wasabi anhydre, bien piquant, bien mauvais, qui n'attend qu'une chose : de se faire fracasser. Il pose des bases. Kasumi se dit qu'elle ne courra jamais assez vite pour pouvoir faire un homerun, mais bon. Il faut déjà qu'elle touche la balle, et ça ne va pas être gagné. Quand il lui demande si elle est prête, elle se contente de lui hocher la tête. A priori, ça ne le satisfait pas, et il lui hurle la question. Kasumi, piquée au vif, répond au quart de tour.

    "Oui c'est bon, j'ai entendu ! Je suis prête !"

    En fait, non, elle n'est pas prête. Elle a très très peur de la suite. Elle ne veut pas qu'il lance la balle, elle ne veut pas rater, lui montrer qu'elle est nulle. Si elle ne rattrape pas la balle, est-ce qu'il se moquera d'elle ? Est-ce qu'il voudra arrêter de jouer avec elle ? Parfois, ça lui est arrivé. Des enfants voulaient bien d'elle dans l'équipe, puis, la voyant trop chétive ou pas assez rapide, se détournaient d'elle. Elle n'aime pas trop ça. Elle a alors l'impression de se faire totalement abandonner, l'impression que personne ne s'occupe vraiment de ce qu'elle est, de ses vraies qualités, de ses pires défauts. Peut-être qu'il voudra savoir, ce petit garçon ? Elle en doute, mais elle aimerait bien quand même.
    Et puis soudain, il lance la balle.


    "HIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII !!!!!!

    Kasumi pousse un cri suraigu, et prend très peu face à la balle qui lui arrive dessus à toute vitesse. Elle fait des moulinets avec la batte, ne sachant pas exactement où la balle va arriver, et espère juste qu'elle ne lui arrivera pas dessus. Sinon, elle risque de lui faire du mal, et Kasumi déteste avoir mal. Elle tente de se concentrer, n'y arrive pas, puis finalement s'écarte au dernier moment. La balle la frôle ; et lui écorche un petit peu le dessus de l'arcade sourcilière gauche. Elle tombe sur ses fesses, soufflée. Elle a eu drôlement peur. Mais ce n'était pas une peur comme elle en ressent tous les jours, c'était une peur qui faisait du bien, qui lui donnait envie de continuer. Elle se relève, fronce les sourcils, s'essuie le dessus de l'œil -l'égratignure n'est pas profonde-, puis elle se remet en position. Takeshi n'a plus qu'à lancer une seconde balle. Elle n'a pas besoin de lui dire, il lance la balle avec plaisir. Elle se concentre à nouveau ; son cœur bat très fort. Elle fait moins de moulinets ; la balle arrive, attention ! Elle fait un grand moulinet avec la batte, et ... Rate encore. Grr.
    Elle aimerait bien pourtant, réussir à la toucher au moins une fois, pour voir si elle peut faire un homerun ! Mais ça ne sera pas possible, n'est-ce pas. Mais bon, on peut toujours essayer une troisième fois. Le petit garçon se remet en position, et lance la balle, plus fort que les autres fois. Trop fort. Kasumi n'a même pas la force de hurler, et tout se passe trop vite. Elle met les mains devant son visage, et veut très fort que quelque chose la sauve. Instinctivement, elle fait apparaître une illusion ; l'illusion d'un gros coussin qui se dresse devant elle et empêche la balle de la frapper. Mais les balles n'ont pas de conscience. La balle n'a que faire de l'illusion, qui est trop fragile, qui se brise sous le passage violent de l'objet.
    Kasumi attend le choc, qui vient pourtant bien trop vite à son goût. Elle sent une douleur aiguë lui traverser se bras, et il lui semble sentir la balle toucher ses bras, puis ricocher sur la batte. D'un geste désespéré, elle écarte son bras droit, celui qui tenait la batte, et entend un grand "poc".

    Elle ouvre les yeux, et voit la balle s'envoler loin dans le ciel. Ses membres se meuvent tout seuls, et elle se met à courir comme une dératée autour des petites bases que Takeshi a disposé le long de leur terrain improvisé. Elle atteint la deuxième base alors qu'elle entend le son mat de la balle qui atterrit dans l'herbe. Elle n'en croit pas ses yeux. Elle a un petit peu réussi. Elle voit son nouvel ami courir vers elle. Elle baisse les yeux vers ses bras amochés. Puis elle lève son regard immense vers le petit garçon.


    "Takeshi, je, je.... Ouinnnnn....."

    Ce ne sont pas vraiment des larmes de douleurs qui roulent sur ses joues. C'est une mixture entre la douleur, la joie intense d'avoir réussi quelque chose, la peur qu'elle vient d'avoir, la douceur de voir le petit garçon lui sourire... Ça fait beaucoup trop de choses pour son pauvre cœur de petit glaçon.

________________

† My, my... Human being doesn't have to be so complicated.†
Thème
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dernière volonté rpg
•• Modo: Vongola Shugosha

Ciaossu watashi wa,
avatar
•• Modo: Vongola Shugosha



Strato di personaggio
Niveau: 36
Expérience:
334/400  (334/400)
Attirail:

Profil
MessageSujet: Re: We shall see each other again [Flashback][Yamamoto Takeshi]   Lun 6 Déc - 11:26

Qui sait? Peut-être que si Takeshi n'était pas le jeune garçon enjoué qu'il était actuellement, il n'aurait pas été aussi proche de la jeune fille qu'il l'aurait espéré. Ne sachant plus vraiment jouer dans la timidité, ne se gênant nullement pour aller à l'avant des autres, le petit garçon tentait d'ouvrir le coeur de Kasumi pour la connaitre comme son père le lui avait demandé. Elle n'était pas si méchante donc c'était facile, juste qu'elle parlait relativement peu. La jeune fille était attentive aux explications diverses du fanatique, elle ne lui coupait pas la parole, ne le reprenait pas lorsqu'il prononçait mal des phrases, elle écoutait tout simplement avec un intérêt qui soulageait notre bon entraineur improvisé. Lui administrant donc la batte avec l'équipement nécessaire, le jeune garçon se mit aussi à sa place, observant si tout était prêt puis entendit ce qui plaisait le moins à son équipière. Le wasabi? Levant un instant les yeux, dans le vide simplement pour se plonger dans ses pensées, le petit Yamamoto cherchait à savoir ce que c'était puis se rappela de cette mixture verte que prenait son père mais ce dernier avait interdit à son fils d'en prendre. Apparemment, il fallait qu'il grandisse encore un peu pour tenter l'épreuve de survie de cette drôle de mixture qui faisait la peur de nombreuses personnes. Rigolant sous la réplique de sa camarade, le petit garçon se mit en position tout en motivant un peu Kasumi, l'appréhendant avec un appel qui se répéta pour qu'elle soit bien concentré. Mais lorsqu'elle répondit avec forces la deuxième fois, un petit frisson lui parcouru la colonne vertébrale. Elle faisait autoritaire quand elle criait comme ça, il avait l'impression qu'elle faisait plus adulte qu'une fille de son âge...Il ne savait pas de combien d'années leurs âges se différenciaient mais déjà, elle faisait bien plus que ce qu'elle avait.
Se mettant en position, le jeune garçon vint finalement à changer de visage, un sérieux incroyable se forgea sur le visage au point d'en croire une autre personne. Calculant de quelle façon il allait envoyer la balle, les paroles de son père quittèrent son esprit pour ne devenir tout simplement plus que l'envie de lancer la balle avec tout ce qu'il avait dans le ventre. "Jamais se retenir pendant un match!" c'était ce qu'il pensait en cet instant même alors qu'il se trouvait en entrainement face à une parfaite débutante n'ayant jamais touchée une batte avant quelques minutes.

Le lancer fut évidemment bien trop puissant pour qu'elle soit capable de pouvoir réceptionner celle-ci, sous un cri aiguë et qui avait un petit côté charmant, et tournoyait comme tentative désespérée. Le pourcentage de chance qu'elle puisse réussir en cet instant précis fut très faible. Mais le problème fut tout autre sur le moment, elle gesticulait bien trop et déviait un peu de sa position de base pour se retrouver sur la trajectoire de la balle qui la frôla et toucha un partie de son arcade. Tendant légèrement la main, le garçon voulait lui annoncer un "attention!" mais n'eut le temps avant de se rendre compte qu'elle tomba sur les fesses. Il y allait bien trop fort et s'en rendait compte. Affichant une mine déçue, déçue par lui-même, le jeune enfant se caressa l'arrière de la tête et se demandait s'il était vraiment un professeur fiable. Takeshi se connaissait, il ne pouvait se retenir dans des moments comme celui-ci et ne ferait que faire peur à celle qui tentait tant bien que mal de s'accrocher à cette passion. N'ayant le temps de prononcer un mot, la détermination de Kasumi pinça le coeur du lanceur. Bien qu'elle ne soit pas très expressive d'habitude, timide et difficile d'accès, l'enfant comprit la détermination qu'elle avait sur l'instant même et ne pouvait pas s'arrêter là.
Se remettant en position, la seconde balle fut lancée comme la précédente...Toujours sans la retenue qu'il devrait y avoir et passa derrière la jeune fille sans qu'elle puisse faire quoi que ce soit. La troisième balle, quant à elle, eut un effet qui changea radicalement la vision des choses pour notre jeune baseballeur. Un coussin venait d'apparaitre de nul part, se plaçant pour sauver la jeune fille de la balle se dirigeant vers elle à toute allure. Mais durant un instant, Takeshi eut l'impression d'avoir vu une sorte de fumée ou flamme indigo mais n'en était pas sûr...De la magie? "Ouah! Incroyable!" voici les deux mots résonnant dans la tête de l'optimiste enfant qui se rendit compte que ce n'était pas le temps d'être émerveillé.

Dans le ciel, la balle venait de s'en aller par un coup incroyable qui valait quelques félicitations, Takeshi n'en revenait pas. Elle venait de toucher un de ses lancers qui n'était pas contrôlé et surtout elle s'élança vers les bases pendant que le petit garçon resta bouche bée sous une telle performance. Courant vers elle avec un immense sourire, il se rendit compte des pleurs de sa camarade et n'en comprit le sens. Surement une joie immense d'avoir put profiter, un instant, de la puissance de Carl! Allant à ses côtés, le garçon prit les deux mains de sa nouvelle amie dans les siennes et la regarda dans les yeux, affichant un immense sourire d'émerveillement:

"Incroyable! T'es incroyable Kasumi! T'as réussi! T'as touché la balle!"

Sur le coup, la question sur l'apparition de cet objet par magie était un peu écarté pour soulager la batteuse de ce qu'elle venait de faire. Elle était parvenue à réussir sa première partie et prendre quelques points à l'équipe. Transmettant sa chaleur par ses mains, le garçon avait les yeux pétillants de félicitations à celle qui venait de réussir ce que personne n'était parvenu à faire depuis un petit moment. Il fallait dire qu'il s'entrainait tous les jours alors ses tirs étaient quelques peu puissants et précis. Etant encore un peu candide, Takeshi ne se rendit pas compte de la blessure administrée à sa camarade et leva sa main verticalement et à quelques centimètres de la joueuse née. D'un grand sourire, l'enfant lui expliqua:

"Lorsque Carl fait une super performance, il tape dans la main de ses amis en criant "HOMERUN POWER!"! A toi Kasumi, t'as fais une super performance toi aussi!"

L'invitant à frapper contre sa main avec la sienne, le jeunot cherchait à la faire rire et s'amuser pour lui enlever ces larmes coulant sur le visage. Elle était bien mieux lorsqu'elle s'amusait et il voulait qu'elle affiche toujours de grands sourires comme le sien. Sans qu'il puisse s'en douter plus tôt, il s'amusait comme un petit fou en lui apprenant ce qu'il savait faire. Après quelques minutes ensemble à faire les frappes dans les mains, un petit groupe d'enfants arriva non loin de leur position. Takeshi les connaissait bien car c'étaient toujours ce groupe qui aimait enquiquiner les autres, montrant un peu qui étaient les maitres du quartier en narguant comme il se fallait. N'étant que de passage, notre protagoniste savait très bien qu'il n'aurait qu'une ou deux remarques avant qu'ils ne lâchent l'affaire et le laisse tranquille. Le chef du groupe, un petit gars embonpoint, un pansement sur le nez et des traits de visage façonnés de telles façons qu'il était facile de comprendre qu'il n'avait rien de gentil prit la parole en s'adressant à nos deux héros et en particulier au futur Rain Gardian:

"Alors Takeshi, on s'est trouvé une chérie? Mais jouer avec une fille te va bien, au moins elle a ton niveau de jeu. Kukuku!"

Intérieurement, le petit garçon était énervé, détestant ce garçon qui ne faisait que s'acharner sur ceux qui ne s'opposeront jamais contre lui et qui ne feraient que l'amuser. Mais il n'était pas dans son caractère d'ouvrir sa bouche pour aller affronter ce gars. Il ne faisait simplement que se gratter l'arrière de la tête tout en ricanant, cherchant à fuir derrière son masque de bienheureux pour ne pas exprimer son désarroi dans cette situation...Encore, il pouvait le supporter lorsqu'il était tout seul mais cela le peinait de voir qu'il ne pouvait rien faire pour éviter que Kasumi ne soit dans l'embarras aussi...Lui qui voulait qu'elle se sente à l'aise, tout venait d'être réduit en bouillie. Bah, il n'avait qu'à attendre qu'ils se lassent et partent, c'est ce qu'il y avait de mieux à faire sur l'instant présent. Ils pourront reprendre le baseball après cette petite interaction sans grand intérêt.

________________
~~¤Shigure Souen Ryu Style¤~~

Ps: Si question de modération, Mp Jirô. Pour le flood c'est Kojiro et sur toutes questions sur Tifa, c'est Yama'. Vous êtes prévenus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dernière volonté rpg
•• Modératrice: Cedronella

Ciaossu watashi wa,
avatar
•• Modératrice: Cedronella



Strato di personaggio
Niveau: 30
Expérience:
230/400  (230/400)
Attirail:

Profil
MessageSujet: Re: We shall see each other again [Flashback][Yamamoto Takeshi]   Lun 6 Déc - 16:08

    Sa respiration se fait plus calme alors qu'il lui prend les mains pour les réchauffer. Il est de si bonne humeur qu'elle ne peut continuer de pleurer, n'est-ce pas ? Quelques sanglots lui sont tout du moins encore arrachés ; elle a eu peur, elle est encore petite et fragile, elle n'a pas encore cet aplomb qui la caractérisera si bien quand elle grandira. Pour l'instant, elle est juste la petite Kasumi qui n'arrive pas à bien comprendre ce qu'elle fait dans ce monde où tout le monde est plus grand qu'elle. Croit-elle.
    Elle est incroyable, dit-il. Mais, elle n'a pas fait exprès, n'est-ce pas ? Elle a réussi à relancer la balle uniquement par réflexe, et c'est aussi par réflexe qu'elle s'est mise à courir. Elle ne mérite aucune félicitation, n'est-ce pas. En tout cas, elle n'a rien fait d'incroyable. Mais le petit garçon semble bien penser le contraire, et est appliqué à la convaincre qu'elle a vraiment fait un beau mouvement, avec ses petites phrases d'enfant, ses petites fautes de japonais et ses emphases exagérées. Juste un petit garçon vraiment heureux de pouvoir faire découvrir le baseball à quelqu'un, et content de voir qu'il peut apprendre ce sport aux autres. Il mérite qu'elle partage sa joie avec lui, non ?
    Et puis, il lui lève le bras, et frappe dedans avec joie. Homerun power ! crie-t-il. Mais, elle n'a pas fait de homerun, non ? Elle n'a pas fait le tour des bases. Mais bon, elle en a fait un petit alors. Un bébé homerun. Ça tombe bien, ils sont plus près du bébé que de l'adulte, hein. Mais il continue à courir autour d'elle, lui frappant à intervalles irréguliers dans sa paume, vraiment heureux d'avoir pu lui apprendre quelque chose. Kasumi se prend à sourire, un petit peu. Oh, pas grand chose. Mais elle sent la chaleur de ce petit garçon, qui parvient jusqu'à elle et à percer la couche de froid dont elle s'entoure soigneusement chaque jour. A-t-elle envie qu'il brise un peu cette couche ? Mais soudain, elle perd son sourire. Elle n'habite pas ici, dans trois jours elle va repartir. Peut-être ne devrait-elle pas se faire d'amis ici. En tout cas, pas d'amis qu'elle aimerait revoir. Parce que lui, il est tellement gentil, elle aimerait bien continuer de le voir. Mais il est petit, il est plus jeune, il va vite l'oublier. Et peut-être l'oubliera-t-elle aussi. Et tout se passera bien mieux comme cela, n'est-ce pas.

    Les mauvaises pensées se dissipent doucement alors que Takeshi continue de courir partout en hurlant de joie. Kasumi retrouve un léger sourire ; qu'elle perd bien vite. Un groupe d'enfants de l'âge du petit garçon, ou peut-être du sien qui sait, s'approche d'eux avec dans les yeux cette lueur mauvaise de la cruauté enfantine. Kasumi n'aime pas ce genre de regard. Ce sont les regards qui savent qu'ils peuvent abuser les pauvres âmes comme le petit joueur de baseball, qui donnerait mer et terre pour prouver qu'il croit les autres. Son instinct et confirmé bien vite. Celui qui semble être le leader de la bande de petites frappes s'adresse à son nouvel ami, en des termes plutôt irrespectueux. Kasumi grince des dents. Elle déteste ça. Que les autres profitent de la petite taille ou de l'apparente faiblesse des autres pour se faire respecter. Takeshi ne semble pas comprendre que c'était une attaque directe, et il reste là, avec un sourire invincible, et ne répond pas à l'attaque de l'autre garçon. Kasumi admire son aplomb. Mais est-ce de l'aplomb ou bien de la bêtise ? Ou encore de la naïveté ?
    Elle finit par leur jeter un coup d'oeil dédaigneux, et à ne plus s'occuper d'eux, cherchant où diable elle avait bien pu envoyer la balle. Elle attend qu'ils partent ; car ils partiront, n'est-ce pas ? Ils sont obligés de partir. Ils vont partir. Elle attend. Elle tourne sur la pelouse, continue de chercher, et ne trouve pas la balle. Elle entend un ricanement, se retourne.


    "C'est cette balle que tu cherches, Gaijin ?"

    Son coeur se serre à cette appellation. Ils ont compris tout de suite qu'elle n'était pas japonaise par ses deux parents. Ses yeux sont-ils si grands ? Oui, ils ne sont pas du tout bridés. Et ils sont bleus. On ne peut pas s'y méprendre. Même ces petits êtres stupides l'ont vu. Et pour l'instant, ils retiennent la balle en otage. Elle s'approche d'eux, l'air méprisant.

    "Oh ! J'ai peur. La Gaijin veut sa petite baballe ! Tu vas la rendre à Yamamoto après, et vous allez continuer à jouer comme deux imbéciles heureux ? Vous allez faire quoi après ? Jouer à la poupée ?"
    "Rends-moi la balle. Immédiatement."

    Le groupe d'enfants éclate de rire en l'imitant, reproduisant son ton dédaigneux et ses accents aigus de petite fille. Elle serre les poings, elle veut régler cela rapidement. Mais alors qu'elle essaie de leur prendre la balle, ils s'amusent, se la lancent entre eux, lui font croire qu'ils la lui rendent, puis finalement la jettent à un autre. Parfois, certains passent derrière elle et tentent de passer une main sous sa jupe. Elle se mord les lèvres très fort pour ne pas crier. Ça recommence. C'est comme à l'école. Ils se croient tout permis. Elle n'aurait pas du venir, elle l'a dit à sa maman, elle n'a pas voulu la croire.
    Elle ne doit pas pleurer. Elle doit être forte, leur prouver à tous qu'elle peut être forte, qu'on a pas besoin d'être grand et fort pour tenir tête aux autres. Elle accroche le poignet de celui qui se rapproche le plus de sa jupe, et puis leur crie, très vite :


    "48/15 ??"

    De toute évidence, ils sont plus jeunes qu'elle, et sont encore en primaire. Ils n'ont pas vu les divisions. Elle profite de leur surprise pour se jeter hors du cercle, et court vers Takeshi à en perdre haleine. Elle s'arrête pile devant lui, le regarde dans les yeux. Et puis un grand sourire éclaire son visage ; des petites paillettes argentées parsèment soudain ses grands yeux bleus.

    "Je vais te montrer mon secret. Regarde !"

    Elle se retourne vers les autres qui ont recommencé à ricaner et leur lancer des insultes et autres phrases irrespectueuses que nous ne retranscrirons pas ici. Elle leur lance, d'une voix très claire, pointant son petit doigt vers l'épaule du chef du groupe.

    "Oh ! Toi ! Qu'est-ce que tu as sur l'épaule ? Et toi ? Et toi ?"

    A chaque enfant qu'elle désigne, un fantôme apparaît sur l'épaule. Un fantôme immonde, avec un oeil en moins, ou alors une face sanguinolente, ou alors qui ressemble à Sadako dans Ring. Les petites frappes hurlent de terreur, et s'enfuient sans demander leur reste. Kasumi part chercher la balle en gambadant à moitié, puis vient la remettre dans les mains de Takeshi.

    "Et voilà ! Ils ne t'embêteront plus maintenant ! J'espère qu'ils ne reviendront pas."

    Oui, elle l'espérait, car elle sentait que ses capacités avaient atteint leur limite, et qu'elle ne pourrait certainement pas fabriquer encore beaucoup d'illusions.

________________

† My, my... Human being doesn't have to be so complicated.†
Thème
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dernière volonté rpg
•• Modo: Vongola Shugosha

Ciaossu watashi wa,
avatar
•• Modo: Vongola Shugosha



Strato di personaggio
Niveau: 36
Expérience:
334/400  (334/400)
Attirail:

Profil
MessageSujet: Re: We shall see each other again [Flashback][Yamamoto Takeshi]   Lun 6 Déc - 19:08

Dans les yeux purs et innocents de notre jeune baseballeur, Kasumi venait d'accomplir un grand exploit qui méritait tous les applaudissements possibles. Elle qui n'était simplement que curieuse de connaitre ce qui passionnait tant notre bambin, elle qui n'avait jamais touché un accessoire de ce sport auparavant venait de frapper la balle d'un garçon qui s'entrainait depuis un bon moment déjà. S'amusant tout autant que si c'était lui qui avait fait le mouvement, l'enjoué camarade tapait dans les mains de sa collègue, exprimant de son mieux toute sa joie et tentait de faire de même pour celle qui se devait d'exprimer le plus ce qu'elle ressentait en ce moment précis. De quelques coups d'oeil, le jeune Yamamoto se rendit compte de la présence d'un léger sourire, petit certes mais tellement beau qu'il ne bougea pas pendant quelques secondes. Non parce qu'il était tombé amoureux, non ce n'était rien d'aussi grand et n'était pas vraiment la chose qui l'intéressait à son âge...Non, c'était plutôt comme un gros choc que l'on administre quand on fait une énorme surprise. Kasumi venait d'exprimer un sourire pur, comme si rien ne lui trottait dans la tête. Même notre jeune garçon s'en rendait compte, il comprenait que sa nouvelle amie était toujours pensive, comme si quelque chose la gênait. Un voisin de notre héros était comme ça lorsqu'il apprit que ses parents divorçait, n'osant l'avouer à ses camarades mais était blessé dans son coeur. Takeshi se demandait si elle ne traversait pas la même situation mais n'osait pas le lui demander...Cela ne se faisait pas et puis il n'aurait pas le courage d'aller lui poser la question. La peur de comprendre qu'il tapait dans le mille envahissait trop sa poitrine, la serrant pour finalement reprendre son sourire habituel afin de passer outre ces questions vagabondant dans son esprit encore jeune pour se lancer dans toutes ces histoires de plus grands.
Cependant, toutes bonnes choses prenaient fins à un moment donné, quelque soit la raison mais celle-ci...Takeshi aurait préféré l'éviter juste pour aujourd'hui. Toujours ce même groupe qui embêtait les autres, toujours le même qui arrivait aux moments les plus importants pour venir mettre le désordre dans une journée si belle. Restant de marbre, notre héros cachait tout derrière ce sourire énorme qu'il affichait en permanence mais malheureusement, ils ne firent pas que taxer un peu la balle. Ils profitèrent d'un moment de rébellion de la part de la nouvelle venue pour s'amuser avec elle. Pourquoi? Pourquoi était-elle intervenue? Si elle l'avait laissé tranquille, il aurait peut-être prit que cette balle mais ils seraient partis et n'auraient pas embêter Kasumi.

Ne bougeant pas, le petit garçon était inutile devant cette scène horrible. Les paroles de son père lui revint en mémoire, se remémorant que les hommes se devaient de combattre pour ne pas faire pleurer les femmes...Mais pourquoi alors il était incapable de bouger? Ses jambes ne réagissaient pas sous une telle peur alors que le moment était mal choisi. Il observait cette partie de son corps tremblotant, ne cherchant nullement à s'avancer et prit peur. Prit peur de sa propre incompétence, ne pouvant donc nullement aller à la rescousse de son amie qui n'était venue ici que pour passer de bons moments et non de se faire embêter par cet abruti. Takeshi se rendit compte finalement qu'elle parvint à se libérer de ce cercle et revint aux côtés du garçon pour afficher un visage illuminé. Surprit, notre baseballeur attitré se questionna sur ce que pouvait bien être son secret. Qu'est ce qu'elle allait faire dans ce moment présent? Déjà qu'elle fit quelque chose d'assez impressionnant avec ce 48...Qui faisait quelque chose au 15 sans savoir si c'était quelque chose qui existait réellement ou alors simplement pour faire diversion. Mais en quelques secondes, même l'enjoué figea son visage sous une surprise telle qu'il se demandait ce que cela signifiait! Des...Des fantômes! Comme dans les livres ou encore pire! Comme dans les films d'horreur que son père regardait parfois lorsque, soit disant, son fils dormait mais observait en cachette. Ne bougeant pas, Takeshi observa le groupe partir en pleurant, hurlant leurs mères et l'un d'entre eux se fit une tâche immense au pantalon. Reprenant un immense sourire, le petit garçon leva ses mains en l'air et hurla:

"Incroyable Kasumi! Comment t'as fais ça? C'est de la magie? Comme à la télé?"

Jamais, mais alors jamais le jeune enfant n'eut vu de telles choses réellement. Encore plus impressionnant qu'un film d'horreur! Déjà, notre petit garçon pouvait être certain qu'il serait immunisé à vie contre tous les films de ce type parce qu'il venait d'en vivre un alors des acteurs, ridicule! Mais surtout, c'était tellement impressionnant, quelque chose qu'il n'avait jamais vu auparavant! Attrapant les deux mains de son amie, l'écolier les secoua en répétant sans cesses le mot "incroyable" avec une exclamation tellement enjoué qu'il pourrait en réveiller le quartier. Il avait donc une amie magicienne maintenant! Grâce à elle, le groupe le plus craint des enfants du quartier en avait pour un moment à se remettre, surtout qu'elle en avait fait venir des biens laids et tout le reste! Mais en repensant au groupe, l'enfant se souvint aussi de sa propre faiblesse, de son abandon alors qu'elle était en danger et s'en voulait terriblement. Lâchant lentement prise, baissant les yeux pour n'oser croiser le regard de celle qu'il avait apprit à connaitre et adorer, le petit Yamamoto serra les dents et prit la parole d'une voix saccadée:

"Par...Pardon Kasumi. Mon papa m'a toujours dis de toujours aider les filles...de les protéger, il m'a dit...Mais, mais...J'avais peur...Mes jambes ne voulaient pas bouger...Ma voix ne voulait sortir..." Sous quelques sanglots, les larmes commencèrent à couler qui furent tentées d'être stoppées par un petit bras affaibli par tout ça. Il s'en voulait de n'avoir pu rien faire alors que tout se passait sous ses yeux. "...Pardon Kasumi..."

Le nez coulant, le bras cherchant à stopper ses larmes. Le petit Takeshi comprenait maintenant qu'il se devait de devenir fort, de se faire respecter comme ce loubard du quartier mais pas pour faire la même chose! Il voulait devenir plus fort et reconnu pour protéger les gens dans le besoin comme son amie. Pour le moment, il ne se pardonnait pas cet écart de conduite mais quand il sera plus grand, il sera assez fort pour faire bouger ses jambes pour s'avancer vers le lieu de l'affrontement. Il protégera plein de gens qui seront dans la même situation que son amie mais cette fois, pourra intervenir comme il se doit! C'était une promesse qu'il commençait à se faire lentement dans son coeur meurtri par une faiblesse dont il venait de prendre conscience.

________________
~~¤Shigure Souen Ryu Style¤~~

Ps: Si question de modération, Mp Jirô. Pour le flood c'est Kojiro et sur toutes questions sur Tifa, c'est Yama'. Vous êtes prévenus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dernière volonté rpg
•• Modératrice: Cedronella

Ciaossu watashi wa,
avatar
•• Modératrice: Cedronella



Strato di personaggio
Niveau: 30
Expérience:
230/400  (230/400)
Attirail:

Profil
MessageSujet: Re: We shall see each other again [Flashback][Yamamoto Takeshi]   Mar 7 Déc - 17:10

    La faiblesse d'un petit être est chose commune. Plus un être est petit, plus ses semblables ne le prendront pas en considération, et le mépriseront. Les enfants font partie de ce microcosme humain, et les adultes observent les jeunes de haut, tout comme les plus forts parmi ces jeunes observent les faibles de haut. Kasumi se sent bien trop regardée de haut. L'enfant est faible ; un enfant naturellement faible l'est alors encore plus. Qui pourrait consoler un enfant persuadé de ne servir à rien ? Kasumi, encore une fois, n'a pas l'impression d'avoir fait quelque chose de formidable. La joie de Takeshi, ses petites mains tenant les siennes, ne la touchent pas. La poussée d'adrénaline qui a été provoquée par la création des illusions retombe, et la petite fille se retrouve à nouveau toute seule dans son être ; elle a froid, très froid. Quand elle crée des illusions, une petite flamme semble s'allumer en elle, la rend forte et la protège. Elle est obnubilée par sa propre faiblesse. Elle veut prendre le visage de Takeshi entre ses mains et lui hurler qu'elle n'a rien fait, qu'elle n'est d'aucune utilité, qu'il ne doit pas la féliciter, car ce qu'elle a fait était simplement de la pure protection ; elle ne l'a pas fait vraiment en pensant à un futur proche, elle l'a fait car elle voulait sur le moment que ces enfants partent. Alors elle y est parvenue. Mais elle n'a vraiment rien fait. Elle est toute, toute petite.
    Les moments de joie ne durent jamais longtemps dans son petit être. Peut-être n'aime-t-elle pas la joie. Peut-être y est-elle allergique, et alors une grande tristesse vient toujours après qu'elle se soit fait plaisir. Mais elle réfléchit trop, n'est-ce pas ? Elle réfléchit trop pour son âge, alors qu'à dix ans on ne voit pas plus loin que le bout de son nez, elle part déjà dans de grands délires métaphysiques existentialisme, de soupirs, de volonté et de conscience. Elle ne sait pas que plus tard, elle lira de la philosophie par étagères entières. Elle ne sait pas que plus tard, elle sera plus forte, que son mental sera de fer, qu'elle n'aura plus de doute et ne reculera plus devant des difficultés paraissant insurmontables. Non, elle ne le sait pas, car elle le deviendra avec le temps et la douleur. Elle a encore quelques années avant de comprendre combien elle est capable.

    Elle ne sait même pas si elle est capable de consoler quelqu'un. Elle voit Takeshi qui passe soudain des rires au larmes, reniflant, soufflant que son père lui a dit de protéger les filles et qu'il n'y est pas parvenu. Un instant, l'envie lui prend de lui répondre qu'il ne doit pas prendre au pied de la lettre chacun des mots de son père, mais elle se résigne, se disant qu'elle fait exactement la même chose avec sa maman, elle lui obéit au doigt et à l'oeil. Elle comprend le sentiment d'échec qu'il ressent. Mais elle ne sait pas comment lui exprimer sa compassion. Elle n'a pas de compassion. Elle regarde le petit garçon et ses grosses larmes coulant sur ses joues, et rien ne lui vient. Elle se mordille les lèvres, sentant qu'elle aussi a envie de pleurer. Elle ne doit pas. Elle est plus grande que lui, elle doit montrer l'exemple. Quel exemple ? Il vaut bien mieux qu'elle. Il grandira mieux. Il a un but dans sa vie. Il est plein de joie. Si elle était plus vieille, elle se dirait même qu'il va être très mignon plus tard. Mais elle ne se le dit pas. Elle s'en fiche de la beauté. Et puis, elle se dit qu'il faut répondre, au moins quelque chose, même si c'est dit timidement, même si elle ne met pas beaucoup de conviction dans sa voix. Pour l'instant, il faut absolument qu'elle lui réponde.


    "Moi aussi j'avais peur, Takeshi. Tu verras, quand tu seras plus grand, tu protégeras les filles. Tu y arriveras."

    Elle n'arrive pas à dire autre chose. Elle aussi, c'est vrai, elle a été morte de peur devant ce qui arrivait, et ses phobies sont ressorties. Mais elle est restée ferme, elle n'a rien voulu dire. Elle se penche un petit peu pour mettre ses yeux bleus à la hauteur de ceux du petit garçon. Dedans, il y a une grande volonté. Il parviendra à protéger les autres, elle en est sûre.

    Doucement, elle prend le petit garçon dans ses bras pour le calmer. Elle le prend comme sa mère le fait quand elle a fait un cauchemar, comme sa mère l'a fait le jour où elle a fait fuir son père en faisant pour la première fois apparaître un fantôme sur son épaule. C'est une étreinte un peu timide, elle n'a jamais tenu dans ses bras un de ses amis, fille ou garçon, auparavant. Peut-être est-ce parce qu'elle n'a pas de vrais amis. Peut-être n'a-t-elle pas envie d'avoir de vrais amis. Elle pose son menton sur l'épaule du petit garçon. Elle peut entendre son souffle entrecoupé de sanglots à son oreille. Elle ferme les yeux et écoute leurs respirations. Le vent qui souffle doucement dans les arbres. La balle de baseball qui cogne doucement contre la batte en un petit bruit métallique. Les plis de sa jupe qui se froissent, se soulèvent un peu et redescendent le long de ses jambes frêles d'enfant.


    "Tu sais, je suis contente que tu sois là. Si tu n'avais pas été là, j'aurais juste attendu qu'ils soient partis. Et ils m'auraient fait plus de mal. Si tu n'avais pas été là, je n'aurais pas utilisé mes fantômes."

    Elle se mordille les lèvres, et sent elle aussi de grosses larmes couler le long de ses joues, suivre l'arête de son nez, et atterrir en une petite tâche sombre sur le t-shirt du garçon.

    "Ils me font peur à moi aussi, mes fantômes."

    Elle sait faire autre chose que les fantômes ; mais la plupart du temps, elle ne parvient à créer des illusions que lorsqu'elle ressent une émotion très forte. Dans des cas tranquilles, elle n'y parvient pas. Si, une fois, alors qu'elle dansait avec ses éventails, elle a fait danser des fleurs de cerisier autour d'elle. C'était très, très beau. Mais sa maman était entrée dans sa chambre à ce moment-là, et l'illusion avait disparu.
    Elle aimerait bien faire apparaître une illusion, là, maintenant, juste pour le petit garçon. Une belle illusion, pleine de douceur et de calme. Elle ferme les yeux, et sa respiration se fait plus douce. Elle desserre un peu son étreinte.

________________

† My, my... Human being doesn't have to be so complicated.†
Thème
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dernière volonté rpg
•• Modo: Vongola Shugosha

Ciaossu watashi wa,
avatar
•• Modo: Vongola Shugosha



Strato di personaggio
Niveau: 36
Expérience:
334/400  (334/400)
Attirail:

Profil
MessageSujet: Re: We shall see each other again [Flashback][Yamamoto Takeshi]   Mer 8 Déc - 16:15

Lorsque l'on est enfant, on se sent constamment en rivalité avec ses camarades, n'aimant pas être derrière les autres, ne pouvant pas se permettre d'être ridicule et de toujours monter son niveau dans quelque domaine que ce soit. Ce cas fut similaire au baseball avec ses camarades pour notre jeune garçon qui venait de comprendre encore la dureté de la vie, son impitoyable jugement face à une situation qui le mettait encore dans le tourment de la faiblesse. Il aurait tant voulu faire comme dans les films ou les dessins animés du matin, faire ces moments où le héros parvenait à repousser les assauts des méchants pour protéger ses amis dans le besoin. "Ce n'était pas facile d'être un enfant" se disait le petit garçon. Même lorsqu'il pleurait, il s'en voulait de transmettre ce sentiment, lui qui avait l'habitude de sourire, de rire constamment, de ne jamais se laisser aller pour que sa coquille puisse soulager les coeurs de ses camarades. Kasumi tenta de réconforter le petit garçon avec des paroles qui sonnèrent si bien aux tympans de ce dernier, se complaisant de savoir qu'une personne croyait en lui, qu'elle ne doutait pas de ses capacités. Takeshi ne se sentait jamais seul, ayant toujours au moins une personne pour le soutenir dans le besoin, mais il voulait aussi rendre la pareille un jour. Il souhaitait grandir le plus vite possible pour être un adulte qui saura rendre des paroles réconfortantes aux autres, qui saura les protéger du mieux qu'il peut. Sentant les douces mains de son ainée le prendre dans ses bras, un instant le garçon interrompit ses gloussements pour émettre une petite surprise. Il ne pensait pas qu'elle serait capable de transmettre une telle chaleur...Qu'elle soit si douce. Notre héros n'avait plus de mère depuis bien longtemps déjà et son sentiment actuel lui fit une substitution de ce qu'elle aurait fait si elle était là. C'était un sentiment si apaisant, calmant les pleurs pour se laisser un instant bercer par tant de tendresses, un enlacement qui lui rendait peu à peu le moral...Le fait qu'elle lui explique que s'il n'avait pas été là aurait permit à l'histoire de se dérouler autrement, dans un ton plus sordide rassura le jeune Yamamoto...Il se disait que finalement, il serait davantage qu'il le pensait et lui permettait encore de croire en lui jusqu'à la fin. Ravalant ses larmes, prenant son courage à deux mains, le petit garçon s'écarta de son interlocutrice après qu'elle l'ait enlacé pour la regarder avec des yeux ayant retrouvés de leurs vitalités.

D'un bruit de fond sublime, le petit être ravala toute la morve qui coula de son nez grâce à ce dernier, avala le tout en émettant un bruit de gorge qui répugnerait tout adulte qui soit. Son père l'avait souvent grondé pour ce côté peu soigneux de sa personne mais l'enfant se fichait bien de faire classe puisque c'était plus facile ainsi...Et surtout sans mouchoir sous la main. Serrant ses deux poings et les plaçant devant son petit torse, l'enfant reprit du poil de la bête en s'écriant avec force:

"Moi je les trouve méga trop génial tes fantômes! Comment tu fais ça? Avec de la magie? T'es magicienne?" commençant à faire des mouvements dans tous les sens, le jeune baseballeur commença à faire des bruits de magie avec sa bouche pendant que ses mains simulaient des kamehameha dans tous les sens "Tu lances des boules de feu PSIOUUUT! Comme ça aussi? Ou alors tu invoques des dragons? GRAAAWH!"

Gesticulant dans tous les sens, la petite pile sur patte retrouva soudainement la pêche, ne parvenant à conserver bien vite cette atmosphère morose pour en revenir au punch du début. Yamamoto avait le don de pouvoir conserver une bonne ambiance au moins mais il en faisait parfois trop. Ses bras tendu de chaque côté, le petit garçon les faisait bouger de haut en bas rapidement comme s'il volait et était impatient d'en savoir plus. Ses yeux complètement illuminés, il ne se lassait pas d'en apprendre et de son sourire percé par la perte d'une dent, ce dernier continua dans ses paroles:

"Tu peux invoquer un truc? Faire un tour de magie? Hein hein Kasumi? Tu peux?"

Étouffant mais que voulez-vous? Il était né ainsi. Cependant, il se devait de ne pas trop tarder car les parents finiraient bientôt de manger et il serait dommage de terminer cette journée sans en apprendre plus sur son amie. Takeshi ne prenait pas encore conscience qu'il risquait de ne plus la revoir, ne se doutant pas qu'elle n'habitait pas dans le voisinage ni même dans la ville et perdrait une bonne amie en même temps que la journée. Il l'apprendra bien assez tôt mais pour le moment, il ne pensait qu'à jouer et voir pleins de choses venant de celle qui lui inspirait du respect.

________________
~~¤Shigure Souen Ryu Style¤~~

Ps: Si question de modération, Mp Jirô. Pour le flood c'est Kojiro et sur toutes questions sur Tifa, c'est Yama'. Vous êtes prévenus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dernière volonté rpg
•• Modératrice: Cedronella

Ciaossu watashi wa,
avatar
•• Modératrice: Cedronella



Strato di personaggio
Niveau: 30
Expérience:
230/400  (230/400)
Attirail:

Profil
MessageSujet: Re: We shall see each other again [Flashback][Yamamoto Takeshi]   Sam 11 Déc - 16:11

    Il finit par la laisser, terminant leur étreinte. Autant un immense sourire s'est peint sur le visage du petit garçon, autant Kasumi ne parvient plus vraiment à retrouver un semblant de calme, épuisée par l'énergie consommée pour créer les illusions, apeurée de ce qu'elle est et de ce qu'elle a fait. Elle ne parvient plus vraiment à trouver le calme ; bien que ses pleurs soient stoppés, sa respiration calme, quelque chose, une petite boule au creux de son estomac ne part pas, semble grossir, prête à la pourrir de l'intérieur. Elle ne veut pas penser à ça, elle veut se dire que ça va partir, qu'il faut juste qu'elle soit forte. Qu'elle soit forte. Qu'elle soit forte, comme ce petit garçon devant elle qui a repris du poil de la bête bien plus rapidement qu'elle soit jamais capable de le faire. Le...bruit que fait la morve aspirée par son nez a pour effet d'ébranler assez Kasumi pour la tirer de sa rêverie mélancolico-dépressive. Je vous le dit, cette gamine va finir par devenir une émo. Ou pire ! Elle va finir par devenir une coquille vide. La différence ? Les émos au moins ont un semblant de vie sociale avec les des êtres qui leur sont proches. Des amis, quoi. La coquille vide est juste vide, elle n'a rien pour elle, pense n'aimer personne et pense n'être aimée de personne.
    Mais Kasumi ne va pas devenir comme ça, n'est-ce pas ? Allez, relève toi donc petite fille, regarde ce beau filet de morve que ce gosse aspire en toute tranquillité, un sourire de bienheureux incrusté sur le visage ? T'es contente d'être avec lui, non ? Finalement, tu t'amuses bien. T'as joué au baseball, et en plus, tu as aidé quelqu'un. Tu as eu peur, mais tu sais qu'il te doit une fière chandelle. Tu aurais presque envie de lui ricaner au nez en lui disant qu'il devrait te sauver aussi, la prochaine fois que vous vous verrez.
    Mais là, un nuage passe encore dans les yeux bleus de la petite fille. Elle ne va peut-être plus jamais le voir, ce gosse. Elle va de nouveau être toute seule, juste avec sa maman pour la comprendre. Et sinon, personne.
    Et puis l'autre là lui rend en quelque sorte le sourire, il continue de bavasser. Il bouge, ahlala ce qu'il bouge ! Regarde-le Kasumi, et souris. Souris de toute ton âme, arrête de penser au passé et au futur, concentre-toi sur cet instant présent qu'il t'offre, si heureux de vivre et de te voir vivre.

    Il se pâme sur ses illusions, et commence à courir partout en s'imaginant chevalier, magicien, qu'en sait-elle ? Il doit certainement s'imaginer dans tous ces films ou jeux vidéos où les héros tranchent des dragons ou les réduisent en poussière. Peut-être même s'imagine-t-il qu'elle sort d'un jeu vidéo. Elle se balance sur un pied, sur un autre, ne sait pas vraiment quoi faire. Elle le regarde faire semblant de voler, revenir vers elle, et lui demander une autre illusion. Elle ne sait pas vraiment quoi faire. Son regard passe de ses pieds aux yeux du jeune garçon, retourne à ses pieds. Puis elle rougit un peu, réfléchit, ouvre la bouche, ferme la bouche. Se prépare à dire quelque chose, renonce, ne sait pas quoi faire, et se prend la tête toute seule. Elle le regarde à nouveau, puis décide au moins, pour le moment, de répondre à ses questions. Mais il ne tient pas en place. Et elle, est fatiguée par les événements précédents. Elle pose ses deux mains sur ses épaules, et le force à s'assoir dans l'herbe. Il paraît tellement heureux qu'on a l'impression qu'il saute sur ses fesses d'impatience.


    "En fait, c'est pas vraiment vraaaaiment de la magie. Ce sont des illusions, elles disparaissent si tu les touche, tu vois ? Mais je pense que si je m'améliore, quand je serai grande, elles paraîtront plus vraies qu'aujourd'hui. Je ne sais pas si je peux faire apparaître un dragon ou une boule de feu, je n'ai jamais essayé ! Mais si j'essaie, ce seront des petits. Parce que, heu, je suis un peu fatiguée en fait. Ben, heu, oui, ça use de l'énergie quoi..."

    Elle se relève, se concentre. Elle imagine une petite flamme. Une jolie petite flamme qui prendrait naissance au creux de sa paume, et qui volerait gentiment autour d'eux. Elle se concentre, et une petite flamme indigo apparaît dans sa main avec un petit "pop!" Puis, la flamme fait le tour des deux enfants, d'abord doucement, puis de plus en plus vite, et puis s'arrête tout près du nez de Takeshi, avant de disparaître. Kasumi éclate de rire devant la tête que tire le petit garçon.

    "Il ne faut pas que tu ai peur ! C'est faux, tout est faux. Et puis, ça m'obéit au doigt et à l'oeil ! Je peux faire ce que je veux, tant que je suis assez concentrée pour le faire. C'est super hein ?"

    Doucement, entre ses mains, elle imagine un petit dragon. Elle se concentre très fort, des petites pattes écailleuses et une tête reptilienne apparaissent entre ses bras. Elle semble l'enlacer. Mais soudain, elle sent une grande mollesse l'envahir, et l'illusion disparaît. Elle se mordille la lèvre, se demande ce qu'il se passe. Elle essaie à nouveau, mais échoue. Et puis, une lassitude la prend. Elle s'assoit là où elle était un peu plus tôt, et finalement s'allonge dans l'herbe. Elle se sent bien. Elle est juste fatiguée, à court de jus comme on pourrait dire. Mais elle est contente, ça va mieux. Elle adresse un grand sourire à Takeshi, un vrai grand sourire, avec ses deux canines manquantes, qu'elle n'a pas peur de lui montrer. De toute manière lui aussi il a une face d'édenté, pff. Elle tend un doigt vers son sac qui repose un peu plus loin, à côté des affaires de baseball.

    "Tiens, tu m'apportes mon sac s'il te plaît ? Ma maman m'a acheté un jus de fruit au restaurant, mais je ne l'ai pas bu. Tu peux en prendre si tu veux ! Il faut juste que je recharge les batteries, faire des illusions c'est vraiment fatiguant !"

    Elle regarde le ciel, compte les nuages. Celui-là a une belle forme bien ronde. Celui-ci, on dirait une flamme. Oh, et lui là-bas, c'est rigolo, on dirait le fantôme qu'elle a fait apparaître sur l'épaule du chef des petits méchants. Elle se retourne à moitié et se décrochant la tête pour essayer de voir ce que fait Takeshi.

    "Fais attention à ne pas renverser le jus, il y a mes éventails dans le sac !"

________________

† My, my... Human being doesn't have to be so complicated.†
Thème
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dernière volonté rpg
•• Modo: Vongola Shugosha

Ciaossu watashi wa,
avatar
•• Modo: Vongola Shugosha



Strato di personaggio
Niveau: 36
Expérience:
334/400  (334/400)
Attirail:

Profil
MessageSujet: Re: We shall see each other again [Flashback][Yamamoto Takeshi]   Jeu 16 Déc - 15:58

Quelle incroyable prouesse que celle de son amie, elle parvenait à créer des choses que le jeune garçon n'avait jamais vu auparavant. D'ordinaire, un jeune enfant ayant tellement entendu des histoires, néfastes pour l'esprit, sur les êtres hantant notre monde partirait en courant mais voilà que l'admiration venait plutôt en premier pour notre jeune Takeshi qui n'en revenait pas de connaitre une magicienne. Son sens de l'observation lui avait peut-être joué des tours lorsqu'il cru voir une flamme indigo ou un truc dans le genre mais qui impressionnait vachement notre protagoniste qui s'imaginait déjà pleins de films étranges qui seraient plus digne de notre chère Haru qu'il rencontrera dans quelques années plutôt que le sien...Mais lorsque l'on est enfant, on ne cherchait pas vraiment la logique des choses. Bondissant sur place, tournant autour de son amie tout en ébruitant des sons produits par la bouche, le petit être ne savait plus se contrôler sous l'excitation et tentait de faire participer sa camarade à son délire. Il se sentait si bien avec elle, se plaisait à vivre des situations plus loufoques les unes que les autres en sa compagnie même si elle était une g...Une gui...Cherchant le mot dans sa tête, le fanatique de sport pencha celle-ci sur le côté gauche et croisa les bras en tentant d'obtenir toute la concentration qu'il fallait puis abandonna. Après tout, c'était l'autre abruti qui appelait Kasumi ainsi mais la pile sur patte ne comprit ce que cela signifiait mais apparemment, une insulte déjà. Son papa le lui expliquera surement ce soir s'il demande mais notre petit japonais savait déjà que son père afficherait une tête sérieuse en demandant à son fils de ne pas prononcer ce mot même par colère! Oui, Takeshi écoutait son papa avec ferveurs car il n'avait plus de maman alors c'était important de faire ce que sa seule famille lui disait et puis il l'aimait son papounet chéri! Il faisait de si bons sushis aussi!
Revenant rapidement à la réalité, ce fut Kasumi qui permit cette prouesse en lui attrapant les épaules et demandant à ce qu'il s'assoit sur l'herbe sans que ce soit réellement une demande...Plutôt un ordre sous forme de gestes. Mais vous connaissez les enfants de ce genre là, ils ne tenaient pas en place et notre jeune bambin était de ce style là. Ses yeux furent illuminés par de multiples étoiles prononçant bien tout le respect et l'émerveillement de connaitre une fille un peu plus grande que lui mais qui faisait tellement de choses.

L'explication ne fut entendue que d'une oreille, le baseballeur préférant voir plutôt que d'entendre des explications vaseuses qui ne seront jamais retenues de toute façon. Son amie se leva puis semblait se concentrer pour une démonstration qui ferait la joie d'au moins une personne dans les environs. Un long "Oooh" meubla la scène surtout lors de l'arrivée d'une flamme indigo qui semblait être téléguidée par son invocatrice. Elle était comme dans les jeux vidéos! Elle était le genre magicien qui invoquait des sorts pendant que les guerriers faisaient offices de boucliers. Mais, mais alors, Takeshi serait peut-être le guerrier qui frapperait de face avec sa batte de baseball pendant que le sort se lançait! Réveille toi Takeshi! Observant avec curiosité l'énergie volant autour du garçon, le corps se cambra sous l'effet de surprise à ce qu'il ne connaissait pas. Une sorte de répulsion sur le coup de l'émotion mais qu'il finit par accepter à l'écoute des paroles de la magicienne. Il toucha la flamme du bout de son index pour ensuite comprendre que ce n'était pas réel, comme une sorte d'effets spéciaux comme à la télévision! Pourquoi il ne pouvait pas faire pareil? C'était injuste! Cela s'accentua à la vue d'un dragon miniature qui apparaissait dans les mains de celle qui rendait vivant ce qui ne devrait exister. Notre jeune garçon se dit qu'il n'y avait qu'une personne pouvant faire une chose comme ça dans la vie sans se douter que son futur serait lié aux flammes bien qu'il ne puisse faire la même chose. Mais cela est encore une autre histoire. Gonflant ses joues sous la frustration de ne pouvoir faire pareil, le petit être exprimait d'un visage et d'une voix l'envie de faire pareil sans que ce soit permit par la nature:

"C'est pas juste Kasumi! Tu fais des trucs supers et pas moi."

Bon en même temps, le jeune Yamamoto ne faisait que féliciter d'une autre manière ce talent et exprimant le fait qu'il n'en ait pas peur mais qu'est ce que c'était ennuyeux de ne pas avoir les mêmes dons. Elle était vraiment trop forte cette Kasumi! L'observant se poser puis finalement s'allonger, le jeune garçon se questionna en se demandant bien pourquoi soudainement une envie de s'allonger et s'approcha d'elle. Il avait peur, tout d'un coup, qu'elle se mette à tomber dans les pommes ou un truc dans le genre mais ce n'était simplement que de la fatigue de ce qu'il voyait. Un visage surprit se forma sur celui du fils de vendeur de sushis lorsqu'il parvint à voir l'immense sourire que son amie lui adressa! Ce n'était pas le petit sourire comme avant où elle affichait ça avec discrétion mais bien quelque chose de grand avec deux dents qui manquaient. Wah! Elle va être gâtée par la petite souris elle quand elle rentrera chez elle! Décidément, les plus grands avaient pleins d'avantages de ce que remarquait notre protagoniste dans son enfance. Secouant sa tête plusieurs fois de haut en bas avec un immense sourire, Yamamoto fonça vers le sac et l'ouvrit afin d'observer l'intérieur. Il y avait bien un jus de fruit et des éventails comme annoncé par son amie mais il y avait un soucis majeur. En effet, le jus avait semblé être mal mit et il y en avait qui avait été renversé sur les éventails. Sous la stupeur, Takeshi se questionna sur ce qu'il devait faire. Devait-il annoncer que cela avait été mal mit et que ce qu'elle aimait avait été tâché? Oui mais si c'était Kasumi qui avait fait son propre sac? Elle sera malheureuse et va s'en vouloir. Secouant sa tête à l'horizontal, de gauche à droite rapidement, l'empathie du petit garçon vint finalement à sortir le jus de fruit en ricanant. Il l'apporta en direction de son amie puis afficha un sourire un peu idiot comme tout enfant qui tentait de positiver la chose alors qu'il venait de faire une grosse bêtise. Tendant le jus vers la jeune fille allongée, le regard cherchait à fuir celui de son amie mais resta par courage. Sa voix tremblotante prit finalement le soin d'annoncer ce qu'il venait de se passer:

"Gomen Kasumi mais...Je crois que j'ai fais une bêtise...J'ai un peu renversé du jus sur les éventails. C'est grave?"

Montrant le sac et les éventails, Yamamoto secoua son bras de libre en ricanant, cherchant à positiver la situation avec un esprit toujours opitimiste quelque soit la raison qui attente à la bonne entente. Est-ce que cela sera suffisant? Sous des paroles un peu futiles, notre pile électrique en vint même à inventer des choses étranges:

"Mais ils sont beaux les éventails et puis les tâches leur donne un petit côté...Euuh...Baroque comme dit mon papa! C'est ça ton sport?"

Pas génial mais notre Yama adoré tentait de faire les choses à sa façon comme un bon petit gars qui voulait conserver le sourire de sa belle nouvelle amie. Surement qu'en parlant de sa passion, elle relativiserait sur ce qu'il venait de se produire...Enfin c'est ce qu'il espérait pour ne pas sombrer tout de suite dans la tristesse de perdre une amie qu'il venait de se faire après tant de jeux ensembles.

________________
~~¤Shigure Souen Ryu Style¤~~

Ps: Si question de modération, Mp Jirô. Pour le flood c'est Kojiro et sur toutes questions sur Tifa, c'est Yama'. Vous êtes prévenus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dernière volonté rpg
•• Modératrice: Cedronella

Ciaossu watashi wa,
avatar
•• Modératrice: Cedronella



Strato di personaggio
Niveau: 30
Expérience:
230/400  (230/400)
Attirail:

Profil
MessageSujet: Re: We shall see each other again [Flashback][Yamamoto Takeshi]   Ven 17 Déc - 18:23

    Quand le garçon part, elle se met à réfléchir un peu. Il a paru déçu de lui-même quand elle a fait apparaître des illusions. Peut-être est-il un peu, un tout petit peu jaloux, même s'il ne veut pas se l'avouer. A cet âge fragile, quand l'enfant découvre tout, et est encore loin des grands questionnements de l'adolescence, il a des centaines d'amis imaginaires et d'incroyables hobbies pour passer son temps. Quelle petite fille n'avais jamais rêvé que ses poupées ne s'animent, quel petit garçon n'a-t-il jamais souhaité que ses petits soldats soigneusement disposés ne commencent le combat sans son commandement ? Kasumi pouvait le faire. Pas avec ses véritables jouets, bien évidemment. Mais parfois, quand elle était en forme, elle faisait apparaître dans sa chambre des choses merveilleuses, pleines de couleurs et de douceur, pour s'apaiser un peu, pour reprendre son souffle face à la cruauté de l'enfance. Ceux qui ne la haïssaient pas parce qu'elle était étrangère la méprisaient parce qu'elle était bonne en classe. Et cela, tous les jours de sa petite vie. Parfois, quelques filles timides étaient gentilles avec elles, et déjeunaient en sa compagnie. Mais après, elles se faisaient aussi mettre d'écart car elles lui avaient parlé. Alors Kasumi s'éloignait de ces petites, parce qu'elles n'avaient pas le droit de partager sa peine. Elle se dit, la petite, qu'elle doit être seule à porter son fardeau. Même sa mère ne sait pas ce qui se passe à l'école. Kasumi le cache aussi à ses professeurs. Et puis, les professeurs s'en fichent, ils ne disent rien. Ce doit être parce qu'eux aussi ils ne l'aiment pas, elle a trop de bonnes notes, elle connaît des problèmes difficilement résolubles, qui n'auraient pas été posés à quelqu'un de son âge, et elle écrit mieux japonais que la plupart des enfants. C'est sa faute à elle si elle est née ainsi ? Tous ont des raisons de la jalouser. Pourtant, elle n'est pas vraiment gentille, ni vraiment mignonne. Il n'y a pas à la jalouser elle, n'est-ce pas ? Mais si, ils le font tous. Même Takeshi, qui est si gentil, il a eu une lueur d'envie et de désappointement quand elle lui montrait ses jolies illusions. Elle eut soudain l'envie de ne plus montrer sa magie à personne, si tout le monde réagissait ainsi. Elle s'entraînerait seule, et ne l'utiliserait que pour elle. Voilà.

    Et puis il revient, un petit air penaud sur la face. Il a effectivement renversé du jus sur les éventails. Kasumi soupire, puis finalement décide de ne rien dire. Elle n'a rien à dire. Il est tellement gentil qu'elle n'a rien à dire, c'est évident. Elle n'a pas le droit de dire quelque chose à un petit garçon si gentil, qui joue avec elle, qui l'écoute, qui s'émerveille avec elle, et qui ne perd pas son sourire. Elle regarde les éventails, et se dit qu'effectivement, ils ont été tâchés, mais joliment. Elle lève un sourcil au mot 'baroque'. Elle n'aurait pas vraiment dit cela, mais bon, pourquoi pas. Elle se relève sur ses coudes, et adresse un gentil sourire à Takeshi.


    "T'en fais pas, je les laverai avec ma maman. C'est un peu dommage, j'espère qu'il reste du jus..."

    Elle fouille le sac, en tâte le fond, et puis se rend compte que ce n'était pas vraiment grave, tout compte fait. Elle sort de la poche extérieure quelques mouchoirs en papier, et essuie le fond assidument. Elle tâte à nouveau, est contente d'elle-même. Elle sort les éventails, puis la bouteille de jus de fruit. Du jus de goyave. Elle a toujours aimé ce goût un petit peu râpeux qui reste sur la langue après en avoir avalé une gorgée. Elle boit au goulot, lentement. Puis elle tend la bouteille vers Takeshi, consciente que tout ce sport donne sacrément soif.

    "Tu diras à ton papa que ses sushis et ses jus sont très bons."

    Elle prend les éventails délicatement, et les regarde avec passion. Elle se demande si elle serait en droit de lui faire une petite démonstration. Ça non plus, elle ne l'a jamais montré à personne.

    "Oui, c'est ça mon sport. En fait, c'est une danse qui vient d'un art martial chinois. Parce qu'autrefois, les gens pouvaient se battre avec des éventails ! Je me dis que je pourrai faire ça, plus grande. Mais pour le moment, je danse avec. Je peux te montrer si tu veux. Je vais essayer d'aller un peu plus vite que d'habitude, parce que normalement, c'est trèèèès lent. C'est pour se détendre."

    Elle faillit ajouter "tu en aurais besoin", mais elle se dit que ce n'est pas très gentil. Alors elle se lève, prend ses éventails, et s'éloigne un peu du petit garçon, laissant le jus de goyave sous sa garde. Elle se met en position. L'espace d'un instant, quelque part dans sa tête, elle se dit qu'elle est en jupe. Si elle fait ses jetés de jambe... Bwarf, pas grave. Il n'a que sept ans, elle s'en fiche.
    Un grand calme l'envahit. Elle ferme les yeux, et se concentre. Le calme la prend au corps, la détend et la vivifie tout à la fois, chose paradoxale. Puis, elle prend une grande inspiration. Elle doit aller plus vite que d'habitude. Elle ne sait pas si elle va y arriver. Elle commence, d'abord lentement, puis avec plus d'aplomb, son enchaînement. Les mouvements fluides de la danse chinoise entraînent les autres, elle ouvre, puis ferme les éventails selon la position qu'elle adopte. Ils font un petit claquement sec quand ils se ferment, un un claquement plus éparse quand ils s'ouvrent. Les perles diffusent un petit son en s'entrechoquant les unes contre les autres. Elle sent que son corps sait ou aller. A gauche, tourner, se pencher. Rond de jambes, jambes en arc. Je lève la jambe haut, mouvement de bras. Je glisse les éventails le long de ma jambe. Je remonte. Je continue. J'ai des ailes. Je vais bien plus vite que d'habitude. Je m'emporte. On dirait presque que je me bats. Pas totalement, je garde encore un rythme, je fais mes mouvements aussi gracieux qu'une corolle de pétales frissonnantes au coucher du soleil.
    Au coucher du soleil...
    Kasumi ouvre les yeux ; quelque part, une horloge sonne quatre heures de l'après-midi. Ils sont déjà là depuis plus de deux heures ? Elle espère que sa maman ne va pas s'inquiéter. Elle ferme les éventails d'un coup sec, et retourne vers Takeshi, en s'inclinant à plusieurs reprises.


    "Désolée ! J'espère que tu ne t'es pas ennuyé, désolée ! A chaque fois que je commence à faire de l'éventail, je perds la notion du temps ! J'en ai pas fait trop longtemps, hein ? Il fallait m'arrêter ! Désoléééée..."

    Elle ne sait pas quoi faire, elle paniquerait presque. Elle a déjà eu de la peine de l'avoir rendu jaloux de ses illusions, alors si en plus elle l'a embêté avec ses éventails à la noix...

________________

† My, my... Human being doesn't have to be so complicated.†
Thème


Dernière édition par Miura Kasumi le Ven 17 Déc - 21:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dernière volonté rpg
•• Modo: Vongola Shugosha

Ciaossu watashi wa,
avatar
•• Modo: Vongola Shugosha



Strato di personaggio
Niveau: 36
Expérience:
334/400  (334/400)
Attirail:

Profil
MessageSujet: Re: We shall see each other again [Flashback][Yamamoto Takeshi]   Ven 17 Déc - 21:37

Quelle galère, il ne pouvait pas annoncer que l'erreur était de la part de la petite fille mais surement qu'il se ferait gronder pour avoir entacher ce qui semblait être l'instrument le plus important que possédait son amie. Pour en revenir aux comparaisons, l'enfant se dit que ce serait comme renverser du jus de fruit sur une balle dédicacée de Carl Jonhson! Ce serait l'horreur absolue! Takeshi perdrait vite de son calme si cela arriverait dans le futur et ne parviendrait pas à rester calme facilement mais déjà il fallait qu'il ait une balle de ce genre en sa possession pour vivre la situation. Mais n'étant pas bête, le petit baseballeur en vint à croire que Kasumi agirait surement ainsi en apprenant le geste horrible. Serrant les dents, se préparant à la scène la plus redoutable, le fanatique de sport américain montra la situation actuelle en fermant un instant les yeux sous la peur d'entendre le cri ou les pleurs de son amie. Ça promettait surement une mauvaise ambiance mais tant pis, il essayerait de faire de son mieux. Relativisant la situation, le petit garçon expliqua la chose en démontrant que ce nouvel aspect donnait quelque chose de nouveau. Des mots bien faciles à lancer surtout lorsque l'on employait ces mots sans en connaitre le sens. En fait, il avait entendu ça un matin lorsqu'il descendit au restaurant pour voir comment se passaient les commandes et vit son père observant un bouquin avec son apprenti. Jetant un oeil dessus, son père le prit sur les genoux et lui montra quelques vestiges impressionnant en appuyant surtout les détails avec les tailles. Bah ce n'était pas du baseball alors l'intérêt était tout autre mais le terme "baroque" fut retenu parce que cela semblait intelligent. C'est fou ce que les mômes retenaient vite ce qui pouvait leur paraitre plus adulte! Fier d'avoir réussi à le caser dans une phrase, le petit garçon attendit de voir une réaction avant de se rendre compte qu'apparemment, c'était placé de travers. Il fallait juste observer le haussement de sourcil de son amie pour en voir vite la raison. Fort heureusement, Kasumi rassura le garçon en expliquant qu'elle laverait les tâches avec sa maman plus tard et qu'il n'y avait pas à s'en faire. Soufflant comme s'il était vraiment le criminel, Takeshi se sentit rassuré et reprenait du souffle avec son coeur qui s'était arrêté pendant un instant.

Le jus de goyave fit consommé par la jeune fille avant qu'un reste ne vienne à la bouche de notre protagoniste. Il n'était pas vraiment fan de ce jus là mais ne se plaignait pas de pouvoir consommer quelque chose de frais après un bon petit sport qui réveillait les sens. L'entente des félicitations du talent à son père faisait rougir l'enfant pendant un instant avant de prendre une pose fière. Il savait que son papounet chéri faisait de la cuisine fabuleuse, ses clients le lui répétaient tout le temps mais c'était tellement bien de savoir que celui qui vous a éduqué était le super héros de la ville et surtout du quartier. Bon, il ne tuait pas les méchants à coups de sabre laser mais il cuisinait super bien! L'enfant ne savait pas encore le secret de son père, ne connaissait pas encore le talent de celui qui avait touché au style de sabre le plus élaboré mais aussi amélioré de ce siècle. Il le saura dans sept ans lorsque les évènements en rapport avec Tsunaze apparaitront. Jamais il n'aurait pensé que le petit garçon qui se faisait embêter constamment deviendrait le changement de sa vie. Reprenant la conversation, le petit Yamamoto lâcha avec force:

"Bien sûr! Mon papa fait la meilleure cuisine du monde! Non de l'univers même!"

Quand on est enfant, on aime toujours exagéré les situations ou même les termes surtout lorsque cela touche ses parents ou amis. Takeshi était le genre à toujours faire plaisir à son père par des termes mélioratifs et le pensait surtout. Mais Kasumi en revint finalement à la situation des éventails. Une démonstration de cet art allait être fait mais Takeshi se questionna pas mal sur le pourquoi du comment. Un art du combat mais qui se faisait lentement? Et puis pourquoi des éventails? Yamamoto préférait largement des combats avec des pistolets comme dans les films ou encore des sabres de samuraï qui étaient vraiment trop classes dans les séries! Bon certes, le petit être en avait oublié le fait qu'elle parlait de l'époque et non actuellement mais passons. S'asseyant par terre, le fanatique observa les mouvements fluides de son amie et se rendit compte que c'était beau à voir comme tout. Au bout d'un moment, les pupilles du garçon furent fermées à moitié en se rendant compte que certes, c'était joli au début mais que cela manquait de punch comme le baseball...Il n'y avait pas de homerun avec les éventails et puis comment repousser une balle avec ces papiers? L'horloge fit office de réveil pour le petit être turbulent qui se rendit compte qu'il n'observait que d'apparence et avait perdu le fil de la danse. Dans son esprit enfantin, Takeshi se questionna sur comment ça pouvait être un sport de combat et surtout comment c'était sensé te dépenser? Bon apparemment ça détendait mais Takeshi n'aurait la patience de le faire déjà. Se levant en empoignant la bouteille, le garçon s'approcha de son amie et afficha un visage radieux:

"C'était trop cool Kasumi! Tu fais super adulte en danseuse étoile!"

Euh non Yama, les danseuses étoiles ce sont pour autre chose que ce qu'elle venait de présenter mais pour un gamin de sept ans, il n'aurait pas comprit la différence sans une explication longue et ennuyeuse. Mais bien que sur la fin, il commençait à perdre pied, il s'était tout de même ébloui les yeux sous des mouvements fluides et vraiment jolis! Plus tard, Kasumi sera surement une jolie femme comme maman pensait Yamamoto mais il ne pouvait le lui dire, il n'avait pas pensé à le dire à voix forte. Voulant démarré une nouvelle conversation, le petit garçon ouvrit ses lèvres avant d'entendre finalement son père prononcer de sa voix forte leurs noms. Se tournant pour répondre à son paternel qui les cherchait, Takeshi ne se doutait pas qu'il allait perdre un visage aimé de vue. Pensant que demain serait le jour de nouveaux jeux et de nouvelles histoires, le petit garçon ne se doutait de rien et prit la main de son amie afin de l'emmener vers le restaurant. Quelle super journée! Lui qui pensait ne voir qu'un magnifique match de Carl puis de l'entrainement, il découvrit des choses si belles et impressionnantes mais se fit aussi une amie admirable! Elle était trop forte et elle n'avait que dix ans! Mais il fera encore mieux lorsqu'il aura aussi son âge! Allant vers les parents, le père hurla de rire en voyant que Takeshi avait encore la main de la jeune fille dans la sienne. Il reconnaissait bien son fils dans sa manière de se faire des amis et ne pouvait que l'encourager à continuer ainsi. Le restaurateur connaissait très bien les coins de son fils et savait pertinemment qu'en criant de ce côté là, il aurait de fortes chances de se faire entendre...Surtout avec sa voix forte et grave. Le petit Takeshi bondissait sur place, expliquant quelques aventures qu'il venait de se passer mais garda le coup des illusions pour lui. Après tout, Kasumi avait dit que c'était son secret alors il devait se taire...Même si l'envie devenait forte! Se tournant vers son amie, le garçon lâcha sa main et leva les siennes en l'air tout en hurlant de rire. Il était tellement en forme et voulait grandir chaque jour en compagnie de celle qui lui avait offert une super journée, il voulait aller dans la même école, l'intégrer dans son groupe d'amis et jouer tous les jours en sa compagnie! Montrant son trou dans son sourire, notre protagoniste en vint à crier avec joie:

"On se voit demain Kasumi? Je t'apprendrais comment lancer une balle! Oh et Y'a une rediffusion du meilleur match de Carl l'aprem! On le regardera ensemble, dis dis? On pourra?"

Dure réalité que celle d'un enfant, un silence se forma. Les parents connaissaient très bien la situation, ne parvenant à expliquer à la petite pile sur patte qu'il serait fort probable qu'il la revoit un jour. Lorsqu'il l'apprendra, il déprimera surement pendant un moment mais s'en remettra à force du temps pensa le père mais il n'arrivait jamais à se faire à l'idée de la perte d'un si beau sourire. Pour le moment, l'ambiance restait encore difficile pour tous pendant que le petit garçon prenait les mains de son amie pour avoir sa réponse positive.

________________
~~¤Shigure Souen Ryu Style¤~~

Ps: Si question de modération, Mp Jirô. Pour le flood c'est Kojiro et sur toutes questions sur Tifa, c'est Yama'. Vous êtes prévenus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dernière volonté rpg
•• Modératrice: Cedronella

Ciaossu watashi wa,
avatar
•• Modératrice: Cedronella



Strato di personaggio
Niveau: 30
Expérience:
230/400  (230/400)
Attirail:

Profil
MessageSujet: Re: We shall see each other again [Flashback][Yamamoto Takeshi]   Dim 19 Déc - 23:49

    Une danseuse étoile. Kasumi n'a jamais fait de danse classique, et n'en fera très certainement jamais. Mais au fond d'elle-même, son cœur de petite fille est flatté d'une telle appellation. La danseuse étoile, c'est comme un idéal de la femme, pour les plus jeunes. C'est la grâce, la beauté, et tout en même temps la fragilité. C'est aussi beau et pur que toutes les héroïnes qu'elle représente. La petite fille connait les ballets les plus connus, car sa maman l'y emmène, parfois, à Tokyo. Il y a peu, elle l'a même emmenée voir l'Opéra de Paris qui était en tournée. C'était vraiment, vraiment magnifique. Ils ont joué Giselle. C'était très triste, et Kasumi pense qu'elle a pleuré. Mais elle s'en souviendra toute sa vie.
    Alors se faire appeler danseuse étoile par Takeshi, même si ce n'est pas vraiment ce qu'elle a fait, est comme un baume au cœur. Elle se dit qu'il est gentil, de faire semblant d'avoir regardé. Car il s'est ennuyé, c'est parfaitement évident. On ne peut que s'ennuyer. Mais un jour, elle en est certaine, elle parviendra à subjuguer par sa danse. Elle s'en fait la promesse. Elle se fait aussi la promesse de grandir et de revenir vite pour montrer à son ami combien elle s'est améliorée, combien elle est encore plus gracieuse et précise qu'avant. Mais pour cela, il va falloir beaucoup, beaucoup de patience et d'échecs. Mais elle est habituée à prendre son temps, à essayer de comprendre ses erreurs pour les surpasser. Elle est bornée. Elle est très japonaise là-dessus.
    Puis, elle entend la voix des adultes en même temps que son ami. Quelque part en elle, son coeur se resserre, car elle sait ce que cela signifie. Que cela va être l'heure de l'au revoir. Elle ne veut pas. Elle n'a pas envie. Elle a peur. Elle a mal. Elle se laisse difficilement traîner par Takeshi, qui la prend par la main. Elle offre moins de résistance à cette main chaude et enfantine, aux petits doigts potelés. Elle n'ose pas dire non, mais n'ose pas non plus expliquer. Mais il va bien falloir qu'elle le fasse, expliquer. Et les secondes de cette explication se rapprochent. Elle a peur de le rendre triste. Car il va être triste. Oh ! Pas longtemps, elle s'en doute bien. Il va certainement l'oublier. Mais il y aura quand même cette petite tristesse qu'elle aimerait tant ne pas lui infliger.

    Le petit garçon cours vers son père, fou de joie, en lui racontant les événements de l'après-midi. Il élude volontairement les passages où Kasumi s'est servie de sa magie, et elle lui en est très reconnaissante. Le papa semble content de voir son fils ainsi. Il y a aussi sa maman et Miko, qui l'attendent en souriant. Sa mère surtout, Yûko, semble vraiment heureuse que sa fille se soit fait un ami, elle qui est tant rejetée à Tokyo. Elle espère que cette après-midi lui apprendra que les enfants ne sont pas tous mauvais avec elle. Elle l'espère très fort. Il arrive vers elle, criant de joie, demandant à ce qu'ils se revoient. Oui. Il n'a pas compris qu'elle ne vit pas ici. Pourtant, elle aimerait bien. Si elle vivait ici, elle aurait au moins un ami. Mais non. Elle pose une main sur sa tête, et lui sourit gentiment. Elle choisit ses mots pour qu'il comprenne vite.


    "Je suis en vacances. Demain je pars dans la montagne me balader avec ma maman, et après-demain je rentre. Je ne sais pas si je reviendrai, car Miko déménage bientôt. Alors..."

    Sa voix se brise alors que de grosses larmes coulent sur ses joues sans qu'elle puisse les arrêter. Elle ne fait pas un bruit, ne sanglote même pas, mais ne parvient pas à arrêter les larmes. Comme si elle les avait trop retenues, pendant trop longtemps, depuis trop longtemps. Sa mère s'avance, mais le papa de Takeshi lève un bras pour l'intimer d'attendre un peu, et s'accroupit près de la petite fille.

    "Tu sais, Kasumi. C'est ton prénom hein ? C'est joli. Avec le kanji de la brume ? C'est ce que tu es. Une jolie brume qui se faufile où elle le veut. Nous t'avons vu danser, c'est vraiment beau. Grandit, devient plus forte, et quand tu seras assez grande, reviens par ici pour dire bonjour. Hein ? Et peut-être que Takeshi aussi sera-t-il devenu plus grand et plus fort. Crois-tu qu'il deviendra un joli garçon ?"ajoute le père Yamamoto avec un sourire. Kasumi hoche la tête avec vigueur. Elle est sûre qu'il va devenir mignon, et qu'il restera toujours aussi gentil.
    Mais les mots du père la rendent encore plus mélancolique, et elle ne veut toujours pas partir. Le papa est gentil aussi, et il ne la fixe pas dans les yeux comme le font normalement la plupart des adultes. Ils n'aiment pas ceux qui sont différents. Ils n'aiment pas ses yeux bleus. Elle renifle un grand coup, un peu comme son ami plus tôt. Elle esquisse un sourire ; elle qui avait trouvé ce bruit dégoûtant, elle le trouvait presque mignon. Elle part prendre la batte posée à côté du père, et va la metter dans les mains du petit garçon.


    "Bon. Et bien, au revoir. Je reviendrai un jour. Je sais pas quand, mais je reviendrai. En attendant, deviens fort. Tu me montreras comment tu peux protéger les filles quand on se reverra. Et je te montrerai qu'on peut vraiment se battre avec des éventails. C'est une promesse ?"

    Elle lui prend son petit doigt avec le sien, et le sert fort. Puis, elle lui colle une grosse bise sur chaque joue, et lui adresse un grand sourire avec ses deux trous à la place des canines. Enfin, elle ramasse son sac à dos où elle range soigneusement ses éventails, et elle salue M. Yamamoto.

    "Au revoir Monsieur ! Vos sushis et vos jus sont très bons. Je reviendrai."

    Puis, elle leur adresse un dernier sourire avant de prendre la main de sa maman, qui part avec Miko vers la maison de cette dernière. Elle se retourne plusieurs fois. Chaque fois, elle leur adresse un petit signe de main plein d'espoir. Sa mère lui caresse doucement les cheveux. Miko rit aux éclats, un grand rire joyeux qui s'envole très haut dans le ciel bleu. Kasumi n'a pas envie de rire. Mais elle n'a plus envie de pleurer ; elle continue de sourire alors qu'elle regarde la rue se dessiner devant elle, alors qu'elles sortent du parc. Oui. C'était une promesse.

________________

† My, my... Human being doesn't have to be so complicated.†
Thème
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dernière volonté rpg
•• Modo: Vongola Shugosha

Ciaossu watashi wa,
avatar
•• Modo: Vongola Shugosha



Strato di personaggio
Niveau: 36
Expérience:
334/400  (334/400)
Attirail:

Profil
MessageSujet: Re: We shall see each other again [Flashback][Yamamoto Takeshi]   Lun 20 Déc - 17:01

Excité comme une puce, le petit garçon raconta tout ce qu'il s'était passé. Il prit tout d'abord le baseball comme première histoire en faisant surtout l'éloge de son amie qui était parvenue à faire une superbe démonstration de son talent en frappant la balle alors qu'il ne se retenait pas. Bien entendu, fidèle à Takeshi, il expliqua les choses de façon démesurées, en faisant des imitations des gestes ainsi que de la balle s'envolant pendant que la bouche émettaient les sons les plus humoristiques possibles. Les parents l'observaient avec un sourire aux cois des lèvres, fiers du jeu entre eux, que ce soit bien passés et qu'ils soient devenus amis. Le garçon ne se faisait pas souvent des connaissances du sexe opposé. Certes, enfant, on faisait bien vite la distinction de clan par le sexe parce que l'opposition ne les rapprochaient pas mais notre petit prodige du baseball ne faisait parti de ceux-là. Il aimait tout le monde tant qu'on lui rendait cette gentillesse et bien entendu, Kasumi faisait parti désormais de ses connaissances qu'il voulait revoir au plus vite. Seulement, les choses ne se passaient pas toujours comme on le voudrait, on ne pouvait pas toujours envisager ce que la vie nous réservait comme un coup du destin. Sa première amie fille, Takeshi apprit qu'il ne la reverrait pas de sitôt car elle allait bientôt quitter le pays pour se rendre dans un endroit dont il n'avait connaissance. C'était donc ça les insultes que les autres avaient proliférés à l'égard de sa camarade...Elle n'était pas d'ici et sa différence gênait...Mais l'enfant s'en fichait de sa différence, qu'elle ait des yeux bleus comme le ciel et lui non, qu'elle soit plus grande et qu'il soit plus petit. Tout ce qu'il voulait se résume simplement à passer encore plus de temps en sa compagnie, jouer encore et toujours. La main sur la tête, notre protagoniste écoutait les paroles lâchés comme un coup dans le coeur et offrant des blessures telles qu'il ne savait plus quoi dire. Baissant sa tête, les yeux rivés vers le sol, le japonais retenait ses larmes comme il pouvait, se mordait les lèvres pour ne pas crier de ne pas partir et serrait les poings pour ne pas lui attraper le poignet afin qu'elle reste pour toujours à la maison. Il était si difficile à un enfant de sept ans de se dire qu'on ne reverrait peut-être jamais son amie. Il offrait un si triste spectacle mais qu'est ce qu'il pouvait y faire de toute façon?

Le père du baseballeur adressa des paroles fortes à la jeune fille, expliquant que les deux enfants grandiront bien, sur la bonne voie et qu'un jour, ils se retrouveront pour montrer ce qu'ils sont devenus et ce qu'ils comptaient faire de leurs avenirs. Takeshi se questionna...Qu'est ce qu'il sera dans quelques années? Et puis quelle importance cela aurait de se revoir dans dix, vingt ans? Peut-être même plus qui sait. Tout ce qu'il voulait, tout ce qu'il souhaitait ne se résumait simplement qu'à l'empêchement de ce départ si vite arriver. La batte de baseball tendue en sa direction, le petit enfant releva lentement la tête, un peu timide et n'osant montrer son visage finalement en pleurs qui n'osait pas se montrer. Takeshi savait que les départs ne devaient se faire dans les larmes, c'était son papa qui lui avait dit, il fallait plutôt conserver un grand sourire pour que ce soit plus facile et que l'on offre une dernière image de soit amicale. Prenant la batte, le fanatique l'observa un instant avant de regarder le visage souriant de son amie qui encourageait à ce que ce ne soit pas difficile. Que ce ne soit qu'un simple au revoir signifiant qu'ils se reverraient bien plus rapidement que le pensait notre pleurnicheur. D'une main, la batte fut maintenue tandis que le second bras servait à essuyer le visage qu'il avait en pleurs et amena son petit doigt contre celui de celle qu'il adorait. Secouant sa tête de haut en bas, le fils du restaurateur prit une voix forte pour répondre, une voix qui montrait sa détermination et son envie de montrer une super image de lui quand ils seront plus grands:

"C'est promis! Je serais tellement cool et fort quand je serais grand que tu en seras jalouse! Je serais un champion du baseball et j'aurais trop la classe! Comme Carl Jonhson! Et mon papa m'a toujours apprit à tenir les promesses!"

Il ferait en sorte de la tenir, il respectait les dires de son père comme les paroles du Messie et donc n'allait pas aller à l'encontre de ce qu'il pourrait dire à celle qui lui avait fait passer une super journée comme personne! Il serait super grand, trop cool et peut-être le champion junior du baseball japonais! Il fera tellement de trucs cool que son amie, qui reviendra, pourra être fière de ce qu'il est. De toute façon, elle avait tendu le petit doigt la première donc elle devra tenir encore plus sa promesse de revenir, Takeshi pouvait lui faire confiance sur ce principe là. La main de son père se posa sur l'épaule de son fils et tous deux firent de grands gestes pour saluer les personnes quittant lentement la rue. Le garçon observait la magicienne se retourner plusieurs fois, répétant les gestes afin d'émettre le manque de motivation de quitter les lieux. Se retenant de pleurer de nouveau, l'enfant se préparait plutôt à tenir sa promesse bien que pendant quelques jours, il serait dans une petite déprime de ne plus pouvoir la voir, de comprendre qu'il venait quand même de perdre une amie chère à ses yeux et son cœur...Une amitié d'une journée qui durera toute la vie. C'est d'ailleurs son père qui lui expliqua que les vrais amis ne perdaient jamais contact, bien qu'ils ne se voyaient plus, les souvenirs perduraient dans les mémoires. Les années passèrent et bien que le jeune homme commença lentement à perdre la mémoire de cette journée, il avait tenu sa promesse...Il était devenu quelqu'un qui se faisait connaitre dans le baseball amateur de la ville mais aussi à savoir protéger ceux qui lui étaient chers à son cœur dans des combats qui défiaient toutes logiques en ce monde. Bien que de nouveaux combats se préparaient dans l'ombre, le jeune homme continuait sa croissance dans l'espoir, inconsciemment, de revoir cette petite fille qui lui avait fait une promesse impossible à rompre...

________________
~~¤Shigure Souen Ryu Style¤~~

Ps: Si question de modération, Mp Jirô. Pour le flood c'est Kojiro et sur toutes questions sur Tifa, c'est Yama'. Vous êtes prévenus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dernière volonté rpg
•• Modératrice: Cedronella

Ciaossu watashi wa,
avatar
•• Modératrice: Cedronella



Strato di personaggio
Niveau: 30
Expérience:
230/400  (230/400)
Attirail:

Profil
MessageSujet: Re: We shall see each other again [Flashback][Yamamoto Takeshi]   Mar 21 Déc - 11:15

    Retour au Présent.

    Kasumi ouvrit les yeux. Un rêve. Ca faisait longtemps qu'elle n'avait pas repensé à cette fameuse journée, où elle avait rencontré un charmant petit garçon qui lui avait offert tant de sourires. Elle se permit un petit ricanement. Voilà qu'elle devenait mélancolique ? Soudain, elle comprit pourquoi elle avait fait ce rêve. Elle était revenue à Namimori, n'est-ce pas ? Alors elle devait tenir sa promesse, non ? Parce que la jeune femme avait acquis un tel orgueil ces dernières années, elle avait pris l'habitude de ne jamais, jamais briser une promesse, si stupide soit-elle. Et de plus, cette fois-ci, elle n'allait pas rester qu'une journée, mmh. Un sourire fleurit sur ses lèvres. de la satisfaction ? Une touche d'ironie ? On ne pouvait plus déchiffrer ses sourires depuis maintenant quelques années.
    Elle se leva de son lit. Son réveil indiquait midi. Elle avait tant dormi ? Et bien, comme ça, elle pourrait directement se rendre là où elle avait prévu. Elle alla prendre une douche, puis s'habilla d'une jupe en mousseline bleu pâle, d'une chemise blanche et d'une veste noire. Elle mit de petites bottes crème, des mitaines de la même teinte que la jupe, prit son sac, un peu d'argent, et surtout, son fidèle chapeau. Puis, elle alla embrasser sa mère et elle sortit. Elle marcha dans l'allée, puis finalement décida qu'elle avait à étudier les dossiers que le CEDEF lui avait fournis. Elle retourna chez elle, et pris la liasse de papier qu'elle mis machinalement dans son sac. Encore un peu plus loin dans la rue, elle se rendit compte qu'elle avait oublié son portable. Quoi, elle, oublier quelque chose ? C'est parce qu'elle s'était levée vite, c'était l'unique solution. Tchh.
    Elle marcha, tentant de rassembler ses souvenirs de l'endroit et du chemin à suivre. Elle arriva au petit parc où ils avaient joué. Elle passait souvent par ce parc pour s'entraîner, mais à présent il avait pris une dimension toute nouvelle. Elle ricana. Comment ça, elle devenait sentimentale ? Pitoyable qu'elle était. Il ne fallait pas devenir sentimentale pour un petit souvenir de rien du tout, non ?

    Elle continua de marcher, et finit par retrouver le restaurant de sushis Yamamoto. Elle entra, et se sentit soudain timide. Elle serra le poing, fronça les sourcils, et se reprit. Non mais ! Elle n'était jamais timide, elle n'allait pas s'y mettre maintenant. Elle regarda à gauche, à droite, puis croisa le regard du gérant ; le père de ce petit garçon qui avait accepté sa différence, lorsqu'elle était enfant. L'homme la fixa un instant, ne disant rien, puis soudain, s'exclama d'un grand "AH!!", puis il courut vers le pas de la porte où se tenait Kasumi, faisant sursauter les clients qui déjeunaient tranquillement. Il s'arrêta devant elle. Il était resté comme dans ses souvenirs. Il était toujours TRES grand. Il faut dire que Kasumi, du haut de son mètre cinquante, n'en menait pas souvent large, question taille. Il la dévisagea un instant, et la jeune fille faillit lui faire remarquer que ça ne se faisait pas. Mais elle se retint. C'étaient des retrouvailles, non ?


    "Tu es... Kasumi, n'est-ce pas ? Je n'oublierais pas d'aussi beaux yeux."

    Un rose léger envahit les joues de la jeune femme, qui détourna le regard un instant. Un petit instant. Elle se reprit bien vite.

    "Bonjour M. Yamamoto. Comme je vis ici à présent, je me suis dit qu'il était grand temps que je tienne ma promesse. Même s'il s'agissait d'une puérile promesse d'enfant.
    - Ah, tu n'as pas de chance, Takeshi est juste sorti. Mais tu pourras revenir plus tard. Tu veux rester manger ici ?"

    Elle hocha la tête et commanda des sushis au saumon. Puis, le père lui apporta, un grand sourire aux lèvres. Le même que son fils. Kasumi eut envie de soupirer. De toute manière, il devait avoir quoi ? Quatorze ans ? Il était encore un gosse. Tout en sirotant une tasse de thé vert, la jeune femme parcourait du regard les dossiers de Vongola Decimo ainsi que ses gardiens. Ils avaient des visages plus ou moins sympathique. Une petite bande très hétéroclite. Et soudain, elle s'arrêta, non, elle buta, sur la fiche du Gardien de la Pluie. Des cheveux noirs en bataille, des yeux brillants, un grand sourire, une batte de baseball, et le nom à côté... Yamamoto Takeshi.
    La jeune femme réprima un grand ricanement, et se contenta un petit rire qui arracha un frisson à ses voisins de devant et de derrière. C'était qui cette fille étrange qui ricanait pour rien et qui connaissait le patron ?
    Mais Kasumi ne savait pas si elle voulait ricaner ou rire, ou juste sourire. Ce devait être écrit, hein ? Elle ne croyait pas du tout au destin, mais là c'était quand même une grosse coïncidence. Mais la vie ne serait pas drôle sans coïncidence, n'est-ce pas ?


    RP TERMINE

________________

† My, my... Human being doesn't have to be so complicated.†
Thème
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dernière volonté rpg

Ciaossu watashi wa,
Contenu sponsorisé



Profil
MessageSujet: Re: We shall see each other again [Flashback][Yamamoto Takeshi]   

Revenir en haut Aller en bas
 

We shall see each other again [Flashback][Yamamoto Takeshi]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Role play :: Namimori et son Japon :: "Les suchis Yamamoto"-

Panneau d'administration
Design by Illy coded by Illy, Kamui Sinen & Ghost
Créer un Forum | Forum d'Entraide | Créer un Blog | Dons
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit